Métrhéologie* appliquée

En ce moment, et particulièrement aujourd’hui, vous pouvez assister tous les matins à une démonstration assez spectaculaire de mécanique des fluide appliquée à des êtres humains circulant dans les couloirs du métro. Plus exactement, prenez la station République entre 8h45 et 9h15, faites quelques travaux qui obligent certains passagers de la ligne 8 à emprunter le noeud d’échange principal au lieu de l’accès direct au quai.

Ce véritable carrefour républicain, qui voit les transhumants des lignes 3, 5, 8, 9 et 11 se croiser tous les matins et tous les soirs, n’a pas toujours la dimension adéquate pour que le flux s’écoule sans heurt. Mais habituellement on s’en sort avec quelques frottements et turbulences, tout en ayant au final un écoulement quasiment laminaire. Seulement depuis les travaux, cela ressemble à peu près à ça :

Embouteillage dans les couloirs du métro République

Je sors de la ligne 3 pour emprunter, à gauche, la ligne 8, tandis qu’en face c’est la 9, et à droite la 5 et la 11. Et là, avec ce peuple, on a au centre des particules avec des mouvements dont le nombre de Reynolds est manifestement supérieur à 3 000 !!! Evidemment, les gens viennent de toutes les directions et s’orientent vers autant de lignes, du coup vous avez au centre même de ce croisement des embouteillages incroyables. Plus les gens poussent, avancent, se glissent, feintent, et plus l’étau se resserre, plus les corps se bloquent et finissent dans un état lamentablement statique.

C’est ainsi que j’ai mis 15 minutes ce matin à rejoindre cette nébuleuse, et que j’ai finalement opté pour la ligne 9, plus accessible (j’ai récupéré la 8 quelques stations plus tard). Ce qui est fou, c’est que les quais ne sont pas plus blindés que d’habitude, vu qu’il n’y a pas plus de voyageurs, c’est juste que les tuyaux ne sont pas assez gros.

* Un matoologisme de « métro » et « rhéologie ». La rhéologie (du grec reo, couler et logos, étude) est l’étude de la déformation et de l’écoulement de la matière sous l’effet d’une contrainte appliquée. [source wikimachin]

8 Commentaires

  1. Bah voilà, c’est ce que j’explique à longueur de journée à certains clients: Pas la peine d’essayer d’en faire passer plus à cet endroit là, les tuyaux sont trop petits!

  2. Je me sens mal, un peu plus qu’à Bruxelles, lorsque je viens à Paris. Enfin, « sur » Paris comme on dit dans l’ère de la communication 2.0. Cette ville me fait peur, elle est une agression permanente, une marée humaine invivable, ses loyers sont affolants… Cette photo me donnerait presque envie d’annuler mon week-end à Paris en mars :-)…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages