« China Gold » au musée Maillol

C’est un peu con de parler d’une expo lorsqu’elle est terminée, mais j’y suis allé in extremis le dernier jour. Et comme j’en parle plus pour moi que pour vous, j’m’en fous ! :mrgreen:

J’avais eu la chance incroyable (je dis cela car j’étais tellement seul, que je pense que cette expo avait malheureusement fait un bide…) de visiter tous les lieux investis par de jeunes artistes contemporains chinois l’été 2005, tenez-vous bien : à Montpellier ! Il s’agissait même de la première Biennale d’Art Contemporain Chinois de Montpellier. Truc de ouf. Il se trouve que j’avais adoré cette exposition, par sa richesse et son originalité, dans le fond comme dans la forme. Et cette découverte de l’art contemporain chinois m’avait totalement émerveillé.

« China Gold » me fait donc une petite impression de redite, et une copie un peu palote de l’impressionnant déploiement montpellierain. Mais c’est à Paris, alors forcément, PERSONNE n’a fait le rapprochement. Eh bien moi OUI, je vous le dis : Montpellier l’avait fait avant !! (Je vous ai dit que j’aimais bien cette ville ?) Mais l’exposition du musée Maillol a d’autres atouts, dont un accrochage un peu plus thématique et fouillé, et surtout une kyrielle d’informations disponibles sur chaque oeuvre et artiste (ce qui est apréciable, surtout dans ce domaine artistique parfois un peu abscons au néophyte).

J’aurais adoré retrouvé l’artiste Liu Jianhua dont j’avais tellement aimé l’oeuvre en porcelaine de Montpellier, mais elle n’était pas à Maillol. Par contre, j’ai tout de suite reconnu les photographies de Wang Qingsong qui m’avaient énormément impressionné à l’époque. Et oh combien stupide j’ai été, j’ai raté Yang Fudong dont les vidéos et l’installation dans un amphi de pharma dans le vieux Montpellier m’avait plus que fasciné. Ce dernier exposait à Maillol une vidéo dans une petite pièce où il y avait déjà beaucoup de monde, et j’ai zappé ça comme un con. Je le regrette amèrement.

Mais « China Gold » a aussi été l’occasion de découvrir de nouvelles tendances et de nouveaux artistes pour moi. Pas de rupture par rapport à ce que j’avais constaté en 2005, mais une belle continuité sur des thèmes politiques ou sociaux qui étonnent souvent de la part d’un pays « réputé » totalitaire. On y trouve beaucoup de styles très analogues à des courants européens, et aussi quelques particularités. Je n’ai pas été fan des oeuvres les plus conceptuelles, mais beaucoup plus des peintures et des photographies, sauf quelques exceptions. Et dès que les artistes étaient réputés pour leur style reconnaissable, et qu’on comprennait par là « bankable », j’aimais aussi beaucoup moins. L’affiche de l’expo par exemple ne m’a jamais branché, et même si c’était un peu mieux en vrai (les visages ont l’air de porcelaine, en même temps que les couleurs sont flashy au possible, et il s’en dégage un truc acidulé qui réveille bien). Tout ce qui est de l’ordre du ready-made aussi ne me touche pas vraiment, ou alors il me faut une touche d’humour ou d’ironie, quelque-chose en plus.

Dans les fleurons de l’expo à mon avis, il y a les photos de Wang Qingsong. Ce type raconte des histoires incroyables en un cliché, comme si tout un film, tout un libelle et un évident manifeste, étaient véhiculés en un regard. Extraordinaire. J’ai aussi beaucoup aimé les oeuvres de Ma Liuming qui apparemment a l’habitude de se mettre en scène dans son art, entre le body-art et des performances basées sur son androgynie. Là il se figure sous les traits de bébés (en fibre de verre) très réaliste et avec ce brillant si vif, mais avec son visage adulte… Très impressionnant et dérangeant.

Ma Liuming

Ma Liuming

Il y a aussi cette grande statue d’acier de Mao qui trône à l’extérieur du musée, une oeuvre de Zheng Lu. Un Mao en acier inoxydable mais en forme de bidibulle ? Hé hé hé, j’aime beaucoup la métaphore. Ok, il ne passera pas de sitôt aux oubliettes, mais il va subir bien des intempéries… On peut en broder des images sur ce sujet, et j’aime quand l’art contemporain nous offre de telles occasions.

Zheng Lu

J’ai adoré les oeuvres photographiques de Cui Xiuwen, et notamment celle-ci qui montre une jeune fille multipliée par des centaines sur le cliché, et qui a l’air enceinte et très « embarassée ».

Cui Xiuwen

Enfin plus classique, une sympathique image pop revue et corrigée par Jiao Xingtao qui s’amuse avec diverses postures d’un chewing-gum Wrigley’s géant. Il y avait une série de 6 ou 7 de ces chewing-gum dans des pliures ou états de torsion différents.

Jiao Xingtao

Et en conclusion, cerise sur le gâteau, mais c’est une banane. Et pas n’importe quelle banane puisqu’elle figure comme un ouroboros !!! Simple ironie, foutage de gueule ou message transcendantal ? J’en sais rien, mais j’aime bien. Et je ne sais plus de qui est cette peinture… :hum:

Ouroboros banane

Bon bah, vous pouvez plus y aller à cette expo, alors cherchez pas. Huhu.

« China Gold » au musée Maillol

7 Commentaires

  1. Si cette exposition a fait un bide c’est amplement mérité, non à cause des artistes exposés tu as tout à fait raison la plupart étaient très intéressant, mais à cause de la muséographie qui était lamentable. Je n’ai malheureusement pas vu l’exposition de Montpellier dont tu parles mais en revanche j’ai visité ce printemps dernier, celle organisée à la fondation Miro. La comparaison était écrasante pour l’exposition française dans laquelle j’ai tout de même bien ri car les cartouches sous les oeuvres n’avaient absolument rien à voir avec ce que l’on voyait sur les cimaises cela tournait au gag , à moins que ce fut une forme d’installation. Pour ma part c’est volontairement que je n’ai pas blogué sur cette manifestation avant sa fin car je trouvais que cela relevait tout de même de l’arnaque (prix délirant du catalogue en plus). Je publierai dans quelques jours les photos que j’ai faites à l’occasion de ma visite.

  2. Bon ben si elle passe a Budapest j irai pas la voir :hum: et sache qu on écrit toujours pour soi et rarement dans l intention d etre lu meme si ca peut paraitre paradoxal, c est comme ca ca fait du bien d écrire…

  3. Quand j’étais à Paris, je suis allé chez Vuitton sur les Champs, et alors que je matais les trucs que je peux pas m’offrir, une femme sort d’un ascenseur et me lance (j’étais avec un ami) : « vous êtes là pour l’exposition ? ». On répond que non, et elle nous propose de venir avec elle. On entre alors dans un ascenseur « sensoriel » qui est matelassé et qui nous transporte dans le noir complet pour déboucher plus haut dans le bâtiment sur l’exposition d’un artiste contemporain coréen (j’en arrive au rapport avec l’art chinois contemporain!). Une petite expo que j’ai trouvée plutôt sympa, et on pouvait sortir sur les terrasses, avec vue garantie sur Paris ;-)

    Je pense que c’est encore accessible si tu t’ennuies :-)

  4. Je pense que tu devrais aimer YUE MINJUN, celui qui se marre tout le temps (et qui a vendu en 2007 une toile de plus de 6000000 de dollars…à voir éventuellement sur mon blog…)

  5. @ bernard, joël j’attends avec impatience les photos dont vous avez parlées

    @matoo, I think I hit gold today. Je viens de remarquer l’article sur Philp K.D., j’y vais pour lire, A+

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages