Cauchemar de rêve

Il y a quelques jours, j’ai fait un rêve hallucinant. Un de ces morceaux de nawak et d’horreur tragicomique qu’il m’arrive de songer, lorsque j’ai de la fièvre ou que je ne me sens pas très bien. Mais là, a postériori, il n’y a pas besoin d’une grande acuité pour deviner d’où peut venir un rêve pareil. De là à parler de prémonition…

Je suis à l’aéroport CDG, et dans une grande zone de transit, avec plein de gens. On est serré, et on attend. C’est assez angoissant. Et puis petit à petit, je me rends compte que je suis entouré de pédés. Plein de types de pédés : des bècebèges, des folles, des Gucci-Prada, des bears, des straight-acting, des blogueurs (arf), des drag-queens etc.

Je me demande bien ce qu’on fait là. Certains sont inquiets, d’autres détendus, et la plupart complètement inconscients. Je réalise aussi que je suis plus âgé qu’aujourd’hui, plutôt dans les 35 ans. Et j’aperçois des amis, même des ex-copains ou des connaissances du Marais. Comme si l’intégralité de tout ce qui est gay autour de moi était rassemblée ici. Nous sommes dans une gigantesque salle donc, et je vois que nous sommes encerclés par des soldats avec des armes en main.

Il y a des rumeurs dans la foule qui me parviennent. Nous sommes « déportés », pour le bien de tous, le nôtre et celui des gens qui ont voulu nous chasser évidemment, et on ne sait pas où, mais la plupart sont assez confiants. Moi je commence à paniquer carrément. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi les gens sont si soumis et calmes, alors que la ressemblance avec une autre déportation soixante-cinq ans auparavant me vient directement à l’esprit. Et les homos étaient déjà dans la ligne de mire.

Je m’extraie de la masse, et je tente de rejoindre les bords, je veux m’en aller, je refuse d’être expulsé ainsi, en plus je ne sais même pas pourquoi (mais je m’en doute, forcément). Sur le chemin, je reconnais plein de potes, énormément de gens de mon entourage, mais j’avance de plus en plus terrorisé à mesure que je prends conscience de ce qui est en train d’arriver.

Je suis rapidement repéré par des sbires qui sont justement là pour éviter les mouvements de foule. Et tandis que deux soldats m’emmènent de force vers le lieu où la foule se dirige très lentement, je crie de toutes mes forces, et j’essaie d’alerter mes amis. Rien n’y fait, et j’ai même le temps d’apercevoir K. qui crie vers moi.

Les portes se referment sur moi, il fait sombre, je suis projeté sur le sol d’une pièce. Je me relève tremblant. On me demande d’ôter tous mes vêtements, puis de passer à côté. Je refuse. On me répète l’ordre. Je ne dis rien. Et là un soldat sort un grand couteau et me lacère le corps. Pour me retirer mes frusques, il n’a plus qu’à arracher les lambeaux de tissus, mêlé à du sang et des lambeaux de chair.

Ensuite, nu et écorché-vif, quasi dépecé, je suis balancé dans la pièce voisine. Je n’ai plus que des sensations fugaces. Je sens mon corps tomber sur un monceau d’autres corps inertes. La faible lumière s’éteint.

31 Commentaires

  1. Je viens de terminer « Si c’est un homme » et là c’est l’horreur totale. A lire absolument si ce n’est déjà fait car pour Primo Levi, ce n’était pas un… rêve !

  2. Heureusement, la tendance générale de la societé française est plutôt à aller vers (un peu) plus de tolérance plutôt que vers ça… Enfin j’espère. :doute:

  3. Quel choc après Marc-Aurèle …. T’avais mangé quoi la veille au soir ? Et puis je trouve une logique : tout est en cours de transformation alors invente toi d’autres cauchemars, des rêves par exemple. Parce que je n’ai pas envie de me prendre la tête.

  4. c’est glaçant et très inquiétant parce que comme tu le dis, ça sent le souffre et le merdier a venir dans les haleines des candidats…
    tu n’es pas seul a penser qu’il ne fera pas bon faire partie des franges, des marges ou des rebords du peuple français, dans quelques années.

    tu me fais penser,d’ailleurs, qu’il faudrait que je commence à changer toute ma vie et mon aspect physique, des fois qu’on me demande des preuves dans quelques temps « d’autorisation a exister » :roll: .

  5. Hmmm… Je conseille d’arrêter les steaks tartares après dix heures du soir… Si les symptômes persistent, arrêter carrément de dormir…:mrgreen:

  6. C’est été, je me suis réveillée pour m’apercevoir que je venais de rêver de Matoo. Cela se passait sur un drakkar genre Thorghal, il était habillé comme un héros de Troy, avait une grande épée flamboyante et un bouclier rond avec une tête de lion pour se battre contre les méchants…
    J’ai pensé en faire un billet, j’ai laissé tomber. Je regrette… :cool:

  7. La prochaine fois, tente d’orienter ton cauchemar version « on réagit on n’est pas passif » ; ça commencera par toi gnackant à grands coups de dents les des sibres qui veulent t’attrapper !!
    Non parce que l’inquiétant dans ton rêve c’est le côté « victime passive » des protagoniste gay… La passivité, ça va un temps !

  8. Fâââtigué ; marre d’écrire comme un pied ! :hum: Bon, donc, tu t’imagines gnackant les COUILLES des sbires qui tentent de t’attraper.
    Là, mon message est un peu clair.;-)

  9. Moa je dis, faut plus laisser le ptit matoo aller discuter avé son pote diegu dans le backrooms « passke c’est fun », parceque voilà, ca le traumatise en fait le pt matoo de voir de la chair a saucisse partout et que son ptit inconscient lui fait faire des cauchmards apré de foule gay déneuronnés qui se couchent par terre comme de la barbak :o) va courrir dans les champs de pensées violettes timatoo ! :o)

  10. En creusant un peu plus loin que le contenu manifeste de ce rêve (comme on dit dans le jargon), il y a sûrement des tas de choses très intéressantes (ta culpabilité, parce que pour que tu t’infliges ça, tout de même, ta faute doit être grande; tes fantasmes de violence; la pulsion de mort etc…)
    Dommage que tu ne sois pas en analyse ! ;-)

  11. généralement de mourrir dans un reve est un signe de bonne santé quoique la c hard kwa! ca fé très déportation+syndrome Gare du Nord+pédéblogosphère.. c drole et effrayant a la fois..:dodo:

  12. Ouais… Bon, un rêve, c’est un rêve. Celui-ci est intéressant en soi et surtout bien raconté (merci encore Matoo). Mais bon, de là à y voir la France d’après le 6 mai prochain, on se calme les mecs.

    Sarkozy n’aura pas ma voix et je voterai dès le premier tour pour quelqu’un qui a une chance de le battre au second. Mais je ne peux pas laisser dire qu’il est homophobe. Ce n’est pas Matoo qui le dit, mais certains commentaires. Il y a largement assez d’arguments valables pour taper sur Sarko sans en rajouter.

    Souvenous-nous que lors du débat sur le pacs, où certains députés même de gauche s’étaient illustrés par des propos franchement nauséabonds, Sarkozy avait rappelé que le RPR (ça existait encore à l’époque) comptait bon nombre d’homos parmi ses militants et ses cadres.

    Traiter Sarko d’homophobe et, pourquoi pas, d’antisémite, c’est aussi intelligent que le traiter de nabot ou d’immigré hongrois. Attaquons-le sur ce sur quoi il est attaquable (Dieu sait que ça ne manque pas), mais face à ce genre d’attaque, je le défendrai.

    Donc, please, ne m’incitez pas à défendre Sarko ;-)

    Bruno

  13. je ne pensais pas que vous viviez tous la discrimination à ce point là !
    Les gens sont vraiment cons…j’espère que vous aurez le droit de vous marier et d’adopter des enfants, merde, on est dans une société qui marche à l’envers !:petard:

  14. bruno> sarko n’est pas homophobe, nous sommes d’accord. par contre il plane dans son discours et pas que dans le sien une volonté d’ébarber ou de punir les contours de la population française pour revenir a un noyau « acceptable, pas chiant » a tous points de vue. c’est cette « acceptabilité » qui me fait froid dans le dos, surtout de la part de ce candidat là qui refuse de se connaître lui même et qui doit avoir un insconscient bien tassé de la taille du massif central :eek: . ( voir ce lien : rencontre de sarko avec michel onfray : http://michelonfray.blogs.nouvelobs.com/archive/2007/04/03/le-cerveau-d-un-homme-de-droite.html ) .

    ce n’est qu’une tendance, un truc dans l’air, qui vient a mon avis du fait qu’ils en sont au tri des boucs émissaires parmi la population, et que ça semble surtout interesser cette même population. » si vous êtes malheureux, c’est à cause des [racailles][patrons][immigrés][gays][obèses][jeunes][vieux][place ici la différence qui ne te convient pas et je l’accuserai de ce qui te gène pour que tu votes pour moi] .  » :mur:

    alors je maintiens qu’avec sarko comme avec d’autres, plus ça va et plus il vaudra mieux ne pas être trop vieux ni trop jeune, ne pas être trop gros, ne pas être trop gay, ne pas être trop pauvre ou trop riche, et aussi pas trop coloré ou aux origines incertaines.c’était déja le cas avant mais la pression s’accentue, se durcit, en fait :roll: . et pour ne pas le sentir, il faut justement être d’âge moyen ou de corpulence moyenne, de couleur discrete, ou de sexualité plus ou moins centriste … les autres dans les marges rentrent la tête dans les épaules en attendant le seau d’eau froide qu’on va leur jeter bientôt dans le dos , et ils sentent que pas un des candidats n’a l’intention d’arrêter ça parce que ça les arrange trop, quel que soit leur bord.
    dire que sarko n’est pas homophobe, c’est très vrai. mais il faut dire également que ça ne l’empêchera pas de foutre une sacrée merde. et en plus, chanceux que nous sommes, il n’est pas seul dans ce cas :hum: .

    bon je pressens que ça va faire une sacrée tartine avec la largeur de page :gene:
    désolée pour le pavé ;-)

  15. Moi j’admire les jeunes homos de maintenant (je fais mon papy de 28 ans) qui font leur coming-out au lycée ou au collège… Moi j’ai toujours été un planqué. Et même si maintenant je m’assume mieux, je visualise tout à fait la scéne que tu décris. J’ai toujours pensé qu’un jour « l’état de grâce » passerait et que l’homophobie (visible et assumée) referait surface et que ce jour-là, je serais bien content d’être un planqué. Je sais pas si Sarkozy est homophobe, mais il va pas dans le sens d’une libéralisation des moeurs et ça m’inquiéterait qu’il soit élu. (puis un de ces jours j’aimerais bien pouvoir adopter un enfant aussi, mais bon s’il est élu, je penserai à autre chose pendant 5 ans…)

    Et un commentaire déconstruit, un :blah:

  16. Je fais depuis longtemps presque le même cauchemar, plus fréquemment ces 4 ou 5 dernières années avec quelques différences :
    – le mien est plutôt ferroviaire, on s’attend à être entassés dans un train ;
    – la population rassemblée n’a pas de critère discriminant visible, il y a des familles avec enfants, des vieillards, des gens de tous styles, et qui parlent entre eux, tentant de comprendre pourquoi diable ils sont tous là. Souvent il y a d’ailleurs une scène de réconciliation de pires ennemis bien-aimés (genre Peppone et Don Camillo) qui se rassemblent face à ce qu’il pressentent un danger commun ; généralement j’essaie en vain d’aller parler à ceux-là qui semblent avoir compris ce que tous les autres ignorent obstinément ;
    – je me réveille systématiquement au moment où l’on m’embarque et où j’essaie mais en vain de crier soit pour alerter tous ces gens qui semblent si passifs soit parce que j’ai repéré quelqu’un dans la foule pour qui j’ai peur plus que pour moi (l’un de mes enfants, ma meilleure amie, mon vieux pote de toujours …) et que bien sûr ils ne m’entendent pas ou que probablement on me tue pour me faire taire (mais je ne vois pas la balle ou le coup venir). (très contente grâce à toi d’apprendre que j’échappe ainsi peut-être au dépeçage :roll: )

    Le point très commun est cette conscience aigue et torturante d’être la seule personne qui semble avoir compris qu’un sort funeste nous attendait et qui tente si peu qu’elle peut de faire quelque chose. C’est plus oppressant que le danger lui-même.
    Un autre est qu’il n’y a pas de préalable : on se retrouve rassemblés là. C’est comme ça. Le rêve ne commence jamais avant (dans mon cas en tout cas) et il y a une absence absolue d’explication (au moins toi tu en entrevois une).

    Je me souviens d’une fois une variante presque drôle. Mêmes circonstances (foule sur le point d’être embarquée dans des trains ne sachant pas vers où ni pourquoi) mais j’ai un besoin urgent d’aller aux toilettes. Bien sur on nous dit non, mais je parviens dans un coin à tomber sur un jeune soldat peut-être lui-même un peu malade et qui tout en me faisant signe que non me désigne du regard une porte un peu derrière lui. Je me dis c’est peut-être un piège et dés que je vais sortir du rang il va m’abattre, mais j’ai mal au ventre à en mourir donc tant qu’à mourir … J’y vais, trouve les lieux si nécessaires.
    Et puis voilà que quand j’en ressors, sans m’attarder car je crains les pires ennuis, tout est vide et désert, ne restent plus que les vestiges d’une foule qui a longuement piétiné et presque un peu campé. Je suis prise d’une angoisse terrifiante à l’idée qu’en faisaient partie des gens que j’aime et que j’ai alors la certitude de ne plus jamais revoir. Je suis dans ces conditions désespérée d’avoir (probablement) sauvé ma peau.

    euh … Joyeuses Pâques ?

  17. sarko, inoffensif… arghhh ne me faites pas rire j’ai les lèvres gercées. « plutôt friendly avec les gays de son staff » … vous en faîtes donc partie ? éclairez ma lanterne…

  18. C’est marrant, enfin si j’ose dire! J’ai fait un rêve similaire il y a peu de temps.

    Nous étions plusieurs enfants et ados juifs, dans un village en Pologne, et tentions d’échapper à une rafle de soldats nazis. Bien évidemment, les gens du villages assistaient sans mot dire (dans le meilleur des cas, dans le pire ils nous dénonçaient!). J’essayais de fuir mais, par tous les chemins que je prenais, arrivaient des dizaines d’enfants suivis par des soldats. Finalement, je me cachais dans les combles d’une vieille maison en ruines avec d’autres infortunés camarades. Le piège se refermant, nous étions attrapés.Fin du rêve!

    Au réveil j’étais très mal et j’ai passé une mauvaise matinée à essayer de me dégager de l’emprise noire de ce rêve.J’ai bien tenté de trouver un sens à ces images. Il doit y en avoir plusieurs. Ce que je ressentais lors de ce cauchemar c’était l’injustice de ne pouvoir être ce que j’étais, la privation de liberté, un sentiment profond de solitude dans la masse et une angoisse terrible.

    Je ne crois pas que Sarko soit homophobe, ni antisémite, ni profondément raciste (quoique!), etc… Ce n’est pas lui qui m’inquiète vraiment (hormis son programme économique ultra libéral, raison pour laquelle je ne voterai surtout pas pour lui!). Ce sont plutôt certains qui votent pour lui qui m’inquiètent et le projet de société vers lequel nous tendrons s’il était (par malheur) élu.

    Je ne crois pas qu’avec Sarko nous allions vers plus de liberté et plus de droits mais plutôt vers plus d’obligations et de « devoirs », et ce dernier, selon comme il est entendu, peut devenir très dangereux.

    A bon entendeur…:salut:

  19. Moi j’admire les jeunes homos de maintenant (je fais mon papy de 28 ans) qui font leur coming-out au lycée ou au collège… Moi j’ai toujours été un planqué. Et même si maintenant je m’assume mieux, je visualise tout à fait la scéne que tu décris. J’ai toujours pensé qu’un jour “l’état de grâce” passerait et que l’homophobie (visible et assumée) referait surface et que ce jour-là, je serais bien content d’être un planqué. Je sais pas si Sarkozy est homophobe, mais il va pas dans le sens d’une libéralisation des moeurs et ça m’inquiéterait qu’il soit élu. (puis un de ces jours j’aimerais bien pouvoir adopter un enfant aussi, mais bon s’il est élu, je penserai à autre chose pendant 5 ans…)

    Et un commentaire déconstruit, un :blah:

    Commentaire par M. Fox — Jeudi 05 Avril 2007 @ 15:53:11
    MyAvatars 0.2

    je voulais comenter ce post car je suis ado, je suis homo et je suis out dans mon école et avec ma famille. C’est pas simple tous les jour s mais je me suis outé car je pence que le meilleur moyen de luté contre l’homophobie c’est de proner une plus grande visibilité. Si mon comming out a permis de faire évoluer les idées d’une personne, alors il aura été utile. Etre planquer c’est bien si on a désider de se faire marcher sur les pieds sans réagire.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages