De la justice

Numérius avait de nombreux ennemis politiques, comme c’est le cas pour chacun de nous, et ils avaient fabriqué ces accusations contre lui dans l’espoir que j’allais le révoquer. Point par point, Numérius réfuta avec une telle habileté l’argumentation de Delphidius que celui-ci finit par se tourner vers moi en s’écriant avec colère : « Grand César, peut-il jamais y avoir de coupable s’il suffit de nier les accusations ? » Ce à quoi je répondis, dans une de ces rares ripostes improvisées au cours desquelles – du moins c’est ce que je me plais à croire – les dieux parlent par ma bouche : « Peut-il jamais y avoir d’innocent s’il suffit d’accuser ? » Il y eut un brusque silence dans la salle. Puis des applaudissements éclatèrent et ce fut la fin du procès.

Je rapporte cette histoire par vanité, bien sûr. Je suis très heureux de ce que j’ai dit ou de ce qu’Hermès a dit par ma bouche. Mais, pour être franc, je ne suis pas le meilleur juge du monde. Souvent, quand je pense apporter une subtilité, je ne fais en réalité que répandre la confusion. Je cite pourtant cette anecdote car elle démontre, à mon avis, le vrai fondement du droit. Les souverains qui ont été des tyrans ont toujours cru que si un homme est présumé coupable, alors il doit l’être en effet car pourquoi sinon, se trouverait-il dans une telle situation ? Or n’importe quel tyran sait qu’un homme peut être parfaitement innocent et avoir de puissants ennemis (au premier rang desquels se trouve très souvent le tyran lui-même), et c’est pourquoi je préfère que ce soit à l’accusateur plutôt qu’à l’accusé de fournir la charge de la preuve.

Citation extraite du roman : « Julien » de Gore Vidal. Page 349.

1 Commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages