La part du Lyon*

Eh voilà ces deux jours de convention à Lyon sont enfin terminés ! Ouf ! Je commençais à saturer avec les présentations PowerPoint qui durent quatre heures, et les discours plus ou moins lénifiants qui ressemblent énormément aux mêmes tchatches des conventions de mon ancienne boite. Et les valeurs humaines, et le développement durable, et la croissance et blablabliblabla. Je ne suis pas un mec « corporate », je crois que vous l’aviez compris. Mais je ne suis pas non plus opposé à la culture d’entreprise, et au contraire j’apprécie y adhérer de temps en temps, quand c’est justifié selon mon propre cadre de valeurs.

C’est la même boite qui avait organisé le voyage à Tozeur qui a réalisé cet évènement, donc nous avons eu droit à des animations très similaires. Toujours aussi spectaculaires, même si cela finit par sonner un peu creux. Par contre, deux choses m’ont sérieusement intéressé, et malgré mon sens légendaire de la critique et du cynisme envers l’entreprise et sa communication interne, je reconnais qu’ils ont fait fort, et très bien fait, pour ces deux innovations.

D’abord, il y a eut l’arrivée d’un type qui a joué le rôle d’un client de mon entreprise, et qui nous a interprété un magistral sketch reprenant tous les clichés véhiculés par la profession. Mais comme tous les clichés, la plupart sont des défauts bien réels, et c’était une manière bien subtile et intéressante de faire passer l’info. Tout le monde en prend pour son grade en définitive, mais en se bidonnant franchement pendant un quart d’heure, ce qui change de la soufflante du boss ou des discours de motivation à base de méthode Coué. L’humour de Serge Grudzinski permet de faire passer les trucs les plus énormes dont tout le monde a conscience, mais qu’il est impossible d’admettre en étant sérieux (le commercial qui ment éhontément, la chargé de clientèle pas toujours diplomate, l’entreprise qui ne sait rien communiquer à ses clients…). J’ai lu que ce Serge Grudzinski en a fait son fond de commerce, et qu’il est sollicité par énormément d’entreprises.

L’autre chose qui m’a bien surprise, et à laquelle je ne m’attendais absolument pas, c’est l’intervention d’André Comte-Sponville pour nous éclairer sur les nouvelles valeurs de la boite. Ce qui était très drôle c’est que tout le monde était manifestement largué par les discours de ce philosophe très médiatique. Il faut dire que le public n’est certainement pas le plus réceptif à un cours d’amphi sur les notions de valeurs morales en philosophie.

Ce qui était encore moins drôle pour le responsable des ressources humaines qui présentait ces merveilleuses valeurs, c’est que le discours de Comte-Sponville ensuite n’est pas vraiment allé dans son sens. Alors qu’on essayait de nous convaincre du bien-fondé de ces règles morales corporète , le philosophe n’avait pas l’air spécialement motivé pour enfoncer le clou. Il était plutôt du genre à expliquer qu’il fallait aussi assumer ce qu’on était, et surtout éviter de se donner bonne conscience. J’ai trouvé cette citation de lui qui illustre bien son propos : « Il ne compte pas sur l’État pour créer de la richesse, ni sur le marché pour créer de la justice. » Du coup, il cassait plutôt ce côté bisounours de l’entreprise, et insistait sur la réalité des choses de son point de vue. Hé hé hé.

Jeudi soir, nous avions un grand dîner à la Halle Tony Garnier, avec une soirée évidemment… Je ne sais pas pourquoi les entreprises s’acharnent à organiser des soirées dansantes et alcoolisées. C’est un truc qui m’horripile… Autant je peux apprécier certains moments privilégiés avec mon équipe, ou bien je peux même devenir potes avec des gens du taf, et les voir ensuite à l’extérieur dans d’autres contextes (comme mon chérichou d’ailleurs, puisque c’est un ancien collègue, hé hé hé), mais aller à des soirées en faisant semblant d’être détendu et naturel alors qu’on est en démonstration, c’est trop dur. Non seulement, il faut soigner son image professionnelle au quotidien, mais en plus il faudrait avoir un personnage tout prêt pour la version « personnelle ».

Bon moi j’y arrive pas. Donc je suis juste moi, et ma conclusion, c’est que je n’arriverais jamais bien haut dans une société. Bon bah tant pis. :mrgreen:

En outre, on se paye les gens qui ont trop bu, les mecs dragueurs à deux balles, les meufs aguicheuses, les boss qui deviennent d’un seul coup rigolards, détendus et tutoyants. Mais le lendemain, tout est de retour, et le vouvoiement, les deadlines et le stress. Exit les valeurs, vous revoilà dans la bonne vieille réalité. Mais bon, apparemment c’est comme ça que ça doit se passer, alors je m’adapte. Ce qui est marrant c’est que je représente tout de même un mode de vie complètement « hors-la-morale » pour eux (que ce soit au pieu, mais plus simplement dans le quotidien), mais que finalement je suis une incroyable mère-la-morale sur d’autres sujets (tel le respect de la distance entre les gens avec qui l’on travaille). Je suis là pour bosser, certes en bonne intelligence et si possible ambiance, mais sans avoir besoin de copiner ou de s’apprécier personnellement. S’apprécier professionnellement est déjà parfaitement suffisant. Après tout est possible évidemment, et comme je le disais, j’ai aujourd’hui comme très bons amis des gens avec qui j’ai bossé avant.

La soirée à la Halle Tony Garnier était très impressionnante… Belle organisation et scénographie. Comme je le disais, assez proche des animations de Tozeur, mais on a eut droit à un moment vraiment cool et attractif. On a fait des photos marrantes avec les collègues, notamment cet envol dans le ciel en groupe (j’ai flouté les collègues, huhu).

Equipe du boulot dans le ciel

Donc ceci explique que vers 23h, alors que les coupes de champagne s’amoncelaient, et que ma sobre patience s’étiolait, je me suis discrètement enfui. Hu huhu. En effet, j’étais en contact avec Erwan et Bruno, avec qui j’avais bien l’intention d’aller boire un verre. Devant l’absence manifeste de taxi, je me suis rabattu sur le métro histoire de rejoindre la fameuse place Bellecour le plus rapidement.

Là, j’ai été assez étonné par une diffusion de publicité sur un mur de la station Saxe-Gambetta…

Du métro Saxe-Gambetta à Lyon

Déjà c’est marrant car ce sont des diapos des années 80 manifestement projetées par un appareil de la même période antédiluvienne (avec ce son si familier des diapos qui se changent automatiquement : Clac-cliclac.). Mais surtout, c’est une originale réclame pour le don du sperme…

Pub du métro lyonnais

Mais bon cela n’a rien à voir avec le fait que j’avais rendez-vous avec Erwan et Bruno. :mrgreen: Ces deux adorables compères m’ont offert un verre à la « Station B », un bar gay lyonnais aux toilettes très conviviales. D’ailleurs, il faut que j’y retourne, car je n’ai pas eu le temps de les visiter, on ne me les a que vantées avec moult anecdotes croustillantes. Et puis, je me suis rentré dans ma chouette chambre du Campanile de la Part-Dieu… Mein gott !!!!

Bon allez, il faut que je mette en route moi !! Y’a teuf ce soir !!!

* Le titre vaut seulement pour ce jeu de mot minable qui m’a beaucoup plu. Huhuhu. Et au fur et à mesure que j’ai écrit ce post, j’ai réalisé qu’il seyait plutôt bien à ce que j’avais raconté. Mais impossible de savoir qui a influencé qui. :-)

14 Commentaires

  1. Campanile part dieu?! Mais tu es fou, t’aurais du avertir, on aurait pu te conseiller quue chose de plus convivial…
    Et c’est soirée maillots de bain et boxer au station B ce soir samedi….tu avais la tenue adéquate (j’ai pas compris, t’es déja reparti? :D

  2. Mouais, ça me fait penser à la petite jeune fille chargée d’organiser un séminaire sur la Côte d’Azur: je lui file trois adresses un peu classe (mais pas trop hors budget, des endroits avec lesquels je sais que nous travaillons de temps en temps), elle se fait faire un devis par la chaîne Mercure.

    Bon, je retiens ton Serge Gruz**. Pour le reste, j’ai un ami qui dit que la seule façon de travailler dans une boîte qui rassemble nos valeurs, c’est de la créer.

  3. C’est pas un t-shirt horiiiiiiib!!! C’est juste la période A&F de Matoo! Abercrombie&Fitch en soirée, abercrombie&Fitch à l’anniversaire et maintenant, Abercrombie&fFitch Corporate… Un vrai homme sandwich ce Matoo! :ok:

  4. PS: Tiens… moi on ne m’a pas vanté les toilettes de la Station B et on ne me les a pas fait visiter… :-( Mais si ça se trouve, on a le droit d’y entrer qu’en A&F :pompom:

  5. Aaaahhh, les diapos publicitaires du métro de Lyon… Et crois moi, ca n’est pas parce que tu étais là que c’était pour le don du sperme, hein. C’est à longueur d’année, que ces diapos diffusent des messages du genre numéro vert anti déprime, etc… Certaines ont d’ailleurs des graphismes de délire, totalement has been… Mais ça a son charme, d’une certaine manière!

  6. C’est soi disant pour que les suicidaires du métro réfléchissent deux secondes avant de se jeter sous la première rame ^^
    Et bien si j’avais su qur tu étais là, je t’aurai aussi inviter à prendre un verre (mais pas à Station B… c’est un peu trop… bears à mon goût).
    Campanile part dieu ?? mon dieu, mais ce sont nos concurrents directs ! Tu aurai pu venir dans mon hôtel ! On avait tout plein de collègues à toi !
    Et sinon j’ai surement deux trois copines qui ont du te servir à boire et à manger à la halle tony garnier…

  7. T’étais à Lyon et je t’es pas vu ? :pleure: :pleure:
    Quand tu reviendras à Station B (pour visiter les toilettes), tu me préviendras que je rencontre IRL mon Président !… :love: :lol: :salut: :pompom: :pompom:

  8. Rha la la! tu vas m’entendre Matoo!!! Ca fait une heure que je dérègle mon écran pour avoir une photo du groupe nette et je viens à l’instant d’apercevoir ta phrase d’explication du floutage! :ben:

  9. Merci cher Matoo d’avoir passé du temps en notre compagnie ! Et je félicite ton mari d’avoir réussi à te convaincre de résister à nos avances non feintes.

    ON ETAIT PRETS A TOUT pour se taper Matoo (et ça rime) !
    …il a résisté. Tant pis pour nous… POUR LE MOMENT au moins… gnarf gnarf gnarf…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages