Trésors engloutis d’Egypte

Encore une fois, n’oubliez pas que pendant les nocturnes, il y a 10 fois moins d’affluence à ce genre d’exposition. On m’a dit qu’il y avait trois heures de queue le week-end passé, alors qu’hier, en cinq minutes on était dans la première salle. C’était aussi la première fois que je pénétrais dans la Nef du Grand Palais, et l’endroit est tout bonnement « terrible » ! C’est extraordinaire de pouvoir exposer dans un espace aussi vaste et aéré.

Il s’agit donc de présenter les résultats des fouilles sous-marines du port antique d’Alexandrie. La zone couvre trois villes dont on voit là les « restes », et le tout couvrant une période assez inhabituelle pour les égyptomaniaques. Il s’agit des villes de Canope, Héracléion et Alexandrie, et les objets illustrent l’histoire égyptienne à partir de la colonisation grecque, romaine puis arabe.

La scénographie globale offre à la fois des avantages et des inconvénients, du coup c’est un peu difficile d’avoir un avis tranché sur le sujet. En effet, autant la surface de la Nef est utilisée autant l’espace scénographique est totalement clos et ne profite donc pas de la beauté de la verrière. De plus, le parcours est sinueux et les espaces ménagés ne sont pas très larges, du coup j’imagine que pendant le rush la visite doit friser l’insupportable. Déjà là, c’était parfois très limite… Par contre j’ai beaucoup aimé l’ambiance produite par l’atmosphère lumineuse sombre et fantomatique, l’ambiance sonore sous-marine et le désir de redonner cette impression de « trésors engloutis ». Les explications des objets et des contextes historiques et archéologiques sont assez remarquables, même si parfois un peu brumeuses (genre 50 lignes d’explication pour dire qu’on ne sait pas ce qui est présenté, mais que c’est peut-être Horus… ou pas !).

Au début, on a eu un peu peur car les objets présentés paraissaient un peu insignifiants, et il n’y en avait pas beaucoup (ça faisait un peu « beaucoup de bruits pour rien »). Mais rapidement, on se retrouve submergé par des pièces intéressantes, et des témoignages culturels et cultuels de toute importance. En outre, cette période de l’Egypte de la fin des pharaons présente des kyrielles de transformations et fusions des tendances et des styles. Dans ce cadre, il est passionnant de constater les influences grecques dans la statuaire, ou romaine dans l’adoption et la réappropriation des dieux locaux. Et puis viennent des stèles gigantesques et des statues extrêmement bien conservées, ainsi que des bijoux, objets de culte et d’artisanats, qui en mettent plein la vue.

J’ai bien aimé la fin, on y décrit les exactions des chrétiens qui ont détruit tous les temples païens pour y coller des églises. Ah les sauvages ! Alors qu’avant, tout se faisait en douce, à la cool, mais les chrétiens, eux, ils en avaient décidé autrement.

Les civilisations antiques créent toujours ce même engouement et sont un catalyseur naturel à l’évasion. L’exposition m’a globalement plu, mais ce n’est pas non plus la réussite de l’année. Disons que c’est un dispositif efficace et qui ne se fout pas de la gueule du visiteur (et de ses 10 euros).

Trésors engloutis d'Egypte

6 Commentaires

  1. Hello Chat, tu as tout juste !
    J’avais trouvé cette expo « bien sans enthousiasme » de jour : mais c’est bien sûr ! Il faut la faire de nuit pour l’illusion sous-marine !!!
    Je remets ça dès la prochaine nocture. Bizz

  2. Bein moi aussi j’ai fait la nocturne au grand palais ce mercredi ! Mais à côté, expo Disney ;). Même prix indécent, mais on en a pour son pognon. Pareil, je suis passé devant dimanche, c’était blindé, sous une pluie fine en plus, l’horreur (alors que pour Rembrandt en face, c’était instantané, le calcul fut vite fait), tandis que mercredi, c’était super rapide… mais plein à l’intérieur (derniers jours obligent). Il faut se rappeler aussi que dimanche dernier, c’était le premier dimanche du mois (fallait voir la queue devant le musée de l’orangerie, je préfère payer à ce niveau…).

  3. Bouhouhouhou je trouve personne pour m’accompagner, et je deteste faire ce genre de truc tout seul bouhouhouhou

    Voilà, ça c’est fait! Sinon pour ce qui est des exactions chrétiennes, il faut savoir que les religions polythéïtes de l’antiquité sont tolérantes « si tu mets mon Dieu dans ton temple, je mets le tien dans le mien » et hop ça se passe super bien. Les monothéïsmes (le premier étant celui des juifs) n’acceptant qu’un seul dieu, le leur, il n’est pas possible de reproduire le schéma. Les romains ne comprennaient pas du tout les juifs d’ailleurs. Et les chrétiens n’ont fait que reprendre ce qui existait déjà!

    On voit ce que l’intolérance du monothéïsme a pu engendrer de nos jours. Mais de là à dire que « c’était mieux avant », il faudrait peut-être pas éxagérer :lol:

    Bon ben j’ai fini pour le mini-cours d’histoire religieuse, je m’en vais! Bisous :boulet:

  4. Je parie qu’ils ont réussi à mettre une photo de Jean-Yves Empereur dans l’expo. Notre Howerd Carter français, mégalo mégalo. Comme la moule sur son bouchot, il est incrusté sur chaque image des reportages sur le sujet. Horripilant… même s’il a mené toutes ces fouilles.

  5. J’irais bien aussi… mais avec un pote lyonnais … sui sera là le WE seulement… et à mon avis c’est pas seulement en nocturne qu’il y a moins demonde, mais en semaine surtout. Non?
    Si qqn a fait une nocturne un samedi soir je suis preneuse pour son impression :)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages