En descendant la rue de Belleville

On passe devant cet immeuble pas tout frais :

72 rue de Belleville

Et on y voit en détail :

72 rue de Belleville - plaque à propos d

Et un peu plus bas, place Fréhel, on trouve ces deux murs assez incroyables :

Place Fréhel

En détail, l’oeuvre de Ben :

Place Fréhel - Il faut se méfier des mots Ben 1993

Et en face donc, cette fresque dont j’ignore tout :

Place Fréhel

C’est dimanche… De la naissance de Piaf à la place Fréhel, je pense à Damia et son « sombre dimanche », très bien repris par Claire Diterzi. Ah la chanson réaliste, c’est tellement gai !!!


Damia – Sombre Dimanche


Claire Diterzi – Sombre Dimanche

Nan, c’est tout. C’était la lose du dimanche soir.

15 Commentaires

  1. La légende de Piaf naissant sur les marches du 72 rue de Belleville, les jambes de sa mère recouvertes de la pèlerine d’un agent de police qui passait par là, a bien été publiée dans les « mémoires » de la Môme avec son assentiment, ainsi que bien d’autres « souvenirs » qui ont fait pleurer les foules…
    Mais petit tour à la Mairie du 20ème, sur le registre d’Etat Civil des naissances, à la date du 18 décembre 1915: naissance d’Edith-Giovanna Gassion rue de la Chine à la maternité de l’Hôpital Tenon (juste derrière la mairie).

    Après tout on s’en fout! On aime bien aussi rêver et pleurer:
    « A la face du monde, au mépris de leurs lois,
    Jamais rien ni personne m’empêchera d’aimer
    J’en ai le droit d’aimer, j’en ai le droit »
    Le droit d’aimer (Rober Nyel-Francis Lai)

  2. Combien d’entre nous savent que la brave petite Française à la robe noire a été élevée les premières années (avant de partir à Bernay dans l’Eure chez son autre grand-mère, celle qui tenait un bordel) et a appris à chanter avec sa grand-mère maternelle, Emma-Saïd Ben Mohamed « dresseuse de puces », fille de Saïd Ben Mohamed né circa 1827 à Mogador (actuellement Essaouira au Maroc)?
    De son vivant Piaf n’en a jamais parlé, mais à l’époque…

    Pour ce quartier encore grouillant et vivant tout cosmopolite (combien de temps encore?), un petit guide très bien fait est sorti l’été dernier et se trouve dans les librairies du Nord du 20ème): Promenades à Belleville et Ménilmontant. Matoo tu y trouveras une réponse quant au détective de la place Fréhel, mais là j’ai prêté le bouquin à des voisins…

    Bambino, qui dit bien des bêtises ailleurs, amoureux de Paname

  3. Un coup au coeur… Des images de mon quartier! La petite statue d’Edith Piaf (place Edith Piaf, ça ne s’invente pas;-)) aurait trouvé sa place ici. :pompom:

  4. Dis-nous, Matoo, tu n’as pas parlé de l’affiche – plus éphémère mais plus vivante – noire sur fond rouge « LE POUVOIR AU PEUPLE » collée sur la façade de la maison pseudo-natale de Piaf ?…
    Je ne suis pas communiste du PCF ou de l’extrème gauche, mais je repense avec de plus en plus de vigueur à mes lectures adolescentes de Marx et Fourier…

  5. Après recherche, l’air est un morceau de jazz du hongrois Seress Rezso, qui date de 1933.
    Des paroles ont été posées sur cette musique en anglais (Gloomy Sunday) et en français (Sombre Dimanche).
    Merci pour la découverte de la magnifique version de Billie Holiday.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages