30 jours de nuit

Alors bon oui c’est un film d’horreur, un film de vampires, et donc je vais encore faire des cauchemars pendant des mois. Aaaaah je me fais tout le temps avoir, c’est pas possible.

Mais bon ce n’est pas un navet total, c’est même plutôt un film de genre d’une assez jolie facture, et qui se regarde bien, malgré les maladresses et incohérences scénaristiques. Et puis, il colle bien la frousse et une bonne dose d’angoisse ce qui est tout de même un des facteurs clefs de réussite de ce type d’oeuvres.

Nous sommes à Barrow en Alaska, qui est un des points les plus au nord des USA. Nous sommes à la veille d’une nuit qui va durer trente jours, et le shérif Eben (le beau Josh Harnett) fait face à quelques curieux actes de vandalisme. Des chiens sont tués, des téléphones volés et brûlés, etc. En même temps, l’ex-copine d’Eben, Stella, qui est une meuf avec des couilles ça comme, d’ailleurs elle est pompier, revient sur Barrow, et se retrouve un peu bloquée dans la ville. Dès que la longue nuit commence, c’est la catastrophe !! Une bande de vampires à la mine patibulaire (mais presque) débarque et se met à bouffer tous les gens !! Eben, Stella et quelques personnes réussissent à s’échapper, mais ils doivent tenir 30 jours pour échapper à l’appétit et la voracité sanguinaire de ces goules pas gentils gentils.

Le scénario est évidemment d’un classique absolu. On a le gentil shérif et son ex, et ils sont toujours amoureux en fait et bla bla bla. Et la grand-mère du shérif et son frère adorent l’ex meuf et bla bla bla. Et les vampires mordent et mordent et griffent et torturent, ce sont des enfoirés ultimes. On n’est clairement pas dans le vampire aristo et sensible, mais bien dans le tueur sanguinaire et sans pitié, qui baragouine la langue des carpates, et qui ne cherche qu’à arracher la jugulaire du premier inuit qui se présente.

Le film distille assez bien l’angoisse et la peur, il propose quelques scènes avec de bons sursauts et moments gores assez riche en hémoglobine. On n’hésite pas à y hacher la gorge d’une gamine de 6 ans, ou bien à torturer les quelques survivants qui servent d’appâts pour les autres. Bref, j’ai retenu mon souffle à bien des reprises. Les décors aussi sont plutôt réussis, et les effets spéciaux servent leur objectif. J’ai bien aimé l’original traveling qui montre les vampires qui courent après tous les habitants, mais uniquement par une vue de dessus très bien chorégraphiée et dynamique.

Par contre, on est d’accord, c’est un film d’horreur et de vampires… Donc ça ne vole pas non plus super haut, et il y a quand même mieux dans le même genre. On repère pas mal de conneries dans le scénar ou la réalisation, et le film ne restera pas dans les annales…

30 jours de nuit

13 Commentaires

  1. Une question : est-ce que le transformateur principal de la ville de Barrow, Alaska, est équipé d’un redresseur hexaphase à vapeur de mercure ?
    Non, je demande ça, c’est jsute pour aider, parce qu’avec 30 jours de nuits, et la conso moyenne d’électricité des étasuniens, faut que ce soit solide comme réseau, surtout par le froid qu’il y règne…
    Si besoin, je sais où ils peuvent se fournir :
    ici

  2. Ha ! Ces lyonnais ! Ils sont trop forts!
    Moi-aussi, je suis lyonnais
    Heu… pour le film, j’l’ai pas vu, c’est grave docteur ? :boulet: :joker:

  3. Pour les non lyonnais, Jean de la XR n’est pas un ancêtre d’X-or, juste un habitant de la Croix Rousse (XR), quartier bobo (ou en ruine, suivant où on est) lyonnais.

  4. « Alors bon oui c’est un film d’horreur, un film de vampires, et donc je vais encore faire des cauchemars pendant des mois. Aaaaah je me fais tout le temps avoir, c’est pas possible.

    Mais bon ce n’est pas un navet total, c’est même plutôt un film de genre d’une assez jolie facture, et qui se regarde bien, malgré les maladresses et incohérences scénaristiques. Et puis, il colle bien la frousse et une bonne dose d’angoisse ce qui est tout de même un des facteurs clefs de réussite de ce type d’oeuvres. »

    Je ne savais pas que tu étais sarkoziste…

    :rigole:

  5. Nan, je suis pas un bobo, je vis dans un hlm (SACVL) à la Croix-Rousse et je ne touche que 600 euros d’ASSEDIC par mois, :pleure: et y’en a plein comme moi à la XR, méfions-nous des légendes urbaines (c’est le cas de le dire!). :-( Coucou Matoo! :salut:

  6. je préfère les poules mouillées aux pédants multi blasés moi :ok:
    Avec les poules mouillées au moins on n’a pas honte d’avoir peur, et on se marre bien ensemble en regardant ce genre de films. avec les blasés, si on frissone on a l’impression d’en faire trop, c’est chiant en plus d’être gênant :langue:

  7. Bonjour,
    bon résumé, j’en vois un du style tous les 5 ans. Pour celui ci, la critique avait l’air correcte, et l’idée pas mauvaise, banco. Mais le résultat aurait pu être dix fois meilleur en retravaillant un peu le scénar, du coté du liant et des sauts dans le temps, faut quand même un mimimum de crédibilité.
    En tout cas, les maquilleurs méritent une mention, de ce coté là, c’est vraiment réussi.
    Juste avant y a eu une bande annonce avec une fille enfermée par le gardien dans un parking souterrain, l’a pas l’air mal non plus celui là :-)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages