Symphonie n° 2 "Résurrection" de Gustav Mahler par Sir Simon Rattle et le Berliner Philharmoniker, à la salle Pleyel

Eh oui, il fallait bien que je mette le gros titre qui tape bien sa race, car à en croire les spécialistes, je suis allé voir ZE concert. Bon ok, Mahler à la base c’est vachement bien, et ok l’Orchestre Philharmonique de Berlin c’est le meilleur au monde, et ok Pleyel c’est une salle qui tape bien aussi. Je dois avouer que j’ai bien pris mon pied, tant pour la musique que l’interprétation, j’ai vraiment redécouvert une oeuvre que je ne connaissais qu’en enregistrement, et j’ai pris le choc de plein fouet. D’autant plus que cette version me parait très empathique et magistrale, il y a un côté comment dire… très WAOUH quoi !

Rappel :

Après je ne vais pas en dire plus, car je ne connais rien à Mahler (sinon des enregistrements que j’écoute de temps en temps, surtout la 5ème symphonie), et pas grand-chose d’autre à la musique ! Mais j’ai sincèrement énormément apprécié. Quand le frère de Jeff qui soutenait que ce n’était pas génial génial, et que ça ne valait en tout cas pas la version d’Abbado (C’est qui ça ? Arf.), j’ai fait mon plus beau sourire. :-) Et je n’ai pas osé dire qu’à un moment j’ai cru que c’était le générique de Superman (avec le petit solo de clarinette avant la tempête là, graaaave !), ou même des bouts de StarWars ! En tout cas, ça décoiffe et on en prend plein les oreilles, avec beaucoup d’émotions et des moments absolument magnifiques (et décidément très cinématographiques !).

Et puis quand je luttais contre le sommeil (mais naaaan je rigole), je matais les mecs du fond, ceux qui ne font pas grand-chose en apparence, mais qui sont payés pour mater leur partition avec attention car leurs petites touches sont aussi rares que peu discrètes et essentielles. Et j’ai toujours halluciné sur ces types dont le métier de musicien est d’être gongueur, triangluleur, tambourineur ou sonneur en tout genre (plaques de fonte, cloches d’églises, machins improbables…). Et le summum c’est tout de même le mec dont la seule occupation fut de frotter un fouet de cuisine contre une râpe à fromage. Alors lui, soit c’est une vocation, soit c’est un concours raté. Espérons que ce soit la première option !

J’avoue que j’ai un faible pour le gong, et les plaques suspendues qui font un bruit sourd d’orage ou de tempête. Quand tout cela se met en branle et vient souligner les moments les plus intenses, on a le coeur qui bat la chamade. Je pense que j’aurais du mal à m’arrêter de taper comme un malade sur le gong, et BAM et BAAAAM et BAAAAAAAAAAAAAAAAM. Aaaaah arrêtez-le, arrêtez leeeee !

En fait, j’avais potassé la page Wikipédia avant d’y aller, donc j’ai particulièrement bien apprécié le concert, mais je ne vais pas paraphraser. ;-)

Pour une vraie critique de vrais gens qui méritaient d’être là (Mais qui m’ont vu sans me saluer les flibustiers !), il faut aller lire les avis (des copines) de Gvgvsse et Laurent.

Symphonie n° 2 "Résurrection" de Gustav Mahler par Sir Simon Rattle et le Berliner Philarmoniker, à la salle Pleyel

10 Commentaires

  1. « Mahler, à la base, c’est vachement bien »… :eek:

    P’tain !!! Mais il le sait pas, le Matoo, que Mahler, ça déchire sa putain de race de sa mère ? :mur: et :eek:

    Mahler, c’est LE génie ABSOLU de la musique occidentale ! :love: et :kiss: et :redface:

    Enfin, voyons…

  2. MarcelD > C’est because que WAOUH de Spontex vs le « côté WAOUH » de l’oeuvre de Mahler.
    Est-ce que Mahler capte et retient aussi toutes les graisses ?
    A défaut d’une liposuccion, je peux toujours aller faire des emplettes au rayon classique de la FNAC :mrgreen:

  3. Je me souviens que dans « La mort à Venise »(1971) de Luchino Visconti on entend l’adagiato de la 5eme symphonie de Gustav. Et du coup ce compositeur eut une seconde jeunesse. On entendait ce morceau à la radio comme un tube!
    C’est quelquefois pénible dans les films lorsque la musique devient si prégnante au point de faire « oublier » le film.

  4. C’est vrai que Mahler a rebondi avec la BO de »Mort à Venise » comme Mozart a enchanté un grand public grace à la musique d’Elvira Madigan et son concerto 21 pour piano, mais Abbado et Rattle ne sont pas pour moi les meilleurs pour Mahler , John Barbirolli les surclasse ! mais comme dans toute oeuvre de compositeur, chacun a ses préférences moi c’est la 6è et les lieds « chants d’un compagnon errant » parce que Béjart s’en était servi pour une incroyable chorégraphie avec le grand Nureev! qu’importe d’où nous vient la musique si elle parle à nos coeurs !

  5. pour moi c’est le chant de la terre avec k. ferrier j’ai les larmes aux yeux a chaque foi. Sinonil existe une integrale Mahler par le grand L.bernstein mais rien ne vaux l’ecoute in vivo.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages