Retour à Saint Briac End

Les plus anciens lecteurs de mon blog se souviennent probablement de « M. ». J’étais en couple avec lui depuis plus d’un an lorsque j’ai commencé ce carnet, nous venions d’ailleurs juste d’emménager ensemble. M. m’avait fait découvrir ce village de Bretagne nord où il a une bonne partie de sa famille paternelle, et pour lequel il a beaucoup d’affection. Pendant un peu plus de deux ans, je suis donc régulièrement allé à Saint Briac, et j’ai aussi développé un certain attachement à cet endroit, la maison de famille de M. et les rituels de là-bas.

Du coup depuis le printemps 2004, et ma rupture qui fit les gros titres de mon blog, il n’y a plus un seul article qui évoque ce village. J’y avais fêté mes 27 ans, j’avais aussi inscrit mon empreinte sur unjourdanslavie.org (mais qui se souvient de cette géniale initiative de 2003 ??), nous y avions avec un certain bonheur passé nos vacances caniculaires 2003, fait du bateau, joué les enquêteurs et fins limiers, et passé pas mal de week-ends avec des potes.

Mais bon, quatre années se sont écoulées, et après bien des vicissitudes, M. et moi sommes devenus très amis. Cela fait bizarre de dire « ami » car on ne peut pas vraiment appeler cela de l’amitié, mais clairement ce n’est plus de l’amour, et jamais je ne pourrais refaire quoi que ce soit avec lui. C’est un savant mélange de considération mutuelle, de fascination, de tendresse et de bons souvenirs, tout un faisceau de sentiments qui fait que nous aimons passer du temps ensemble, que l’on se comprend en un clin d’oeil, et que notre relation a enfin trouvé un équilibre sain et épanouissant. Un autre facteur primordial qui vient rendre cela possible, c’est évidemment que j’apprécie son copain actuel, qu’il aime bien le mien aussi, et que nos moitiés comprennent notre lien affectif sans ambiguïtés.

M. nous avait donc conviés à Saint Briac pour une semaine de nos vacances bretonnes. J’ai donc retrouvé avec beaucoup d’émotion ce village, et la maison accueillante de mes souvenirs d’il y a quatre ans. En plus, nous avons eu la chance d’arriver sur une côte d’émeraude ensoleillée, et avec A. nous avons d’abord traîné nos guêtres à Saint Malo puis à Dinard.

Plage de Dinard

La semaine fut très agréable, et j’ai passé un excellent moment avec mon chérichou. Je suis content d’être revenu dans ce lieu tellement marqué dans mon imaginaire par ma relation avec M., et de constater que mon chéri s’y sentait aussi bien que moi, et que c’était « nous » qui compte tant aujourd’hui. Nous étions peu nombreux avec un ami d’enfance de M. que je connais bien, ainsi qu’un autre pote, sa femme et ses filles. Nous avons beaucoup glandé et mangé, les vacances quoi, et globalement le temps était assez clément, malgré quelques averses (et quelques coups de soleil).

La plage du Perron est toujours aussi belle, avec son île aux lapins qui devient presqu’île à marée basse (sur la photo, en pleine transition).

Plage du Perron à Saint Briac

Même si les choses sont très claires avec M., et que ni son chéri ni le mien n’a, je pense, de doute là-dessus, on ne peut pas dire que la situation était complètement banale. Je suppose que mon chéri regarde M. d’un oeil particulier et réciproquement, tout comme R. et moi nous nous jaugeons aussi inconsciemment. Je me souviens la première fois que je suis allé à Saint Briac, en 2002, c’était avec un ex de M., et qui est lui aussi aujourd’hui un proche. Une des choses que j’avais trouvée insupportable de la part de ce mec était qu’il connaissait mieux que moi les environs, et la famille de M. et ses amis. Je le voyais en train de discuter avec les potes de M. et parler de soirées auxquelles je n’étais pas, et j’avais envie de lui planter une brochette dans le dos. Hu hu hu. Je ne connaissais pas encore les gens, et ils l’identifiaient lui, alors que tout le monde me zappait (surtout dans ma tête). Bref, j’étais jaloux, pas bien confiant, et prêt à défendre mes plates-bandes en pissant partout où il le faudrait.

Dès le premier soir, j’ai eu conscience de ce que je faisais… mais c’était plus fort que moi. Putaaaain, c’était moi le relou d’ex qui faisait son kéké. R. n’a pas moufté, et il remonte encore plus dans mon estime pour cela, car j’ai été insupportable dans le genre. Toujours à raconter une anecdote, à demander des nouvelles des gens de la famille de M. (en plus c’est terrible mais je n’oublie pas grand-chose), à tchatcher avec les amis de M. comme si nous étions super potes etc. Ah là là, exactement ce que je ne supporterais pas d’un autre. Mouahahahahah ! C’est terrible de constater à quel point on peut se comporter en connard égoïste et sans tact, mais à vrai dire je pense que R. est un peu moins taré que moi, et s’en tamponnait certainement les amygdales.

Depuis avant-hier, nous avons migré vers le sud, vers la maison de chérichou à Clohars-Carnoët, près de Quimperlé. Le temps est plus breton que jamais, et nous alternons entre pluie et séquences ensoleillées. Cela donne lieu à de belles promenades le long du littoral, mais aussi à un énorme rhume que je me trimbale depuis quelques jours. Cela doit être un désordre karmique pour mon attitude de bitch la semaine dernière, ça a commencé par l’oreille gauche qui s’est bouchée, par une rhinite allergique qui m’a fait éternuer ma mère, et là je sombre dans la sinusite Dark Vador, c’est toi là-bas dans le noir ?.

Mon royaume pour un décongestionnant nasal !!!!!!!

Bon sinon comme d’hab, j’ai emmené trois bouquins et je n’ai rien lu. Enfin si, j’ai lu Closer, Voici, Gala, Muze, Courier International, Charlie Hebdo, Marianne, Libé. Bref, je me cultive. Huhuhu. Et j’ai même abandonné mon blogouné pendant une semaine, c’est fou ça, alors que j’ai plein d’articles en retard. Il faut que je me bouge avant de tout oublier.

Vue de l

23 Commentaires

  1. Moi j’adorais un jour dans la vie, et puis aussi quandjetaispetit.org, et je n’arrive toujours pas à comprendre comment ces deux pépites du oueb ont pu disparaitre…

  2. J’adore quand vous parlez de la Bretagne sans en parler pour évoquer des lieux qui me sont chers ^^ (Ah bon votre mari est de Clohars ? Il n’a tout de même pas été au lycée à Quimperlé tout de même ?!!!)

  3. Tiens, je peux faire ma relour de lecteur qui était là avant la rupture avec M. et qui se souvient de unjourdanslavie.org :langue: (Damned, tout ce temps à te lire!)

    « Bon sinon comme d’hab, j’ai emmené trois bouquins et je n’ai rien lu. » : je crois qu’on devrait faire un groupe FB sur ce thème : ceux qui ne peuvent partir en vacances sans trois à quatre livres même en sachant qu’ils ne les liront pas (et qu’ils reviendront avec d’autres qu’ils auront achetés ou qu’on leur aura prêtés). (D’un autre côté, je suis sûre qu’il suffit de ne pas les emmener pour s’ennuyer à mourir).

  4. J’étais sur le point de laisser un commentaire un brin protestataire eu égard à l’indigence des 2 billets précédents. Ton dernier opus me coupe l’herbe sous le pied, et c’est tant mieux. Matoo is back !
    Les rapports avec ses ex… Arf, sujet compliqué… j’ai jamais réussi à ce jour à conserver un lien, si ténu soit-il ; ça remue trop de choses. J’admire ceux qui y parviennent. Peut-être n’est-ce qu’une question de temps ?

  5. A te lire je m’aperçois combien j’ai besoin de croire que les liens brisés dans certains cas puissent se renouer. A cause de ceci : « un savant mélange de considération mutuelle, de fascination, de tendresse et de bons souvenirs, tout un faisceau de sentiments qui fait que nous aimons passer du temps ensemble, que l’on se comprend en un clin d’oeil », que j’ai perdu en perdant ma meilleure amie, âme soeur et tout ce qu’on veut, et qui me manque tant.

    A part ça j’ai vraiment beaucoup de mal à t’imaginer « en connard égoïste et sans tact ». Tu n’en a peut-être pas fait autant que tu le prétends ou le crois.

  6. Préviens, la prochaine fois que tu débarques dans le Finistère : nous pourrions vous héberger à Quimper, par exemple lors du festival de Cornouaille (et comme tu as bonne mémoire, tu seras amusé de me reconnaitre ^^)

  7. Cela prouve au moins que tu n’as pas renoncer à vivre tes passions, au risques qu’elles soient exclusives. Moi, j’aime bien les homo sapiens sapiens humains, trop humains !

  8. c’est curieux, je ne peux plus commenter ici, j’ai déja déposé deux commentaires qui ne se sont jamais affichés :mur:

    ça me fait ça sur d’autres blogs wordpress, par exemple celui du monsieur qui a fait un si beau pain sans pétrissage dont tu nous parlais l’autre fois.

    est-ce que quelqu’un pourrait m’aider à savoir le pourquoi du comment de ce bazar ? :help:

  9. ahhh quimperlé, ville de mon enfance!!
    ça fait plaisir de voir ces belles photos! d’autant plus que je vais me taper 15 jours de vacances là bas, alors j’espère qu’il fera aussi beau!:-)

  10. C’est en quelque sorte ton île de la tentation à toi, non?

    Je ne suis pas resté ami avec mes ex(ultra peux nombreux), non pas que je ne puisse pas, mais tout simplement que j’en ai rien à carrer !

    :lol:

  11. – je me souviens très bien d’unjourdanslavie.org, même que j’avais eu ma journée.
    – et je reviens de dinard. Vive la plage du Perron et la Salinette. Et la balade le long du Golf.

    Si ça ce trouve, t’as pris le boulevard de la mer et tu es passé devant chez nous…

  12. bravo en tous les cas, la simple idée que mon ex respire le même air que le mien m’est somptueusement insupportable.. Je me dis que c’est sans doute toi qui as raison :boulet:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages