Mélenchonnage

Week-end parental oblige, j’ai regardé la télé aujourd’hui, et notamment ce midi l’émission de Paul Amar sur France 5 « Revu et corrigé ». Ce programme ne m’a pas paru du tout au niveau de feu « Arrêt sur Images », mais au moins il évoquait les épisodes de la semaine passé avec la flamme olympique, et Jean-Luc Mélenchon était là pour donner son avis.

Grâce à Cédric, j’ai aussi revu un passage de sa contribution au même thème chez Ruquier, et apparemment ce sénateur de l’Essonne bien connu pour son franc-parler et ses positions tranchées, est en train de ruer dans les brancards avec ses opinions iconoclastes.

Tout cela fait un peu écho au post que j’ai récemment lié pour moi-même un peu m’exprimer à ce sujet. En effet, je n’ai jamais directement évoqué mon opinion, d’abord parce que ce n’est pas du tout la vocation de ce blog, et ensuite par simple humilité. Je n’aime pas les mouvements de blogosphère comme ça… Et je déteste m’exprimer sur des sujets que je ne maîtrise pas, d’autant plus lorsqu’ils sont politiques, économiques, historiques ou culturels. Donc à peu près sur tout. Je me force à donner mon avis sur certaines choses, mais ce n’est pas sans craindre en tremblant de dire de grosses conneries.

Et depuis le début, cette histoire de Tibet me laisse circonspect. Et beaucoup des arguments de Mélenchon me parlent. Même si je ne porte pas la Chine dans mon coeur en tant que pays démocratique, je suis également réticent à des pays dirigés par des religieux. En outre, ces affaires de colonisation, néo ou pas, sont très complexes. Il est d’autant plus dingue que la France donne des leçons à ce sujet… Ou alors peut-être faudrait-il que nous étudiions aujourd’hui avec circonspection et réalisme les demandes d’autonomie de la Bretagne ou de la Corse. Ce sont aussi des régions avec une langue, une culture, une histoire etc.

Bref, je n’aime pas la manière dont j’entendais les gens parler des chinois pendant l’émission : « ninja », « matrix », « adeptes des arts martiaux » etc. Heu… nan mais ils ressemblent à quoi nos CRS en plus ? Même si le fait d’avoir des chinois qui font la loi à Paris est très étrange et paraît inadmissible. Ensuite, il y a désinformation et propagande de tous les côtés, comment y voir clair ? Je trouve que cela ressemble autant à un conflit israélo-palestinien ou encore la Russie et la Tchétchénie, et du coup j’ai beaucoup de mal à porter un regard tranché sur cela. Du coup, je suis épaté de voir fleurir dans les blogs ou ailleurs autant d’opinions si militantes et qui semblent si réfléchie.

Ou alors je ne sais pas mais j’imagine qu’il faut refuser de vendre nos centrales nucléaires aux chinois, et carrément les boycotter. Ou bien les jeux olympiques ne seront-ils pas une occasion d’ouvrir encore plus la Chine, et de leur permettre progressivement de s’améliorer ? Quelle stratégie adopter alors ? Là il me semble qu’on est en train de tout gâcher, dans les deux voies.

En tout cas, ça fait du bien d’entendre un discours différent, et qui m’interpelle en tout cas.

L’article sur le Tibet du site de Jean-Luc Mélenchon.

15 Commentaires

  1. Salut Matoo!
    Du peu de documentation que j’ai, j’extrais « Le Dessous des Cartes » et « Le Dessous des Cartes II » comme conseil à la résolution de tes carences en connaissances des problèmes mondiaux! Pardon d’être direct (et directif), mais je trouve ces ouvrages vraiment très bien, d’accès facile pour tout homme qui veut comprendre ce qui fait tourner le monde aujourd’hui (même à mon cousin portugais, j’ai photocopié les pages concernant Gaza!)
    Bisous Matoo, promis, je fais doucement mijoter M-rif, quand il sera à point, ça sera cool :)

  2. La question est plutôt, Tibet « libéré » ou pas, restera-t-il des Tibétains? Mariages forcés (ce qui n’est pas forcéméent une mauvaise chose pour les femmes d’un point de vue économique) à des Chinois, avortement forcés… C’est sans doute un peuple qu’on fait disparaître par assimilation forcée, et c’est beaucoup plus insidieux que des éclats de force ponctuels.

  3. Je crois que nous sommes tous du même avis: oui au Tibet ,oui aux chinois, non à la politique du gouvernement chinois au Tibet, non à l’exploitation économique des chinois qui ressemble à celle de l’Angleterre industrielle du début du 19ème siècle

  4. je suis assez d’accord avec toi; je n’ai pas d’avis très tranché sur le Tibet et je suis très méfiant, et des religeux de tous poils, et des Français si pro TIbet, ça me fait penser à une simple expression décomplexée de la xénophobie qui s’exerce contre les chinois. On entend tous les lieux communs sur ces  » fourmis  » comme disait l’autre. QUand on voit combien la France a des difficultés à regarder en face son histoire coloniale et surtout son histoire coloniale en Algérie… l’historien que je suis reste très mal à l’aise…

  5. Il est certain que les Français sont les premiers à gueuler « Ouuuh, les droits de l’Homme ! » quand il s’agit des pauvres Tibétains tenus sous le joug des vilains Chinois mais, par contre, quand des « vilains maghrébins » et/ou des « vilains africains » (façon détournée de dire « arabes » et « noirs » puisque les maghrébins sont des africains, mais passons) se font expulser manu militari par les grandes forces de l’ordre françaises, là, évidemment, les droits de l’Homme on s’en tape puisqu’on les remplace par « les droits de la France aux français » ce que, manifestement, ces « Hommes » n’ont pas.

    Ceci dit, au-delà de cette douce hypocrisie habituelle (qui n’est pas que française, « rassurons-nous ») – et sans compter que ce n’est pas parce que la peste est ignorée ici qu’il faut dans ce cas ignorer toute autre forme de choléra (comprendre : le comparatisme des « maux » de l’Humanité et la hiérarchie des souffrances, ça n’a pas grand intérêt), au-delà de tout cela, disais-je, je relèverai simplement deux choses qui me semblent plus que moyennes dans les propos de Mélenchon.

    La première, c’est lorsqu’il compare la « théocratie » bouddhiste tibétaine à la République des Molahs iranienne. Alors, déjà, ce genre de comparatisme à la petite semaine, je m’en passerai volontiers, merci. Comparer une « religion révélée détournée par des intégristes politiques » à une « philosophie construite qui sert de fond à une construction identitaire », ça n’a rien à voir. Ce serait comme dire : « l’Irak de Saddam Hussein et la France, c’est pareil, ce sont des républiques laïques » (ce qui était vrai) : cela n’amène rien au débat (tout comparatisme n’est donc pas pertinent pour faire avancer le schmilblik). Ceci dit, ce comparatisme est malgré tout fallacieux per sé puis que le bouddhisme tibétain n’est pas une théocratie (jusqu’à preuve du contraire, leur référence, c’est Gautama Bouddha et pas un Dieu intangible). Enfin, le bouddhisme tibétain n’impose rien aux Tibétains (contrairement à l’Islam politique iranien en Iran aux Musulmans et aux non-musulmans) etc. etc. Bref : Jean-Luc Mélenchon est un bon vieux laïcard de la vieille époque, façon coco sur le tard qui sent se réveiller ses vieilles affinités marxistes.

    La seconde chose, c’est quand il défend l’idée que le colonialisme chinois a supprimé l’esclavagisme (le système des serfs), que l’expansion économique tibétaine est d’autant plus développée grâce aux chinois, que l’alphabétisation avant l’invasion chinoise était de 2% ou que sais-je encore. Bon. Je souhaiterais éviter le point Godwin à ce stade des commentaires (c’est encore trop tôt ;-) ) seulement on ne peut défendre des agissements politiques sur le simple critère du « progrès social-économique ». D’autres régimes politiques ont eu ce genre d’effets « apparemment positifs » sur le fonctionnement économique de certains pays, au mépris cependant de certaines libertés particulières (liberté de culte, liberté culturelle, liberté de pensée, liberté d’expression, liberté de la presse, liberté de circulation, liberté politique, etc.). En fait, ce que nous fait Mélenchon, l’air de rien, c’est une sorte de maoïsme post-moderne qui ne dit pas son nom : « Au moins, avec Mao, il y a eu ça, ça et ça ». Sauf que, ce que ne dit pas l’histoire, c’est que ces évolutions sociales auraient très bien se manifester d’une autre façon, par d’autres moyens, dans d’autres conditions, et sans nécessairement être « imposées » comme elles l’ont été par le maoïsme. On ne peut donc que « constater » certains faits mais pas porter de jugement de valeur sur ces faits, comme le fait Mélenchon.

    Cela, c’est pour critiquer Mélenchon et sa prise de position. Ceci dit, cette critique n’enlève en rien à la naïveté dont le problème tibétain est perçu par les majorité des Français (et des Occidentaux). Seulement, de mon point de vue, vue la situation pathétique au Tibet, c’est un pis aller et c’est déjà ça. Car, ne nous trompons pas : la naïveté est aussi du côté du comité olympique qui croit pouvoir « inviter la Chine à s’ouvrir au monde » grâce à son action – sauf que, du point de vue chinois, la décision des jeux olympiques en Chine est plutôt interprétée comme « enfin, la reconnaissance de la grandeur du modèle chinois et du rayonnement chinois sur le monde ». Pour en revenir au problème tibétain, mon ex petit-ami a pu faire un voyage de 15 jours au Tibet en mai 2007 et a eu l’occasion de me raconter ce qu’il avait pu voir là-bas avec horreur en le recoupant notamment avec les confidences prudentes des autochtones : comme dans tous les « pays » avec un régime autocratique (allez, j’accorde le terme de « province » puisque nous sommes dans un « post-empire fédéraliste »), les habitants qui accueillent des étrangers chez eux sont systématiquement « visités » par le même genre de personnages sympathiques aperçus à Paris autour de la flamme olympique pour bien vérifier que la « ligne officielle » a été tenue (cela existe également à Cuba, pour information – source : une amie qui a passé trois semaines là-bas pour faire un reportage sur la question). A noter que les visas tibétains sont extrêmement limités aux occidentaux par le gouvernement chinois : étonnant, s’il n’y a rien à cacher, non ?

  6. J’aimerais ajouter une dernière chose : vive le discernement et sortons des réductions d’étiquettes. A ce titre, il faut critiquer ceux qui fustigent « les Chinois » au titre que la politique chinoise au Tibet leur semble mauvaise. Car on peut tout à fait aimer la Chine, aimer la culture chinoise, apprécier personnellement des Chinois et se sentir proche du peuple Chinois, tout en condamnant pourtant la politique chinoise au Tibet. De même, on peut tout à fait aimer Israël, aimer la culture juive, apprécier personnellement des Israëliens et/ou des Juifs et se sentir proche du peuple Israëlien et/ou Juif, tout en condamnant pourtant la politique israëlienne vis-à-vis des Palestiniens. De même qu’on peut tout à fait (blablabla) Iran, aimer la beauté intrinsèque d’une religion comme l’Islam, apprécier également les vestiges historiques perses, avoir des amis iraniens et se sentir proche du peuple iranien, tout en condamnant la politique de l’Islam iranien au pouvoir. Et, figurez-vous que c’est incroyable mais cette formule marche très bien aussi avec la Russie, la France et les Etats-Unis.

    En résumé : ce n’est pas parce qu’on critique la politique chinoise au Tibet qu’on est un raciste anti-chinois ET ce n’est pas parce qu’on critique la politique chinoise au Tibet qu’on devrait pour autant être raciste anti-chinois.

    Vous pouvez reprendre une activité normale.

    (tiens, ça faisait longtemps que je n’avais pas commenté longuement d’un sujet politique. Merci mon Matoo ! :rigole: )

  7. L’intéret de l’intervention de Mélenchon est aussi d’essayer de décortiquer quelles sont les forces en présence, autrement dit, qui a intéret à pousser quel sujet dans les médias. Dans notre société de Communication, s’il y a une « histoire » c’est que quelqu’un a intéret a ce qu’elle sorte. Ceci étant, je pense quand meme que les Jeux Olympiques sont une occasion unique de faire passer des messages à la Chine sur le point de vue du reste du monde.

  8. L’avantage de passer après Urobore, c’est qu’il a tout dit.
    Le problème de passer après Urobore, c’est qu’il a tout dit.

    La prise de position de Mélenchon rompt avec le consensus pénible relayé par les héraults Ménardo-Torretoniens qui vont briller sur les plateaux télé. C’est pas plus mal. Ses arguments font sens sauf lorsqu’il se livre à des comparaisons regrettables … Comparaison n’étant pas raison, c’est là que son discours trouve sa limite. Mais le dogmatisme manichéen n’a jamais été très propice à une excellente politique diplomatique … C’est tellement simplificateur …

  9. Mélenchon est un homme politique qui tente de fédérer un certain électorat autour de lui, comme il le faisait en 2005 avec le traité constitutionnel. Sa prise de position est entièrement calculée, comme celle des autres hommes politiques qui se sont exprimés sur le sujet.

    Il n’y a qu’à faire un tour sur son blog… ça sonne bidon, d’un bidon…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages