L’homme qui n’avait pas mal

Dans ma nouvelle boite, attention c’est pas des pédés.

Ce midi, je reviens de l’extérieur vers 13h30, j’étais allé m’acheter un sandwich histoire de mâchonner un bout de jambon beurre, entre deux tapotis-tapotas sur mon clavier. Je me prépare à remonter au bureau, et j’entre dans l’ascenseur que la jeune fille a gentiment fait patienter le temps que j’y entre. Et là je le vois arriver…

Un type de 40 ans dans son joli costard Boss avec sa Rolex qui dépasse, sa chemise d’un blanc virginal, son sourire émail-diamant, et un énorme signal qui clignote au-dessus de da tête et qui indique : « GROS KEKOS BRANLOS TCHATCHOS ». En plus, c’était une jolie minette dans l’ascenseur avec moi, et je crois que c’est cela qui l’a motivé à accélérer pour nous rejoindre… alors que les portes se refermaient.

Ce sémillant commercial portait un gobelet de café bien fumant, et les portes de l’ascenseur se sont généreusement refermées sur lui lorsqu’il a tenté d’y pénétrer. C’est alors que son gobelet s’est chaleureusement renversé sur sa chemise immaculée, devenue rapidement maculée.

La fille et moi, on a eu peur pour le gars. Et on lui a demandé si ça allait, si cela ne le brûlait pas etc. Et le gars n’a pas moufté. Alors que son torse caféiné exhalait une vapeur qui indiquait une température volcanique, il nous a rassuré « Non, non, ça va ce n’est pas très chaud ! Tout va bien. ». Mais en même temps qu’il disait cela, son visage indiquait clairement une crispation des zygomatiques assez similaire à quelqu’un qui viendrait de se faire ébouillanter les pecs.

Mais il a tenu bon, et quand j’ai quitté l’ascenseur qui fleurait bon l’arabica éthiopien, sa chemise marronnasse fumait toujours. Mais l’homme avait conservé sa dignité toute marmoréenne, rien n’aurait pu l’atteindre.

Je lui ai jeté un coup d’oeil inquiet en sortant, mais il m’a rassuré d’une oeillade hautaine sans équivoque qui semblait affirmer : « Même pas mal ! ».

16 Commentaires

  1. Que sur la chemise ? parce que le café chaud ça ne pardonne pas, de plus :pleure: impossible de « ravoir » la tache sur une nappe blanche …

  2. bah, à mon avis sa brûlure aux pecs ne lui a rien fait en comparaison de sa plaie béante à l’égo, et devant une minette en plus :gene: :help:

    En tout cas il a la grande classe d’assurer comme ça. Je crois qu’à sa place j’aurais crié  » oh PUTAIN de bordel de MERDE, eh ben voila CHAMPIONNE du monde HEIN :mur: « . C’est moins élégant, mais ça soulage grave dans des cas comme ça :rigole:

  3. Dans les films, le mec aurait retiré sa veste, puis sa chemise dont il se serait alors servi pour essuyer, que dis-je, pour caresser son torse aux pecs parfaitement dessinés.

  4. Mes connaissances progressent:-gros kekos branlos tchatchos j’ai compris :lol: ,enfin je pense, mais l’hetero-drama-queen d’Orpheus çà ressemble à quoi? Tu peux m’envoyer une photo Orpheus? :eek: :-)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages