Crime géographique parisien : Transformers II et la Tour Eiffel

Mein gott !! J’ai vu avec mon chéri ce soir la bande annonce du prochain « Transformers ». Cela commence par une avalanche de météorites (au premier abord) sur Paris. Et voilà notamment une des images :

Extrait de la bande annonce de Transformers II

Ah oui, là on ne peut plus nier l’utilisation d’images de synthèse !! Cela ne vous choque pas de savoir la Tour Eiffel derrière le Crillon du côté de la Madeleine ?? Evidemment, la vue de la Tour Eiffel est beaucoup plus efficace, et notamment avec cet angle qui intègre la Concorde, le Crillon et le ministère de la marine. Mais tout de même la Tour Eiffel est simplement DIAMETRALEMENT opposée à ce que montre cette image !!!!!!!!!! D’ailleurs, il suffit d’un petit Google Street View du côté du Crillon :

Vue vers Madeleine de la Concorde

Et si on pivote dans l’autre sens, voilà la Tour Eiffel qui pointe son antenne :

Vue de la Tour Eiffel de la Concorde

Rhaaaa c’est terrible de prendre de telles libertés !! Comme si l’on déplaçait la statue de la Liberté ou l’Empire State Building, quoique je ne suis pas certain que les amerloques en seraient si choqués. Hu hu hu. Bref, moi en tout cas, cela me turlupine. ;-)

6 Commentaires

  1. N’as tu jamais remarqué que dans les films américains il faut *toujours* placer la tour Eiffel quelque part entre deux scènes quand le film se situe à paris ?

    Alors bien sûr s’il faut la déplacer pour ne pas échapper à la règle, ben tant pis pour le public. Souvent il ne connaît de paris que la tour eiffel donc ce n’est pas une grande perte de la mettre n’importe où :)

    Note : Dans le dernier shyamalan, je crois qu’il n’est pas tombé dans le cliché et que l’on voit les tuileries ou versailles.

  2. Ce que tu peux être terre à terre mon cher Matoo… Et puis je suis certain qu’en pliant bien la carte, ça touche !
    Dans le même genre de crime je te recommande le D’Artagan de Peter Hyams (avec J.P. Castaldi et C. Deneuve) qui fait se cotoyer pèle-mêle la citée médiévale de Carcassonne, la Place du Capitole à Toulouse (achevée au milieu du XIX°) et la Salle des Illustres avec ses magnifiques fresques réalisées sous la III° république. Logique non ?

  3. Dans Independance Day, R. Emerich déplace l’Empire State Building. Le plan en damier de NY ne permet pas d’avoir une quelconque vue avec l’ESB au bout de la rue, face à soi. Et pourtant quand les aliens le font exploser on le voit plein cadre, c’est tellement plus photogénique !

  4. Encore plus fort… Dans Marie Antoinette de Coppola, la Reine sort d’une pièce à Versailles, traverse un couloir à Fontainebleau, descend des escaliers à Chantilly et ressort dans une cour à Versailles !
    Pour finir par aller danser à l’Opéra de Paris, construit 100 ans plus tard…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages