Passage du temps : la collection François Pinault au « Tri postal » de Lille

Si vous êtes à Lille ou de passage, je vous conseille ardemment de ne pas manquer cette exposition. C’est la première fois en France qu’une partie de la collection de François Pinault, qui est parmi les meilleures au monde dans son genre, est exposée. Et c’est une tuerie !!! Non seulement pour la qualité des pièces présentées, mais surtout pour la scénographie et l’approche pédagogique du « Tri postal ».

Je ne m’attendais pas à une telle excellence dans cette exposition, et la surprise n’en fut donc que plus agréable. En effet, à la base je ne suis pas un gros fan d’installations vidéos, et les pièces très contemporaines, surtout dans cette « matière », ne me convainquent que rarement. Mais là, je dois avouer que c’est une réussite de A à Z.

Il y a déjà cet endroit qui est un parallélépipède géant très « usine » et qui est particulièrement adapté à de grandes oeuvres. Il y a les volumes et espaces idéaux pour de gigantesques projections ou des installations qui prennent là toute leur ampleur. Cela permet une scénographie qui met correctement en valeur les oeuvres, et permet au public de « respirer », comme de s’amuser et de se perdre dans ce dédale de création contemporaine. Ensuite, la sélection même des oeuvres de François Pinault m’impressionne par sa qualité et sa richesse. Mais surtout, la commissaire d’exposition, Caroline Bourgeois, propose un voyage thématique qui est à la portée de tous les visiteurs. Non seulement les repères proposés sont simples et accessibles, et les explications ne sont pas non plus complètement hautaines et fumeuses, mais en outre, on a droit à une vulgarisation de l’art contemporain qui explicite et instruit, sans galvauder ou rabaisser.

Et cerise sur le gâteau, un truc absolument génial et unique, un truc que tous les musées devraient proposer : on trouve dans chaque salle des « médiateurs culturels ». Ces derniers sont des étudiants en art (je suppose…) qui proposent d’expliquer les oeuvres aux gens. Et là, on est dans la véritable pédagogie autour de l’art, d’une vraie initiation à des explications complémentaires ou des éclaircissements qui rendent l’exposition simplement passionnante. Il y avait à la fois des familles ou des curieux, des enfants et des intellos, des béotiens qui ont pu ainsi percevoir « l’intérêt » de ces oeuvres après leur propre examen.

C’était très marrant aussi d’écouter les questions et les réactions des gens, et ces médiateurs qui étaient surtout là pour donner quelques pistes de réflexion sans inciter à autre chose qu’à aiguiser son propre ressenti. Je me suis surpris à arriver dans une salle (avec des peintures et des oeuvres sur le thème de la religion et de la Cène) et à trouver ça naze, uniquement parce que je ne comprenais pas. Et prenant mon courage à deux mains, j’ai demandé à une demoiselle qui m’a fait comprendre à quel point je n’avais rien « vu ». J’ai pris un plaisir énorme à visiter ce complexe, et à découvrir des vidéastes dont les oeuvres étaient terriblement troublantes, choquantes, belles, intrigantes etc. Et c’était marrant de retrouver les photos de Pierre & Gilles dans ce contexte, ou bien les extraordinaires autoportraits de Cindy Sherman.

Il y avait aussi des oeuvres plus « formelles » et des installations qui n’étaient pas des vidéos, mais c’est principalement ce média qui est mis en valeur. J’ai beaucoup rigolé en écoutant un des médiateurs qui expliquait une salle avec des oeuvres monumentales de « Gilbert & George » à une famille qui paraissait un peu sceptique et curieuse. Le type essayait de garder son sérieux en racontant l’histoire du couple d’artistes homosexuels qui allaient là assez loin dans la transgression et la métaphore sexuelle à peine imagée.

Gilbert & George - Blood Tears Spunk Piss

« Donc nous sommes dans une représentation des différents fluides du corps humain : blood pour le sang, tears pour les larmes, piss pour l’urine. Oui alors là vous voyez, il y a écrit spunk, qui peut se traduire par sperme en anglais argotique, mais ce serait plutôt jute ou foutre si on veut être proche de la signification. Spunk peut aussi vouloir dire bravoure ou courage dans un autre registre, et les artistes ont certainement aussi là démontré leur militantisme homosexuel… »

Les gens ont commencé à se décomposer, et ont vite quitté la salle en remerciant le médiateur de ses explications. Huhuhu.

L’entrée et la sortie se font en passant par un très grand « couloir » qui est agencé d’une oeuvre de Dan Flavin, dont j’avais vu la rétrospective au musée d’Art Moderne de la ville de Paris. L’installation, « éblouissement » est particulièrement impressionnante à cet endroit et en tant qu’introduction et conclusion de l’exposition. Autant les utilisations minimalistes de l’artiste me laissent un peu froid, autant là, elle dispensait toute sa force et son pouvoir hypnotique. Nous n’avons pas pu résister à un petit cliché souvenir (chuuuuut les photos sont interdites… hé hé hé).

Pose devant Eblouissement de Dan Flavin

Bref, vous aurez compris, j’ai été conquis par l’exposition. Elle est parfaitement réussie, et en tout point correspond à l’idéal que je me fais de la culture pour tous (6 euros l’entrée en plein tarif).

Passage du temps : la collection François Pinault au « Tri postal » de Lille

11 Commentaires

  1. De nombreux néons de Flavin sont exposés à la Pinakothek der Moderne. Je suis généralement très réceptif à l’art moderne mais je reste persuadé que son oeuvre est à la limite de de l’escroquerie.

    Mais finalement j’aime d’autres artistes qui font certainement pire. :mrgreen:

    J’ai rien dit.

  2. Il est vrai que depuis l’exposition « Skate » en 2004, je n’avais rien vu d’aussi transcendant au Tri Postal.

    « Il y a déjà cet endroit qui est un parallélépipède géant très « usine » et qui est particulièrement adapté à de grandes oeuvres. » >>> Pour infos, le Tri Postal est tout simplement l’ancien centre de tri de la Poste de Lille Métropole ^^ d’où l’aspect « usine » :)

  3. Un bien interessant voyage dans cette exposition qui me donne un but pour une escapade à Lille mais un seul regret c’est que tu n’es pas ajouté l’adresse de l’expo et surtout la date à laquelle elle se termine (je sais je ne le fais pas sur mon blog mais je vais y veiller maintenant). Flavin c’est très bien même si je préfère le travail de Morellet avec des néons. Je te recommande deux expositions que j’ai vues dernièrement le Sots art (art moderne russe) à la Maison rouge et de Superman au chat du rabin au musée d’art et d’histoire du judaisme. Je suis certain que tu ne seras pas déçu.

  4. Alors là je dis non!
    L’art vidéaste, ça me parle autant qu’à mon loulou de 4ans « papa c’est nul ». A part la vidéo « De Niro », tip top! Ah et puis celle du « flash »… Quelques tableaux intéressants. Finalement c’était pas mal ;)

  5. C’est marrant: j’ai été saisi par plusieurs vidéos mais pas par « are you talking to me? » du doublon en bifrontal de Taxi-Driver.
    Personnellement j’ai été moins intéressé par cette exposition privée que par les transphotographiques qui ont eu lieu dans cet immense hangar quelques mois plus tôt. Ce que j’ai aimé dans la collection Pinaut c’est la possibilité d’isoler des oeuvres dans de petites salles obscures où on peut les apprécier à leur juste valeur. Le parcours des oeuvres, reste lui aussi assez libre et on se surprend à se frayer un chemin un peu au hasard, et ça c’est bon!

    Je n’ai pas vu d’oeuvre en particulier qui m’ait renversé mais l’ensemble de l’exposition vaut vraiment le coup.
    4€ pour les étudiants, pour le coup allez-y.

  6. Et ben moi j’ai trouvé ça vraiment a chier…
    Etant actuellement etudiante en art je trouve vraiment sa inutile.
    Tout ce que j’ai pu retenir de cette exposition ce sont des gens a poil qui ne se gene pas pour montrer leurs partis sexuels…en bref je n’est vu que des bites.

    C’est vraiment une exposition pour les gens sortis de l’asile de dingue ou tout juste pret a y rentrer !
    J’ai deja vu d’autre choses beaucoup plus interessante concernant l’art contemporain, ça franchement c’est…ça a ni queue ni tête…je ne sais meme pas a quoi ça sert !

    Excusez moi mais pour voir a chaque pièce 4 télés dans chaque coin de cette meme piece ou on y voit un chat boire du lait ! C’est vraiment sans commentaire quoi !

    Voila mon coup de gueule sur cette exposition de oui on peut le dire…de MERDE ! :hum:

    Vraiment déçu d’avoir payé 6 euro pour ça !

    Une internaute en colère. :censure:

  7. :eek:oula!

    Ne t’a-t-on pas enseigné que l’art était inutile par essence. A mon avis tu n’es pas trop réceptive à l’art contemporain, ce qui n’est pas un problème en soi. L’art contemporain essaie de se passer du discours, essaie souvent de frapper par l’immédiateté de l’oeuvre. Cela peut ne pas te convenir.

    Je suis d’accord avec toi pour dire qu’il y a quelque chose de fouillis dans cette exposition mais elle est à mon avis très intéressante.

    Quant aux chats, ils peuvent représenter ce que tu veux. Pour moi ceux qui étaient disposés dans les coins mangeaient tranquillement alors que ceux placés en plein milieu d’une pièce ne cessaient de lever la tête pour savoir si d’autres animaux rôdaient autour.
    Ca ressemble au visiteur qui ne peut apprécier une oeuvre que dans la solitude et non sous le regard de ses congénères qui l’observent dans un moment d’intimité avec l’oeuvre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages