25 Commentaires

  1. Je dirais « Travailler moins, pour gagner moins, et dépenser mieux ». Gagner moins, c’est bien beau, seulement il faut que la consommation suive en conséquence. Et il existe des coûts qu’on ne maîtrise malheureusement pas (au premier rang desquels : le loyer quand on est locataire ; mon loyer parisien égorge mon compte en banque comme un porc saigné à blanc). Reste à agir là où on peut encore agir : vais essayer d’arrêter de fumer, ça me fera une économie de 155€ par mois, ce qui n’est pas négligeable. Supprimer progressivement tous les restaurants, les bars et les boîtes (organiser plutôt des soirées chez moi où chacun amène un petit truc à manger et/ou une boisson). Puis passer aux rapports sexuels non-protégés en faisant un joli test de dépistage VIH croisé avec mon chéri (hop, les capotes en moins).

    De toute façon, je m’en fous, je me suis payé mon écran plat en 2007… :lol:

  2. Pardon si je casse l’ambiance… :roll:

    Il faut savoir si on consomme moins ou si on achète moins cher…

    Dans le premier cas, il peut arriver qu’on supprime de sa consommation le « superflu ». Sauf que le superflu, ça veut tout et rien dire ! je vis sans télévision depuis dix-sept ans, ce qui veut dire que, pour moi, la télé est superflue. Pour un vieillard en maison de retraite ou une mère de famille en Ardèche, c’est quasiment indispensable ! :doute:

    Dans le second cas, on encourage souvent les entreprises à payer le moins cher possible leurs salariés !

    L’idéal serait, avant d’acheter, d’examiner :

    1) les conditions de travail et de salaire des employés (ce qui, pour moi, inclut les éventuelles discriminations contre les femmes, les noirs, les musulmans ou les juifs ou les chrétiens ou…, les pédés)

    2) le respect des normes environnementales (en sachant que toute production d’énergie suppose une destruction d’énergie !)

    3) l’utilité de l’achat (ai-je VRAIMENT besoin d’un écran plat pour baver sur Michalak ?) :redface:

    Et j’en oublie, bien sûr !!! :redface:

  3. Etant étudiant non boursier et non salarié, je vis de mes économies et de l’argent de poche que me lâchent mes parents et n’en suis pas moins heureux! ciao!

  4. tout à fait d’accord, d’ailleurs j’applique ce concept depuis des années.
    les loyers parisiens sont très chers, mais à moins qu’on tienne absolument à paris ou qu’on y soit forcé, on peut aussi aller vivre une vie plus cool en province. je ne dis pas que la province est LA solution, loin de là, mais que quelqu’un qui rêve de calme, de loyer peu cher, de campagne, de grandes maisons, de montagnes et de relations de village, ne devrait peut être pas rester bosser à paris :mrgreen:

    il y a une vieille histoire comme ça :

    c’est un indien d’amazonie qui se retrouve en présence d’un ingénieur, qui vient visiter son village pour essayer de leur vendre des connexions satellites. L’ingénieur regarde l’artisanat local et le trouve très beau, il explique alors à l’indien qu’il devrait avoir le net et un email. L’indien lui demande pourquoi, et l’ingénieur répond que ce serait pour faire plus de commerce ! avec un email, il contacterait plus de gens et gagnerait beaucoup plus d’argent. L’indien ne voit pas bien l’interêt, et l’ingénieur lui explique qu’en gagnant plus de sous, il pourrait trouver des gens pour fabriquer ses trucs à sa place, et avec encore plus de sous que ça, il pourrait carrément employer des gens pour gérer l’entreprise à sa place, et là il aurait le temps de se reposer au soleil une bonne partie de la journée.
    L’indien lui répond :  » heuuu :doute: ? comme ce que je fais déjà, là maintenant ? :-)  »

    :mrgreen:

    Le cercle vicieux dans le style :
    – il faut qu’on travaille comme des fous ?
    – pourquoi ?
    – pour payer la nounou ( ou le loyer à paris ou les trajets boulots etc etc)
    – et pourquoi t’as besoin d’une nounou ? ( ou d’un trajet boulot, ou d’un loyer à paris etc)
    – ben parce que je travaille comme un fou…

    c’est totalement illogique mais le pire c’est qu’on justifie ce fonctionnement comme dans une fuite en avant éperdue, quelquefois pendant toute une vie. Le dieu travail quoi… donne moi ton temps, donne moi ton énergie, et plus tard tu seras au paradis.
    c’est le contraire de la religion catholique en somme : les cathos croient au paradis après leur mort, les partisans de sarkozy refusent de voir qu’ils mourront avant de d’avoir le temps de profiter du paradis consumériste après lequel ils courent.

    Enfin bref, si on s’en sort à peine avec un certain salaire qui occasionne certains frais et un emploi du temps bouché, il est tout à fait logique de se demander si avec moitié moins de salaire, mais aussi moitié moins de frais, on ne s’en sortirait pas toujours à peine, mais avec plein de temps libre au moins :ok: . Je connais beaucoup de personnes qui ont sauté le pas du mi temps, de la mise en disponibilité et ce genre de choses, aucun ne s’en est plaint. au contraire, ils se sont réveillés de ce rêve stupide de la course au fric, avec une belle gueule de bois, mais enfin lucides :ok:

  5. J’ai pris une disponibilité
    Je me suis cassé en Espagne.
    Je gagne moins,ça c’est sûr (cependant je n’ai pas l’impression de me priver )
    Mais,
    J’ai du temps
    Pour vivre
    alors,
    J’ai redemandé une disponibilité.
    ça me va.
    Janvier 2008…en prendre pour une troisième année?
    Ouais!

  6. Déjà fait en retraite je me suis retrouvé avec 60% de mes revenus antérieurs ,il m’a fallu un an pour m’habituer quand même;-)
    Sur la photo en haut à droite t’es vraiment super:lol:

  7. C’est pas pour ronchonner mais… c’est pas con mais c’est pas nouveau. La décroissance, c’est quand même le cheval de bataille de certains mouvements, et c’était au programme de certains candidats à l’élection présidentielle… Voynet pour ne citer qu’elle.

  8. Travailler moins pour gagner moins de pognon. Bah oui tiens! Et comme on aura bien pris soin de mettre tout l’argent superflu pour pouvoir se faire soigner quand on sera vieux. :boulet:

  9. Tout à fait d’accord avec le commentaire de Krysalia.
    Travailler plus pour acheter plus c’est bien en réalité cela qui se cache derrière le « travailler plus pour gagner plus ». Non au capitalisme et oui à l’hédonisme : travaillons ce qu’il faut pour s’amuser comme il faut ;)

  10. Soyez chef : travailler moins et gagner plus
    Ca c’est la soluce ! :o) Mais pour ca c vré fo avoir travaillé bcp bcp a un moment de sa vie hiha

  11. C’est ce qu’en apparence je fais depuis trois ans.
    (en réalité je bosse comme jamais mais à des choses personnelles ou pour les copains et qui ne me rapportent (généralement) rien ou pas loin).

    Cela dit récupérer une part de sa vie pour la consacrer à ce qui vraiment nous tient à coeur, ça en vaut la peine et ça oblige à sortir de la spirale infernale de la consommation. Le grand problème est de parvenir malgré tout à payer l’essentiel.

    (et puis je ne pourrais pas m’offrir ce luxe si je vivais vraiment seule, il faut aussi l’admettre)

  12. C’est marrant… La sombre impression que depuis que SArkozy est au pouvoir, et qu’il file de la tune aux riches plutôt qu’aux pauvres, les pauvres se sentent pauvres…
    Je dis ça, je dis rien.
    Christophe

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages