Pierre et Gilles, double je (1976 – 2007)

Pierre et Gilles, deux artistes dont les prénoms sont à jamais indissociables dans le registre artistique, et aussi un couple dans la vie. Ils sont donc homos et très connus dans la communauté gay. Mais leurs oeuvres dépassent largement cette catégorisation, même s’ils usent de beaucoup des clichés gays dans leurs thématiques, styles et références. Pierre et Gilles, c’est avant tout une oeuvre foisonnante et qui m’a toujours plu pour la beauté formelle de ces images oniriques, mais aussi l’originalité de leur travail photographique et pictural à quatre mains, pour leurs modèles archi-connus, et les divers débouchés de leurs créations (affiches de film, couverture d’album etc.).

Ils ont donc commencé leur collaboration l’année de ma naissance, et ils continuent aujourd’hui dans une voie similaire. Cette rétrospective au musée du Jeu de Paume est une grande réussite, tant au niveau des pièces présentées que pour la scénographie. 120 oeuvres qui couvrent les 30 ans de collaboration des deux artistes : des photos de stars (chanteur, acteur), de modèles inconnus mais fétiches (et souvent très connus du « milieu »), des images qui évoquent le sexe, la religion ou les deux, des icônes mythologiques et politiques, du kitsch, de la couleur et de l’acidulé, mais aussi des oeuvres plus graves (moins connues) et sombres. Pierre prend les photos, Gilles choisit les éléments de décor. Ils sélectionnent le cliché que Gilles va peindre, retoucher, coloriser… Et le couple confectionne alors un cadre original pour cette oeuvre hybride, alors aussi unique qu’un tableau.

Apparemment, Pierre et Gilles ne sont justement pas très appréciés des peintres ou des photographes, pour leur technique mixte qui n’est ni l’un ni l’autre. En tout cas, ils ont en trente ans assumé cette démarche, et sont devenus célèbres pour cela. Les reproductions de leurs oeuvres sont très connues, mais l’intérêt majeur de cette exposition réside dans la taille originale des tableaux qui donne une autre dimension aux oeuvres, et surtout dans les cadres, que je ne connaissais pas, et qui met fantastiquement en valeur les images. En effet, l’encadrement est totalement en accord avec l’oeuvre, et en reprend des matières, couleurs, rappels kitsch ou soulignement d’un détail.

La scénographie de l’exposition ainsi que l’organisation des salles sont très intéressantes et permettent de se plonger complètement dans l’univers des artistes, tout en comprenant mieux l’évolution de leurs travaux. J’ai ainsi découvert ou redécouvert des oeuvres, et me suis mieux rendu compte de leurs diverses périodes. J’ai beaucoup accroché sur les oeuvres où ils se mettent en scène, mais « à l’intérieur » en exposant des parties d’eux déformées et symétrisées, ce sont des pièces complètement différentes de ce qu’on connaît d’eux. Il y a aussi quelques oeuvres un peu plus sombres ou tristes (comme celle sur la guerre en Irak) qui sont loin du kitsch et des scènes rococo.

Pierre et Gilles, ce sont aussi des centaines de clichés de superbes mecs dans des poses lascives, des portraits archiconnus (Nina Hagen, Iggy Pop, Catherine Deneuve, Arielle Dombasle) et des tableaux d’une stupéfiante beauté et « effets » (pour moi : la madone avec Lio, ou bien le Saint Sébastien, ou encore le marin dans le port du Havre et le triptyque de Ganymède). Cette exposition vaut vraiment la peine d’être visitée, je ne pensais pas qu’il y avait une telle valeur ajoutée à découvrir ces oeuvres en vrai, mais force est de constater qu’au contraire, on y gagne énormément. Dépaysement garanti !

L’avis des copines : AtomicJonas, Psykokwak, Quido, Lunettes Rouges.

PS : Et je ne suis pas peu fier, j’ai même couché avec un des modèles d’une des photos exposées (y’a dix ans) ! Hé hé hé.

Pierre et Gilles, double je (1976 - 2007)

14 Commentaires

  1. Avant d’entrer dans l’expo proporement dite, il y a aussi à pas rater une petite salle, à gauche, avec des centaines de photomatons montés en plusieurs séries de planches vraiment amusantes ou Pierre se met en scène (ainsi que des amis). C’est très mignon. (Le premier qui dit Amélie Poulain a perdu)

    > »Et je ne suis pas peu fier, j’ai même couché avec un des modèles d’une des photos exposées »

    Rhoooo! In cauda venenum: Mais c’est énorme ça! On veut des indices et des détails!

  2. J’ai aussi manqué cette salle photomaton – décidément! – et puis le modèle, c’est lequel?? Hello Kitty?? :rigole: Il y en a qui sont assez mignons! Enzo?? :love: Bon ok j’arrête…

  3. j’ai beaucoup aimé cette expo que j’ai trouvé bien construite même si j’ai loupé la petite salle à photomatons… une tendresse particulière pour le jardinier ;-) . Je ne savais pas qu’ils faisaient eux-mêmes les cadres mais j’avais remarqué qu’ils collaient parfaitement avec les photos.

    Réflexion de ma fille 25 ans) devant la photo bleu blanc rouge : euh, le rouge ne donne pas envie… :mrgreen:

  4. C’est vraiu que cette expo est particulièrement réussie pour comprendre l’évolution de l’oeuvre.
    J’ai été très touché par ce jeune « bonze » avec pleins de bougies dans le tableau « Candle ».
    J’ai aussi beaucoup aimé la salle des autoportraits… Et comme toi, Ganymède.
    La mise en scène dde l’expo est aussi pleine de clins-d’oeil (je pense, enytre autres choses, aux fraises…)

  5. J’ai eu la chance de rencontrer Pierre par un ami commun, qui a d’ailleurs posé pour lui. Etrange personnage… Mais leur travail reste résolument moderne, iconoclaste et vivant.
    J’ai mêmes des « goodies » d’eux chez moi (va falloir que je les retrouve, tiens…)

  6. J’avais vu une expo dans une galerie il y a qq années, et en était ressort avec les mêmes bonnes vibes que toi. :)
    Merci pour les détails biographiques… parcellaires :langue:

  7. Ah ! 1976 ! L’année de Roger Glover : « Love is All ! ». Et d’autres comme « Hotel California », « la Parisienne » ou encore « Porque te vas » jalonnant une année vraiment exceptionnelle. Quand nous ponds tu un post réunissant tous ces morceaux d’anthologie ? :cool:

  8. Pierre et Gilles c’est de la merdasse tout comme David Lachapelle, ils ont eu une idée un jour et ils la ressortent depuis 20 ans.
    Pieere et Gilles c’est ringard comme Ikea, comme MTV, comme Matoo…..
    Pierre et Gilles c’est l’équivalent en photo d’un concert de Polanreff au champs de Mars.
    Et pis Matoo a couché avec tout Paris donc forcément dans le lot y’avait forcément quelqu’un en photo à l’expo.^^
    :ben: :ben: :ben: :ben: :ben: :ben: :ben: :ben: :ben: :ben: :ben: :ben: :ben: :ben:

  9. Mais je suis référencé chez le Grand matoo??? woaw, trop la classe! :mrgreen: Je suis également d’accord sur ce que tu as dit à propos des encadrements: ils sont magnifiques, astucieusement adaptés aux oeuvres auxquelles ils sont attachés et les mettent vraiment en valeur!
    je suis également du même avis que certains autres bloggeurs ici qui exigent la photo du mec avec qui tu as couché!!! Tu n’as pas le droit de lâcher ce genre d’information et repartir bien tranquillement. tu vas jusqu’au bout de la démarche et tu balances la photo!!!:hum:, alleeeez, siouplééé :lol:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages