Brisby et le secret de Tron

Le mercredi 8 décembre 1982, j’avais 6 ans, et c’était la sortie nationale de deux films : « Brisby et le secret de Nimh » ainsi que « Tron ». J’allais régulièrement chez ma grand-mère le mercredi, avec mon frère et mes cousines-frangines, et il arrivait fréquemment qu’avec MaTante, elles nous emmènent au cinéma. J’étais fan de ma grand-mère qui était vraiment adorable, et avec qui j’avais une très chouette relation. Et il s’agissait toujours de sorties épiques qui se terminaient en silencieux pugilat entre les deux femmes qui ne se supportaient pas plus de deux heures, mais qui passaient tous leurs après-midis ensemble. MaTante était la belle-soeur de ma grand-mère, et c’est encore le résultat d’une de ces drôles d’histoire de famille.

Mon grand-père avait l’originalité d’être un véritable bigame, il avait donc à un moment tout simplement deux familles, avec des enfants des deux côtés. Et puis, ma grand-mère, ayant mis fin à cette mascarade, s’est retrouvée seule avec ses mômes. Ma famille maternelle se trouvait déjà à Osny, où ma maman habite à l’heure actuelle, et mon arrière-grand-mère (la belle-mère de ma grand-mère) créchait à deux pas. Etrangement, et je n’en connais toujours pas le fin mot, ma grand-mère est restée très liée à sa belle-famille, et cette dernière n’a pas du tout pris parti pour mon grand-père. J’ai déjà raconté tout cela en évoquant le demi-frère mystérieux de ma mère, ce journaliste mort dans des circonstances spéciales.

Ce mercredi 8 décembre 1982, nous allions donc voir « Brisby », qui était le film pour gamins de cette période. Après nous être périlleusement garés, nous allâmes cahin-caha nous mettre dans la file pour « Brisby ». C’est drôle comme je me rappelle de tous ces moments avec une étrange précision. En effet, il y avait un monde FOU pour ce film, que des mômes bien sûr, et je sentais ma grand-mère qui commençait à paniquer. A raison, puisque nous n’avons jamais pu voir ce film. En arrivant devant la caisse, la personne nous annonce : « Désolé, la séance est complète. » Ce n’est que 6 ou 7 ans plus tard que j’ai découvert ce dessin-animé à la télé (et je ne sais plus comment… peut-être en VHS ?). Mais je n’ai jamais oublié cette frustration de n’avoir pu le voir au cinéma, le jour de sa sortie.

Donc dilemme cornélien à la caisse : « Qu’est-ce qu’on va voir ? ». Et là mon frangin n’hésite pas, il n’avait PAS DU TOUT envie de voir ces connes de souris qui font les pédales, mais plutôt le super film fantastique dont tout le monde parlait, ce film aux effets spéciaux hallucinants : « TRON ». Et l’argument final fuse : « C’est une production Disney !! ». Ma grand-mère lança un regard suspicieux à son petit-fils de 8 ans, mais déjà surnommé « Satanas » par la famille, mais finit par accepter. C’est ainsi que nous sommes allés voir « Tron » à sa sortie.

Il y a eut un avant Tron et un après Tron pour moi. En effet, avant j’écrivais sur le petit papier, que faisait remplir l’instituteur à la rentrée, à la question « quel métier voudrais-tu faire plus tard ? » : Archéologue (et c’était avant les « Mystérieuses Cités d’Or » qui furent diffusées à partir de 1983). En fait, j’avais été profondément marqué par la visite du musée de l’homme de Tautavel avec mes parents. Hu hu hu. Et après Tron, le verdict fut indiscutable et irrévocable : Informaticien. D’ailleurs 3 ans plus tard, j’avais pu démarrer ma carrière en commençant mes premiers développement BASIC sur mon surpuissant Sinclair ZX81 (acheté 645 FF en promo sur La Redoute, grâce à la Carte Kangourou de maman, pour le Noël de mon frangin et du mien, en plus d’une subvention de ma grand-mère). Depuis, je n’ai jamais lâché un ordinateur de ma vie. Hé hé hé.

Je parlais des films d’animation Disney qui manquaient d’originalité (le gros tournant a été « Aladin » pour moi en 1993), mais Tron, en tant que production Disney, reste un OVNI cinématographique qui mérite qu’on s’y attarde. Car même si l’histoire peut faire rire, même si l’intrigue est fantasmagorique et dingue, eh bien la métaphore informatique est loin d’être stupide. Encore aujourd’hui, les notions de programme, de contrôleur ou bien de processeur sont tout à fait valables, et le parallèle entre la vie réelle et la vie de Jeff Bridges « numérisée » reste une prouesse scénaristique à mon avis. De même que les effets visuels pour imager le monde de l’informatique (balbutiant) sont esthétiquement et techniquement remarquables, et sont loin d’être stupides.

En sortant, ma grand-mère et MaTante étaient d’accord : elles avaient détesté, et rien compris. Mon frère et moi étions conquis, et ce fut le premier clash générationnel. Et pourtant trois semaines plus tard, noël 1982, je vous l’ai raconté dans un précédent article, mais l’arrivée des jeux électroniques Nintendo (Mickey qui rattrape ses oeufs, et Charly Brown qui joue au tennis) a bouleversé notre famille (ci-dessous ma tante, grande-tante et grand-mère). Mouahaha.

Découverte de la Nintendo en 1982

Bref, Tron, même si c’est passablement inregardable aujourd’hui, a révolutionné son temps, a marqué les esprits par son univers visuel et s’est inscrit comme un des premiers films « poétiques » sur l’informatique (ensuite il y a eut le cultissime « War Games » pour moi).

NdB : Merci à ma grand-mère et ma grande-tante qui ont rendu tout cela possible. :mrgreen:

Brisby et le secret de Nimh TRON

15 Commentaires

  1. Ciel ! deux de mes films cultes !!! « Tron » et « War Games », même si cela fait belle lurette que je n’ai revu ni l’un ni l’autre… Tiens, je vais aller trainer mes guêtres sur Amazon. Merci de m’y avoir refait penser.

  2. Mais tu es fou ! TRON passablement inregardable aujourd’hui ? Cela va pas ta tête ? J’ai acheté le DVD il n’y a pas si longtemps et c’est toujours aussi génial, même mieux qu’avec les yeux que j’avais à l’époque. C’est CULTISSIME. Nanmého :shock:

  3. Oh, vu les dates que tu donnes, je crois que j’ai découvert brisby à la télé aussi, je sais que c’était un jour férié, tu sais, ces fameuses journées ou ils savent que les gens sont en congés donc ils programment un ou deux films l’aprem et le matin :D.

    Pour tron, mon dieu, jeff bridges c’est vrai :eek:
    Il faut absolument que je me le refasse :love:

    Et tiens, tu avais vu D-A-R-R-Y-L ?

  4. ah, il manque un bout de phrase : pour brisby à la télé je voulais dire qu’on avait du tomber sur le même passage dans le programme vu les dates que tu donnes, surtout que j’avais guetté une éventuelle rediffusion qui n’a jamais eu lieu (ou alors je les ai toutes ratées :/)

  5. Krysalia > Daryl évidemment !! Cuuulte aussi ! :pompom:
    Tu te souviens de l’acronyme de D.A.R.Y.L. dans la VF : Développement Adolescent Robotoïde Ytrium Lasérisé. Mouahahaha, ah les cons !!! :afro:

  6. Génial, Tron, c’est vrai que ce fut une révolution dans la tête de beaucoup d’enfants.
    Dans le genre ordinateur au centre de l’intrigue, pas vraiment pour les mômes – encore que ce fut, pour moi, tout gamin, une révélation – impossible de ne pas évoquer le sublime 2001, l’odyssée de l’espace !

  7. Brisby… même moi je l’ai vu, je crois même avoir une photo de moi gamin avec la vhs dans les mains… et fievel… il avait un chapeau à la francaise… Néééé! j’étais tellement … enfant!

  8. J’adore quand les gens parlent des achats dans le catalogue de la Redoute, ma mère ne voulait pas en faire elle trouvait ça laid, ça m’enervait t’as pas idée. Une fois en cours de travaux manuels en ce2 ou cm1 on nous avait donné un vieux catalogue de la Redoute, j’ai volé toutes les pages des jouets et j’ai voulu commandé un truc, j’ai fait chier ma mère jusqu’à ce qu’elle cède…entre temps les codes avaient changés, mes pages de catalogue volées devaient avoir 5 ou 6 ans et donc je me suis retrouvé avec un pyrograveur. J’étais dégouté. Puis une fois une amie de ma mère que je n’aimais pas parce qu’elle pleurait tout le temps, parce qu’elle se faisait tout le temps larguer est venue chez nous avec son sac à main en cuir beige et comme elle m’enervait j’ai dessiné une merde au pyrograveur sous le sac qu’elle avait laissé dans la cuisine. Je n’ai jamais eu d’échos de ce truc ensuite…

    Je detestais les films pour enfants quand j’étais petit et on m’obligeait à aller voir les Disney au cinéma Disney Royal-Trocadéro rue Royal qui n’existe plus ( maintenant c’est une boutique Gucci). Je me souviens y avoir vu « Peter et Elliott le dragon » avec des types deguisés en dragon à la sortie et Mickey t’accueillait à l’entrée aussi, j’ai supplié ma soeur de ne plus m’y emmener après qu’on m’ait obligé à voir « les trois caballeros » une horreur qui me fait encore faire des cauchemars et qui m’avait même fait pleurer dans la salle tellement ça m’enervait. Après ça on allait voir les films que mes soeurs voulaient voir, le premier c’était d’après mes soeurs « La cité de femmes » de Fellini mais je me souviens mieux d' »un amour infini » avec Brooke Shields et Tom Cruise :)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages