Réflexions israéliennes

Nous sommes repartis de Tel Aviv en fin de journée, vendredi, d’un aéroport complètement vide. Les vendeuses des magasins Duty Free s’excusaient même de se jeter sur nous comme la misère sur le pauvre monde. Donc même en basse saison, les gens sont unanimes, de Tel Aviv, la mer morte ou Jérusalem, il y a un gros déficit de touristes, pour une région où cela devrait constituer une richesse de premier plan.

Aéroport Tel Aviv

Mais évidemment, partir en vacances dans un pays en guerre depuis 60 ans, un pays où on a tous vu les combats à l’écran, et les attentats dans les bus ou les marchés, forcément ça ne convainc pas trop. Et la récente flambée du côté libanais a apparemment refroidi les ardeurs des visiteurs. Pourtant ne serait-ce que pour Jérusalem, l’intérêt d’aller en Israël est énorme et manifeste.

Au final, en une petite semaine là-bas, j’ai encore été confronté à cette curieuse dualité et aux contrastes que je percevais déjà en France. D’un côté il y a Tel Aviv qui est une ville moderne, ouverte, occidentalisée et tolérante. Il y a peu de gens qui portent la kippa ou bien qui sont ostensiblement religieux, les nanas sont en débardeurs, des mecs homos se donnent la main en plein centre, et on trouve du porc aux cartes de certains restaurants. Et puis, il y a Jérusalem avec ses communautés ultrareligieuses qui se démarquent d’autant plus qu’elles tiennent à revendiquer leur territoire. Il y a ce mur qui rappelle celui caduc de Berlin, et dont la frontière ainsi délimitée est un foutage de gueule, dont on s’étonne qu’il puisse même tenir debout. Il y a aussi les territoires palestiniens atomisés et rognés par des colonies, des espaces déjà pauvres et économiquement asphyxiés, à l’agonie.

Et on oppose les religions. D’un côté la puissance économique et le lobby américain, et des religieux intégristes juifs, de l’autre le fanatisme islamique et la misère qui pousse aux extrémités les plus impensables. Des morts pour des morts, des innocents sacrifiés des deux côtés. On ne sait plus vraiment à quel saint se vouer, tant on se dit que des générations entières n’ont été éduquées que dans la peur et le mépris de l’autre. Les juifs sont sur le qui vive et paranoïaques au possible, ils se déplacent entourés de gardes armés, tout en grignotant le plus possible sur les territoires voisins, ou même les quartiers.

Dans Jérusalem, ils achètent des maisons dans des quartiers arabes, et ensuite se barricadent et s’arment pour se protéger. Et petit à petit, la thune conquiert des zones supplémentaires. Et les arabes sont sans cesse contrôlés et apparemment passablement humiliés et insultés par les militaires israéliens. Les check-points entre les deux pays obligent à des détours et des attentes qui handicapent encore les citoyens finalement les plus intégrés (avec un emploi et une situation).

Et j’ai beau être anti-sioniste, je reconnais qu’Israël est un pays superbe et moderne grâce à ce que l’état d’Israël en a fait. Et malgré une religion omniprésente, il s’agit d’un endroit où l’on se sent libre et bien. Car avant la religion, il y a le business et le capitalisme, Israël est un pays de banques et finances, et pour que le commerce (dont le tourisme) fonctionne il faut une société libérale et ouverte. Et dans la guerre économique contre la Palestine, ils ont évidemment d’ores et déjà gagné ! Et personnellement, je suis allé en Israël en tant que pédé, et cela n’a posé aucun problème. De même que les nanas avaient l’air plutôt libérées et égales aux mecs. Et cela est impensable dans un pays arabe, aux moeurs antédiluviennes, voire rétrogrades (à mon avis à moi que j’ai) !! C’est une des grandes qualités d’Israël, avec un pays dont les infrastructures et la modernité sont d’un niveau similaire à l’Europe ou les USA.

Mais même cette modernité se discute lorsqu’on voit qu’on est en plein désert, et que tout est climatisé, que l’eau est utilisée (gaspillée ?) avec profusion tandis que la Palestine a des allures de cailloux ocre et poussiéreux. En terme de bilan écologique, je me demande si les extrêmes ne sont pas encore bien représentés dans ce domaine. Et il est pourtant certain que le développement économique, politique et social de ces régions désertiques passe par ce genre d’hérésies écologiques.

Ah là là, tout n’est pas tout blanc, tout n’est pas tout noir. :-)

Dans le fond, je ne jette la pierre à personne, car s’il y a une erreur dans tout cela, et s’il y a un coupable, c’est la religion. Et je reviens de ce voyage encore plus bouffeurs de curés qu’avant, encore plus anticlérical et farouche laïc ! Mais qu’on envoie se faire enculer toutes ces religions de mes deux ! Et dire que la séparation de l’Eglise et de l’Etat est une notion qui doit exister dans une dizaine de pays dans le monde, et que l’immense majorité des nations ont une religion officielle. Sa mère, sa race, on n’est pas sorti de l’auberge. Et pourtant, si déjà on se débarrassait des cultes pour ramener une démocratie républicaine bien saine, je suis certain que cela améliorerait les choses. Et laissons donc les religions s’occuper du spirituel et du métaphysique, y’a déjà assez de boulot comme ça !

Ah ça oui, mon blog est un putain de BLOG SANS DIEU !

18 Commentaires

  1. Israël un pays superbe et moderne : où le mariage civil n’existe pas (avec tout ce que cela implique), où les collines « bibliques » du « grand Jérusalem » sont rasées, éventrées, ratiboisées, pour assouvir une soif fanatique d’extension territoriale. La religion source de tous les maux sans doute. Une politique volontairement conquérante (belliqueuse ?) d’un côté et une société civile incapable d’union et d’entente de l’autre participent surtout de ce grand gâchis (à mon avis à moi que j’ai). Cela dit, je pense pareil que toi :p

  2. … « j’ai beau être anti-sioniste » …
    Tu nous assènes ça, comme ça, tranquille… comme si c’était une bagatelle.
    Comme on dirait aussi :
    « j’ai beau être anti-anglais »
    ou :
    « j’ai beau être anti-protestant »
    ou :
    « j’ai beau être anti-corse »
    ou :
    « j’ai beau être anti-palestinien »
    ou :
    « j’ai beau être anti-pédé »

    Tu devrais développer cet aspect de ta pensée. Tu serais peut-être amené à écrire des choses plus personnelles et plus subjectives que ce que tu relates de ton voyage, fort intéressant par ailleurs. L’anti-sionisme reste un anti-quelque-chose, c’est jamais anodin.

  3. Since you say my writing in French is terrible I decided to help you practice your English :) You’re a very talented writer and I loved the fact that you shared your ideas and expression with us. Very interesting story. You’re right that I wouldn’t be brave enough to go there at this point in time. I am so sick of hearing about violence in the name of religion-the reason for almost all of the world’s misery. I’ll be damned if someone trys to make me cover myself in the name of religion (even if in 20 years the non-religious are outnumbered by the fanatics). Peace LOVE and Happiness for ALL (including women and gays!!)

  4. Quand Theodor Herzl – le fondateur du sionisme – a publié son livre, der Judenstaat, en pleine affaire Dreyfus, un problème s’est tout de suite posé pour la traduction : l’État des Juifs ou l’État juif ? Autrement dit, un État pour un peuple, avec sa diversité, ses hérétiques, ses mécréants et ses socialistes… ou un État pour la seule fraction de la population qui observait les rites ? un État laïc ou religieux ?

    La question, dans l’Histoire d’Israël, n’a jamais vraiment été tranchée… sauf que, comme tu l’as bien dit – et je t’en remercie – la laïcité n’est pas un vain mot en Israël, qu’un million de citoyens israéliens sont des Arabes (avec des députés au Parlement) et qu’aucun autre pays arabe de la région n’offre à ses minorités religieuses un tel degré de tolérance.

    Même si je suis le premier à déplorer qu’Israël n’aille pas plus loin !

    Pour ce qui est de l’eau, je crois – non, je suis sûr – que tu as compris beaucoup de choses…

    Finalement, des blogs où l’on peut lire de tels billets, mesurés, modestes, tolérants, fouillés, intelligents, pleins de respect et pas neu-neu, j’ai beau naviguer depuis un an au moins dans la blogosphère, je n’en ai pas lu tant que ça…

    Comme disent mes élèves : total respect !

    Et amitiés sincères.

  5. Pour ce qui est de l’eau, le problème est effectivement crucial dans cette région aride du monde et alimente également les conflits. Les conquêtes d’Israël depuis la Guerre des 6 jours se sont principalement orientées vers les régions où les réserves d’eau sont plus volumineuses (comme le plateau du Golan). Israël cherche donc a s’approprier les réserves nécessaires à son développement économique, sans se préoccuper des besoins vitaux de ses voisins arabes. Le problème est également écologique, puisque les pompages massifs qu’effectue Israël dans les nappes phréatiques du littoral conduit à l’infiltration de la mer dans les réserves déjà faibles, et donc à leur salinisation.

  6. Très intéressant ton séjour, ton point de vue sur la société israélienne… D’accord avec toi, une société où les gens doivent aller se marier civilement à Chypre, non ce n’est pas possible. Et en même temps il y a ce dynamisme, l’occident que l’on retrouve.
    J’ai vraiment envie d’y aller, maintenant après ces lectures, encore plus ! Merci.

  7. Adam> Attention, quand je dis anti-sioniste, ce n’est pas comme anti-anglais ou anti-palestinien, qui sont des « gens ». Les sionistes sont les partisans d’un mouvement politique qui vise à la constitution d’un Etat juif, et par extension ces mêmes qui sont dans cet esprit de « conquête » des territoires de la région. Donc je me dis anti-sioniste, comme je pourrais être anti-ump ou anti-ps ou bien anti-communautariste. Je réfute des idées, pas des gens. Ce n’est pas pareil…

  8. Sans faire dans la polémique stérile, j’ai beaucoup de mal avec l’idée de « tourisme » en Israël si celui ci se borne à se baigner à Eilat, à visiter le Saint-Sépulcre et à écumer la backroom du Vox. Israël aujourd’hui c’est aussi et malheureusement les Territoires palestiniens. La démarche de Matoo d’aller visiter Bethléem est louable. Elle devrait être systématique. Je lis que tu as donné envie d’aller en Israël… c’est bien, mais Israël c’est également des chars, des miradors, des morts et une occupation. Donc du tourisme, oui et non, en tous cas pas sans réelle prise de conscience et volonté d’aller voir « de l’autre côté du mur ». En attendant deux Etats…

  9. Le problème, Matoo, c’est que tout le monde n’a pas la même délicatesse que toi dans l’emploi du terme « antisioniste », terme très ambigü, surtout par les temps qui courent.
    « de l’antisionisme au voeu de disparition de l’État hébreu, il n’y a qu’un fil » a déclaré Antoine Spire, de le ligue des Droits de l’Homme (trouvé sur wikipédia).
    Et en effet, pour beaucoup de Français, maintenant, l’antisionisme veut carrément dire être anti-Israël, et, à terme, souhaiter la disparition de cet état – un état auquel des millions de personnes sont pourtant attachées depuis des décennies.

    A contrario, être attaché à un état juif ne veut pas forcément dire souhaiter l’extension territoriale à tout prix, ni suivre la politique belliqueuse du Likoud.

    Je me permets de faire ces commentaires moralisateurs, Matoo, parce que tous tes lecteurs ne sont pas forcément très au fait de ces questions, et je crois qu’il faut y aller avec des pincettes dans l’emploi de ce terme.

  10. je suis a 200% pour ce que tu dis de l’antisionisme. c’est tout à fait comme ça que je pense. on peut se moquer de ce que les gens font, pas de ce qu’ils sont, et si on ne peut pas rejetter fortement des personnes, on peut tout à faire le faire avec des opinions ou des choix.

    A part ça j’ai aimé ta vision du pays et ton observation posée. ça change justement des discours toujours enflammés que cette région du monde génère.

  11. Tout à fait d’accord avec toi, Israël est un pays aux nombreux visages. Malheureusement, les distances étant minuscules, tout ce beau monde se cotoie plus ou moins bien.
    Tel Aviv est à moins d’une heure de route de Jérusalem.

    Ayant moi-même pas mal zoné en Cisjordanie (Nazareth, Bethléem, Jericho), je dois dire comme toi que je ne me suis senti à l’aise qu’à Tel Aviv. Partout ailleurs, la peur était là.

  12. ho ho ! j’ai commencé à lire à reculons (non non, ce n’est pas ce à quoi tu penses) mais quand on écrit sur ce sujet, généralement ça se barre en couilles (décidemment !) mais j’ai lu jusqu’au bout et je fais mienne ta conclusion.
    Signé un bouffe curé

  13. Pour ça que j’aime bien l’Indonésie…
    Quand on en parle à la télé, on dit : le plus grand pays musulman du monde (Java, l’île la plus peuplée où est Jakarta la capitale est surtout peuplée de musulmans); en fait ils ont 5 religions d’état (muslims, chrétiens, indouistes, bouddhistes, et probABLEMent animistes); à côté tu as la Malaisie, où lesmusulmans sont bien 45%, et où l’islam est LA religion d’état.
    Bref, y a plein de formes de laïcité. Matoo, tu fais un bon boulot, je t’embrasse!:boulet:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages