Livre 9 – XLII

Lorsque tu es offensé par l’impudence d’un homme, demande-toi aussitôt : « Se peut-il donc qu’il n’y ait pas d’impudents dans le monde ? » Cela ne se peut pas. Ne réclame donc pas l’impossible, puisque cet homme est l’un de ces impudents qui nécessairement se trouvent dans le monde. Sois prêt à te poser la même question devant un scélérat, un fourbe ou tout autre coupable. En te rappelant, en effet, qu’il est impossible qu’il n’existe pas des gens de cette sorte, tu deviendras plus indulgent pour chacun d’eux.

Il est utile encore de songer aussitôt à la vertu que la nature a donnée à l’homme pour remédier au vice que tu découvres. Comme antidote, en effet, contre l’ingratitude, elle a donné la bonté, et contre un autre défaut, une autre perfection. Et, somme toute, il t’est toujours loisible de ramener celui qui s’égare, car tout homme qui commet une faute s’écarte du but et s’égare.

Et puis, en quoi t’a-t-il lésé ? Car tu ne trouveras pas un seul de ces hommes contre lesquels tu t’exacerbes, qui ait pu te causer un dommage tel que ton âme en eût été rendue pire, et pour toi le mal et le dommage n’ont leur absolue consistance que là. Est-ce donc un malheur ou une étrangeté qu’un ignorant fasse acte d’ignorant ? Examine si tu ne dois pas plutôt t’accuser toi-même de n’avoir point prévu que cet homme commettrait cette faute. Ta raison, en effet, te fournissait des motifs de penser qu’il était vraisemblable que cet homme commettrait cette faute, et cependant, pour l’avoir oublié, tu t’étonnes de ce qu’il l’ait commise !

C’est surtout lorsque tu reproches à un homme sa déloyauté ou son ingratitude, qu’il faut faire ce retour sur toi-même. Car c’est ta faute évidemment, si tu as présumé qu’un homme de ce caractère garderait sa foi, ou si, en lui rendant service, tu ne l’as point obligé sans réserve, ni de façon à retirer aussitôt de ton action même tout son fruit. Qu’exiges-tu de plus, si tu as fait du bien à quelqu’un ? Ne te suffit-il pas d’avoir agi selon ta nature, mais cherches-tu encore à en être payé ? C’est comme si l’oeil exigeait une récompense pour voir, et les pieds pour marcher. De la même façon, en effet, que ces membres ont été faits pour une fonction déterminée et qu’en agissant selon leur propre constitution ils remplissent le rôle qui leur est particulier, de même l’homme, né pour la bienfaisance, lorsqu’il accomplit quelque action bienfaisante, ou simplement s’il aide son prochain en des choses ordinaires, agit conformément à sa constitution et atteint sa fin propre.

Pensées pour moi-même, Marc-Aurèle.

Une des pensées les plus importantes pour moi. C’est beau, c’est juste, concis et limpide. Merveilleux ! Ces préceptes m’ont servi et me servent encore régulièrement.
(1) Ne pas reprocher, alors qu’on adore ça inconsciemment, à quelqu’un des caractéristiques inhérentes à sa personne (vous savez, comme les gens qui se marient « en l’état » pour mieux se balancer ensuite leurs défauts à la tronche dix ans plus tard).
(2) On agit « bien » pour soi, et conformément à ses valeurs, sans attendre de retour, ni gloire ou consécration, surtout pas pour se montrer supérieur ou mettre en valeur les faiblesses d’autrui.

Dans le même genre, la pensée qui évoque la prise en considération du référentiel de l’autre, ou celle qui propose une attitude (certes binaire mais) constructive à la rencontre de deux systèmes de valeurs différents.

Evidemment, je dis aussi certainement nawak, mais c’est juste moi, c’est-à-dire pas grand-chose. :mrgreen:

7 Commentaires

  1. Petit message venu des flandres (de gand!!): c’est vrai pour l’elysée, c’est dommage et je compatise! aussi matoo, vraiment super ton blog; je l’ai découvert hier et c’est trop top: megasuper interesting et asta (= à se taper le cul parterre- je ne pensais pas que cette formule venant de ma vieille marraine aurais pu me servir un jour mais ça colle bien à ton sens de l’humour):pompom:; keep up the good work :rigole: ; que le pouvoir du cercle lunaire soit avec toi!! :kiss: ps: c’est quoi nawak? c’est comme reubeu=beurre ou meufe=femme donc nawak= wakna??? :help:

  2. jvé répondre pour matoo
    nawak en fait c « n’importe quoi » en méga abrégé et stylisé !!
    sinn mattoo j’adore ton blog je le suis depuis un bout de tps et a vrai dire j’aime bien ton style d’écriture !
    raaa je ve habiter Paris et faire tout ce que tu fais, (juste les boites gays qui me tentent moins), la campagne ya rien a faire !!!

  3. Moa ossi Matoo, je lis ton blogu depuis un certain temps, et c vrément super duper :eek: Je viens bientôt vivre a la capitale, et j’en suis toute mouillée :o)

  4. Régis > En 165 après Jésus-Christ, Marc-Aurèle alors empereur a fait persécuter les Chrétiens…

    Je suis le seul à trouver ineptes la plupart des préceptes de ce philosophe antique ?

  5. merci Matoo, j’ai trouvé le mot qui concentre en lui tous les comportements de la société dans laquelle je vis. Impudence : culot et cynisme. Deux mots que je me lassais d’employer. La pensée du jour est bien difficile à élargir aux rapports autres que ceux d’homme à homme… Quoi qu’il en soit, je l’ai comprise, pour une fois. Peut-être parce qu’elle se dilue sur quelques paragraphes. Merci encore, ton dictionnaire automatique Alexandria qui ce soir m’a fait faire un grand pas.

  6. Juju > Ah ça c’est pas bien de faire persécuter des gens. Mais depuis la chrétienneté s’est bien vengée à la puissance 10 sur les « sorcières », les sodomites, les musulmans lors des croisades, les Indiens d’Amérique, … !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages