Phénomènes

Je spoile à mort, vous êtes prévenus. :mrgreen:

Ah là là, bon déjà il faut dire que je ne suis pas un grand fan de Chamalayalamalayanalan(layamanalayanmalane ?), mais il n’empêche que j’avais adoré « Sixième Sens et « Incassable » (alors que tout le monde a détesté ce dernier). « Le Village » (Tiens c’est marrant je faisais les mêmes blagues sur son nom, y’a quatre ans ! Je suis lamentable.) aussi m’avait plutôt bien plu, mais sans trouver ça génialissime.

Et là, pour « Phénomènes » c’est finalement bien dommage car l’histoire est vraiment bien trouvée, intrigante à souhait, permet tous les jeux de faux-semblant et de frayeur que le réalisateur adore, mais fait l’effet d’un pétard mouillé. J’en suis ressorti en me disant : « Tout ça pour ça ?… ». Très rapidement, on se croit dans « 28 jours plus tard », et on fait bien vu que ça se termine exactement de la même manière. Mouai, pas super inventif, alors qu’il y avait une intrigue de base qui permettait de ne vraiment pas faire dans le banal ou la redite. Et du coup, toutes les scènes intermédiaires paraissent juste des moments pour meubler, on se demande bien l’intérêt d’un tel scénario.

Parce que ça commence super bien, avec une étrange maladie qui démarre dans « Central Park ». Une épidémie frappe ensuite toute la ville, puis la côte Ouest et toute une partie des USA. Les gens se trouvent d’un seul coup dans l’incapacité de s’exprimer, et quelques secondes plus tard, chacun trouve le moyen le plus simple et directif pour se suicider. Mark Wahlberg est prof dans un lycée, et il s’enfuit in extremis avec sa femme (avec laquelle il a des problèmes de couple, huhu), son meilleur ami et la petite fille de ce dernier. Ils trouvent refuge dans un coin paumé, mais l’épidémie se referme sur eux. Wahlberg fait un rapprochement entre la nature qui est agressée par l’homme, et le monde végétal qui a alors certainement trouvé cette parade chimique pour se débarrasser de son ennemi homo sapiens sapiens. Waoooooooow ! Mais ils attendent juste que ça passe, et ça passe. Et le film, il est terminé. Sauf que la fin ça se passe dans le jardin des Tuileries à Paris, et que deux (pédés ? Ouai je crois… en tout cas l’un des deux mecs c’est Cyrille Thouvenin) quidams se mettent à avoir les symptômes !!!!!!! Woooooooaaaaaaw c’est Paname qui va être touché ! Sa mère, sa race !!!!

Et là c’est vraiment fini.

Bon bah, je vous ai tout dit. Pour le reste, il y a la bande-annonce qui traduit à la perfection l’ambiance que Shyamalan sait si bien instiller dans ses films. Il faut avouer que c’est encore une atmosphère bien dosée, qui intrigue, surprend, interpelle, et angoisse légèrement. Mais lorsque le film n’avance pas d’un pouce, se perd en conjectures débiles, et essaie de jouer la montre, ç’en devient plus que lassant.

Alors ok c’est bien réalisé, les comédiens sont sympas, et ça se laisse voir à la rigueur (ça ne mange pas de pain quoi…). Mais c’est loin d’être réussi ou à la hauteur de ce que la bande-annonce (et le potentiel réel qui transparaît) pouvaient laisser présager.

L’avis des copines : Kinoo, Cereal-Killer, [Elle], Jonathan D., Julien.

Phénomènes

15 Commentaires

  1. Oui, je suis d’accord avec toi, on reste sur sa fin malgré un scénario bien ficelé. Heureusement, qu’à la fin du film justement, on retrouve le séduisant Cyrille, mais beaucoup trop furtivement..

  2. décidément c’est à la mode ces épidémies là…

    Je me demande si dans 20 ans on en rira comme quand on regarde les films des années 50 qui tournaient tous autour de la menace nucléaire (je suis tombée récemment sur un bijou de film en noir et blanc , puis sépia, qui parlait de la terre sortie de sa trajectoire par des bombes nucléaires trop violentes et qui se retrouvait projetée dans le soleil )…

    j’ai bien aimé tous les films de [shyamalan], je leur ai trouvé à tous une petite athmosphère spéciale, alors peut être que je vais aimer celui là quand même, qui sait :mrgreen:

  3. Voui, comme le Capitan j’attendais un twist ou une révélation mais non.
    Et mon Dieu que le meilleur ami de Whalberg dans le film était insupportable….. :mur: Heureusement….:lol:

  4. Plus que pareil, c’est dire… La photographie est sublime, mais on dirait un catalogue de « manières de se suicider pour être photogénique » ; la scène où ils sortent tous les deux se rejoindre pour mourir ensemble est franchement grotesque ! Et cette impression qu’il tenait un sujet en or, mais qu’il en a fait de la boue (ouais, référence !) est ce qui me reste de ce film ! Dommagissime, en somme.

  5. Desproges a écrit un roman sur une intrique similaire.
    C’est du grand n’importe quoi, mis là, au moins, c’est génial !
    « Des femmes qui tombent »

  6. Bonjour! Je lis ce blog depuis longtemps et je n’avais jamais osé poster de commentaires… voilà qui est fait !
    Moi j’ai toujours dit « Chialamane » et je proteste : je n’ai pas DU TOUT détesté Incassable, et même préféré au 6eme sens!

  7. Je ne comprend cette idée fixe d’un « twist » a la in du film, il est vraiment genial et ne doit pas s’adresser a un publique qui va au cinema juste en se disant « Waou!!! j’ai vu la Bande annonce, il a l’air trop bien. C’est lui qui a fait 6ème Sens ». Hou Hou faut arreter 2 seconde!
    Ce realisateur a trouver un moyende faire connaitre avec un film comme 6ème sens ou il a jouer sa meilleur carte mais avec ce qu’on trouve toujours chez et que peu de gens aime voir: Une atmosphere angoissante qui lui est propre et qu’il sait faire evoluer suivant le film et une morale, pas une moral a 2 balles mais une reflection sur un theme particulier. Et pour faut etre doté d’une appareil pour reflechir.
    Si vous allez au cinéma pour voir des films avec une fin où ce qu’on croyé n’est pas du tout ca (parce que c’est la mode) et où y a un gros monstre qui est trés difficile a faire exister dans l’histoire mais que tout le monde gobe avec un gros budjet…alors eviter d’aller voir les films de Night! Effectivement il s’est jouer sur la surprise (et c’est un mettre en la matiere) mais desqu’il fait autre chose tout le monde le critique. Ce film est exelent pour un tas de raison qu’il serait inutile de vous expliquer. Juste 2 chose quand meme: Ce film fait refference au film d’horreur des année 60-70 d’où le decallage avec ce que certain connaisse, et je tient a vous dire qu’une morale sur la nature ce n’est pas du luxe car nous sommes réellement « devenus une menace pour la planete ».
    A bonne entendeur…salut:cool:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages