Birmane

J’ai eu franchement peur en ouvrant le bouquin de Christophe Ono-Dit-Biot (autre envoi de PLON pour sa sortie)… L’histoire d’un type qui va en Birmanie pour pimenter sa petite vie de parigot, un roman d’action exotique qui risquait de me barber rapidement. Oh là là, pas du tout ! Il s’agit là d’un roman vraiment bourré de qualités, et qui ne se lâche pas, le genre qui vous fait rater votre station de métro, et vous donne envie de prendre un billet pour la Birmanie.

César travaille pour un magazine à un poste plutôt minable, il décide un jour de partir en Birmanie pour réussir un coup énorme. Il veut interviewer un ex-dictateur qui a fait fortune dans l’opium… Au final évidemment, les choses ne sont pas si simples, il découvre un pays plein de contrastes, politiques, économiques, sociaux, et aussi une femme, Julie. Elle est médecin, française, et c’est une femme forte et charismatique, César tombe immédiatement sous le charme. Mais les aventures du jeune homme ne font que commencer, et il découvrira bien des vérités qui lui feront mal, et qui feront aussi de cette destination le voyage initiatique de son existence.

Christophe Ono-Dit-Biot (a un nom chelou) n’est pas un écrivain au style extraordinaire, mais c’est un journaliste qui connaît parfaitement bien la Birmanie, et il a fait de ce roman une somme impressionnante d’informations diverses et variées sur ce pays. L’intérêt est qu’il n’est pas seulement là à raconter les clichés sur la culture birmane, au contraire il évoque avec beaucoup de prudence, de pudeur et de respect toutes les ambiguïtés qui nourrissent la personnalité complexe de ce territoire singulier. Aussi on y trouve autant de merveilleuses et époustouflantes descriptions de paysages et d’impressions terriblement efficaces à la vue de certains panoramas, ou même des anecdotes sur les cultures locales (dont la gastronomie), que des récits d’exactions de la junte militaire, de la corruption qui gangrène la société, des ravages de la drogue ou de la prostitution.

Mais la qualité première de ce roman est d’emmener son lecteur au fin fond de la Birmanie, et de proposer un récit totalement fictionnel, reposant sur des bases documentaires crédibles. Aussi on a droit à un « Indiana Jones à Rangoon » qui tient la route, tient parfaitement en haleine, et n’est jamais ridicule ou complaisant. J’ai juste été un peu frustré par une fin qui traînait un peu trop en longueur, et un ultime dénouement qui ne m’a pas spécialement emballé. Sinon, c’est le parfait roman pour se dépayser et se distraire, tout en apprenant énormément de choses sur la Birmanie.

Voilà un bouquin qui donnerait lieu à un bon blockbuster amerloque, et il a justement les qualités et les défauts inhérents à un tel rapprochement. Mais je ne boude pas mon plaisir, c’était un roman agréable et divertissant.

Birmane - Christophe Ono-Dit-Biot

4 Commentaires

  1. Ben dis donc tu es dans les happy few chez Plon .
    Je ne garde pas un souvenir impérissable de son précédent bouquin « Désagrégé(e) ».
    Je suis dubitatif quant à faire un blockbuster sur ce pays qui vit dans une dictature militaire féroce . Me Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la Paix, vit recluse et enfermée dans sa maison à rangoon sans recevoir la moindre visite. Elle se meurt dans une indifférence générale … sans que Total (entre autre) ni trouve à redire…

  2. Psykokwak> Justement il y a tout un passage à ce sujet, et beaucoup plus même spécifiquement à son propos dans le roman. Il est justement notable par la manière dont il fait passer des idées politiques tout en étant un roman « populaire » et accessible. Nan vraiment, pas mal..

  3. La Birmanie, c’est le moment de s’y intéresser.30 000 ( 100 000 ) manifestants dans les rues de Rangoon contre un régime dictatorial militaire, un(e) prix Nobel otage…*24 sept.14H.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages