Mémoires d'Hadrien (Marguerite Yourcenar)

Difficile d’évoquer un tel monument de la littérature… Merde c’est Marguerite Yourcenar dont on parle, et de son bouquin le plus célèbre. Heureusement, je suis complètement tombé sous le charme et j’ai adoré ce roman historique.

Il s’agit donc des mémoires d’Hadrien tels que l’empereur romain aurait pu les écrire, et que l’auteure invente sur des bases tout à fait réelles et avérées. On suit donc chronologiquement les épisodes de la vie de ce grand homme de l’antiquité, ses conquêtes, ses turpitudes avec la politique romaine ou bien sa propre famille, ses complots, ses amours et ses passions. Et dans les amours d’Hadrien, il est évidemment le jeune et beau Antinoüs, dont tous les homos connaissent la référence.

Inutile de le préciser, mais je le souligne tout de même, ce bouquin est incroyablement bien écrit. Sa mère, sa race, comme il est bien écrit !!!!! J’ai juste eu un peu peur pendant les cents premières pages, alors qu’il ne s’agissait que de repères philosophiques et d’errances intellectuelles qui m’ont un peu perdu. Mais dès que le récit prend corps, et que l’on découvre le parcours d’Hadrien, tout en continuant à partager ses pensées intimes, alors on est littéralement happé par la lecture.

Je ne peux pas m’empêcher de le comparer avec Julien de Gore Vidal, que j’ai lu il n’y a pas si longtemps. Et c’est drôle car j’ai eu deux réactions ambigües en les comparant inconsciemment. D’un côté, je trouve que Marguerite Yourcenar met un peu trop d’elle-même dans les personnages et dans les jugements de valeur qu’elle peut émettre sur l’époque. On la voit un peu trop transparaître dans les pensées de l’empereur, et c’est parfois surprenant. D’un autre côté, Gore Vidal est très américain dans son écriture, et il fait de Julien un héros Hollywoodien sans aucun remords. Lui se détache au contraire un peu trop des aspects philosophiques de son empereur, et se concentre vraiment sur la trame historique. Yourcenar s’empare de son personnage, et ne fait qu’un avec lui, elle donne certainement par là plus d’ampleur et de pérennité à son oeuvre.

On m’a offert « l’Œuvre au noir » depuis un temps infini, il faut que je m’y mette aussi !

Mémoires d'Hadrien

19 Commentaires

  1. Houhou!!! Qu’ils sont choupinets tous les deux dans leur p’tit coin en haut à droite!! :kiss:

    Ah ehuh… oui, sinon, Hadrien, c’est bien aussi… J’ai bien connu qqu’un qui s’appelait Hadrien… Ah non!!? C’est Flavien!! Oui, enfin, bon, c’était un empereur aussi, quoi… Euh… je cherchais quoi, moi!?… Ah! Oui! La sortie! :salut:

  2. Yourcenar s’est toujours défendue d’avoir projeté les idées actuelles et plus particulièrement ses propres idées sur l’époque romaine. Elle trouvait grossier (c’est le mot qu’elle employait) qu’on l’accuse de ça. En fait, je crois bien que si le personnage d’Hadrien nous semble si proche, c’est juste parce qu’il est effectivement proche. La lecture des auteurs latins, les vrais, le confirme : nous ne sommes pas très éloignés des romains dans nos préoccupations « philosophiques » quotidiennes, et ce n’est pas un lecteur de Marc-Aurèle comme toi qui me dira le contraire !

  3. C’est en effet l’un des plus beaux textes de la littérature contemporaine. Quelle langue ! On voit que Yourcenar a baigné dans la littérature classique, dans la lecture des Anciens. Ça calme tout le monde. Je ne sais pas si je ne préfère pas L’oeuvre au noir pour son charme un peu vénéneux. En tout cas, ça me donne encore envie de relire les deux textes.

  4. Mémoires d’un empereur mitigé, humaniste, décrié. Ovni s’il en est de la litterature, sorte de biographie romancée où la mort d’Antinoüs nous frappe comme s’il était ici, comme si c’était nous qui dirigions le monde dans une folle course reliant Londres à Alexandrie en passant par Byzance, Constantinople, Istanbul.

  5. L’OEuvre au Noir reste mon préféré de Yourcenar!

    Mais Les Mémoires d’Hadrien, ça reste un pur bonheur pour un latiniste, et je le relis en ce moment en prévision de la visite de l’expo au British Museum à Londres: http://www.britishmuseum.org/whats_on/all_current_exhibitions/hadrian_empire_and_conflict.aspx

    …et pour mieux apprécier le film qu’on va nous sortir avec Antonio Banderas et Charlie-Antinoous-Queer-as-folk-Hunnam, ahem.
    http://www.imdb.com/title/tt0467470/

  6. Mémoires d’Hadrien figure parmi mes livres préférés. Il m’a bcp marqué et je me souviens encore m’être arrêté plusieurs fois afin de réfléchir à la phrase que je venais de lire. « L’oeuvre au noir » est aussi sur ma table de chevet mais je ne voulais pas enchaîner les deux…
    Entre Rama et Mémoires d’Hadrien, tu surfes sur les valeures sûres en ce moment !! (on s’accorde davantage en littérature qu’en cinéma !:-))

  7. Les Mémoires d’Hadrien, c’est sans doute une des rares bonnes choses que m’aura apportées ma seule et unique année de prépa. C’était au programme, avec les Confessions de cet insupportable geignard de Rousseau.
    Ceci dit, le prof n’a pas vraiment beaucoup insisté sur la dimension homosexuelle du bouquin. Ca ne devait pas être au programme, ça. trop coincé alors, je n’ai pas fait la remarque… :book:
    L’oeuvre au Noir, je note ça dans la liste de mes lectures à venir…

  8. Yourcenar est un immense écrivain.
    « Les Mémores d’Hadrien », un chef d’oeuvre !
    « L’Oeuvre au noir », un incontournable !
    Mais, pour saisir toute la sensibilité de Marguerite, les « Nouvelles orientales » ou bien encore « Alexis ou le traité du vain combat ».
    Sans oublier le Labyrinthe du monde qui sont ses souvenirs et récits familiaux.

    Et relire son discours de réception au Quai Conti vaut aussi la peine…

    Je pourrais en parler des heures tant cette auteure me parle, me fait vibrer, me permet de me découvrir…

  9. Je suis replongé dans les Mémoires d’Hadrien, que je prends cette fois-ci le temps de lire et de comprendre. C’est fou ce qu’elle arrive à exprimer par une simple phrase ! Parfois il faut dix minute pour comprendre 5 mots. Et c’est sans aucun doute le style d’écriture qui me touche le plus.

  10. Un puriste te dirait que les Mémoires d’Hadrien ne sont pas un roman historique, et Yourcenar a justement voulu éviter d’en faire un, elle ne voulait pas de toute façon que son roman appartienne à un genre particulier, et en effet, ce bouquin échappe aux genres. Un roman historique ne pénètre pas ainsi dans la conscience d’un être, car c’est ça qui est au premier plan dans les Mémoires, c’est le roman d’une conscience, et c’est pour ça aussi que ce bouquin et son propos sont immortels, indémodables, et profondément humains. Je te conseille vivement L’oeuvre au noir aussi, qui a exactement un « charme vénéneux », comme dit très justement Fabio. Et pour fcrank, il meurt à la fin :-b (mais on le sait dès la première phrase). La dernière phrase à ce sujet est d’ailleurs magnifique, et elle est même devenu une citation littéraire archi-connue. Si tu t’intéresses à Yourcenar, lis son entretien avec Mathieu Galey « Les yeux ouverts », c’est passionnant, cette femme est (était) vraiment exceptionnelle. (Signé un fan de plus !)

  11. Un livre remarquable en effet, que j’ai justement lu cet ete aussi, en prevision de la visite de l’exposition temporaire que le British Museum consacre a Hadrien en ce moment.

    Et bien, mon conseil serait plutot de faire l’inverse car cette exposition en question est bien decevante: trop superficielle et trop frequentee !

    Elle est souffre la comparaison avec la profondeur et la densite de l’ecriture de Yourcenar. On s’attend a en apprendre davantage sur le personnage, le contexte et l’Empire et on reste vraiment sur sa faim !

    Bref, il vaut mieux lire les Memoires apres la decouverte de l’expo (en ne manquant pas les frises du Parthenon dans une salle a cote, histoire de s’helleniser un peu !).

  12. La langue française n’a jamais été aussi belle que sous la plume de Marguerite Yourcenar… ou de Flaubert. Pour moi, ils tiennent le haut du pavé.

    L’Oeuvre au Noir est un des meilleurs romans que j’aie lus, l’histoire est très intéressante (médecine, alchimie, obscurantisme religieux), je ne peux que te le recommander. Quant aux Mémoires d’Hadrien, même si le livre a été écrit dans les années 50, c’est déjà un classique.

  13. Ah, les Mémoires d’Hadrien, l’un des plus beaux livres que j’ai lu. Je n’ai pas pu retenir mes larmes à la mort du bel Antinoüs… Quant à l’Oeuvre au noir, je l’ai trouvé un peu plus difficile à lire, mais il est pour moi le deuxième meilleur roman de Yourcenar (après les Mémoires d’Hadrien :-)).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages