Les citronniers

Vous avez peut-être remarqué que je m’émerveille souvent des pépites du cinéma israélien, et là encore, il y a de quoi !! Dire qu’on dépense du temps et de l’argent à se taper des blockbusters, alors que ce film est une réussite qui mériterait tous les projecteurs. Un petit film certes, mais qui est bourré de charmes, et qui arrive à dessiner avec beaucoup d’acuité l’inextricable situation, et là la plus ubuesque qui soit, dans cette région du Moyen-Orient.

Le film figure deux excellents comédiens, et surtout l’extraordinaire Hiam Abbass que vous avez pu voir dans « Free Zone » ou entendre dans « Azur et Asmar ». Elle est Selma, une modeste cultivatrice de citrons palestinienne, veuve, qui vit juste sur la frontière entre Israël et la Cisjordanie. Cette terre et ces arbres sont son seul revenu, et le seul héritage de ce mari qu’on voit en photo dans la maison, avec son air sombre et mutique. Voilà que débarquent de l’autre côté de ses cultures, le ministre de la Défense israélienne en personne et sa femme, Mira. Ils s’installent dans une maison cossue et immédiatement barricadée par les militaires, avec miradors et tout le tintouin. Très vite, les services secrets estiment que les citronniers sont une menace pour la sécurité, et ils informent Selma qu’ils vont les détruire. Elle refuse énergiquement, et va demander l’aide d’un avocat palestinien. Elle ira jusqu’à la cour suprême…

Ce n’est pas un film tonitruant et qui a des ambitions hollywoodiennes, et cela ne le rend que plus attachant. Il est impossible de rester insensible aux déboires de cette femme, et encore moins à l’histoire d’amour qui arrive à naître dans cette allégorie du désespoir. Le scénario est simple et superbe, et pourtant il est largement improbable, et s’apparente plus à une fable. Mais ça marche, oh oui ça fonctionne même terriblement bien. On retrouve bien les absurdités des relations israélo-palestiniennes, et de toute façon les deux camps en prennent pour leur grade. Que ce soit l’hypocrisie des israéliens et leur politique antipalestinienne inhumaine à certains égards, ou bien la grande difficulté pour une femme de s’affirmer du côté arabe, ainsi qu’une certaine compromission, on se demande bien comment cela va finir (mal certainement).

Je vous le conseille, c’est finement joué et assez palpitant, en plus d’être touchant et parfois à fleur de peau. Il s’agit là d’une très belle oeuvre, qui je l’espère trouvera son public.

Les citronniers

3 Commentaires

  1. Très beau film, sur une idée originale, avec de très beaux rôles de femmes (lâche ou profiteur, les hommes ne sont finalement pas très reluisants dans cette histoire). En général, les films israéliens qui arrivent jusqu’à nous sont de toute façon rarement décevants. A conseiller fortement.

  2. qu’est ce que tu connais a la politique israelienne garcon… va poser tes fesses deux minutes la bas si t’es un homme.
    va vivre le calvaire d’un juif dans ce monde.
    etre juif, c’est etre en danger de mort, c’est savoir que partout dans le monde des gens veulent votre mort. et je parle de notre epoque, il serait facile de parler de pogroms ou de nazis, naaan . israel se bat pour sa survie, les palestiniens sont pris en otages par les pays arabes environnant qui les laisse dans le desert pouruniquement pour servir leur interets.
    lis « comment le peuple palestinien fut inventé » qui relate tous les faits historiques depuis la creation d’israel. et plus jamais tu ne sauras quoi repondre quand on te parlera d’israel. je doute que tu le fasse, comme tout le monde tu dois te nourrir des conneries de TF1 .
    allez, salut.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages