Méthode Officielle Matooïenne d'Etendage du Linge

Quand j’ai touité ce truc :

Mon touite sur l'étendage de linge

Je ne m’attendais pas à un tel déluge de réponses par twitter ou même facebook, mais il faut se rendre à l’évidence : je ne suis pas seul !!! Hu hu hu. Je ne suis surtout pas seul à confronter mon organisation méthodique (et perverse ?) à celle un peu plus bohème et spontanée de mon cher et tendre. Et c’est vrai que lorsqu’on regarde nos armoires, on comprend déjà toute l’importance de la complémentarité du yin et du yang. En tout cas, A. me regarde à chaque fois avec un étonnement muet, et une sorte d’inflexion sourde du sourcil digne d’un Spock circonspect, mais accepte le modus operandi de ma technique d’étendage (Qu’il est chelou ce substantif alors !!).

Mais oui, il faut des processus dans la vie !!! Hé hé. Ce n’est pas tant que je sois maniaque (mais vous en tirerez peut-être la conclusion inverse) car je supporte sans ciller un peu de bordel, ou bien même un appartement crade, mais j’aime agir chez moi avec un certain sens pratique, juste histoire de me simplifier la vie. C’est vrai que j’aime aussi quand les choses sont rangées, et que je n’ai aucune difficulté à trouver une place à tout. Du coup je ne perds pas grand-chose, et j’ai tendance à avoir certains automatismes qui permettent de conserver le plus longtemps possible un peu d’ordre et de propreté. Je ne vais pas m’étendre sur le sujet, puisque ce n’est pas le propos de ce post.

En tout cas, concernant le linge, je ne suis pas super organisé dans le lavage, vu que je mélange allègrement les couleurs et les types de vêtements, serviettes, torchons etc. Bref, tout ce qui réside dans mon panier de linge sale (objet dont l’usage est assez étranger à mon amoureux, mais il me répète juste que le sien n’est pas assez grand) finit dans le tambour. Par contre, j’utilise un grand tancarville (c’est comme cela qu’on appelle un étendoir dans ma famille) pour y étendre mon linge qui sort de la machine, et je tiens alors à ce que mon linge soit le plus rapidement suspendu, et qu’il y sèche le mieux et le plus vite possible (sinon ça pue, littéralement). Et l’autre objectif consiste aussi à faciliter grandement le pliage et le rangement, d’autant plus que je ne repasse que mes chemises de taf (une, tous les matins).

Etape 1 : Trier, défroisser et assortir le linge. Il s’agit donc de trier les éléments les plus plats et grands, comme les torchons, serviettes, ticheurtes, pulls etc. Je les empile en les défroissant le plus possible. Je mets de côté et empile aussi les calbutes, et j’apparie les chaussettes, en veillant bien en les mettant dans le bon sens, bien symétriquement. Les chemises sont séparées à ce moment, elles interviennent en fin de processus.

Etendre son linge Etape 1.

Etape 2 : Le tancarville possède quatre étages et des barres latérales où le linge est suspendu. Afin de permettre une circulation d’air optimale, il faut répartir le mieux possible les grandes pièces que sont les ticheurtes et torchons ou sets de table (en tissus). Donc je commence par le haut, et je récupère ticheurte par ticheurte, je les dispose toutes les deux barres. Quand l’étage supérieur est rempli, je passe directement au quatrième, ce qui empêche les tissus mouillés d’être en contact et de pendre les uns sur les autres. En général je traite les vêtements par catégorie, ce qui est plus simple ensuite pour les ranger (ce que je fais de manière très mécanique et tayloriste). En outre, je veille à ce que les serviettes de toilette, qui sont plus longues, puissent pendre sans entrave (ce qui ôte d’éventuels emplacements pour d’autres vêtements).

Etendre son linge Etape 2.

Etape 3 : Je complète les rangées libres avec des caleçons. Je veille alors à les poser sur une barre de manière à ce que je puisse les plier en deux temps trois mouvements, une fois secs. S’il n’y a plus de place, j’occupe alors les extrémités du tancarville, celles qui ne permettent pas d’étendre sur toute la longueur, et qui sont libres. Mais du coup, je dois plier les calbutes dans l’autre sens (tant pis).

Etendre son linge Etape 3.

Etape 4 : Je passe aux chaussettes et aux autres petits éléments. Ils sont donc pendus sur les extrémités, ou s’il n’y a plus de place, alors j’utilise les barres restées libres entre deux ticheurtes, ou encore les espaces entre chaque barre.

Etendre son linge Etape 4.

Etape 5 : Les chemises qui avaient été mises de côté sont posées sur des cintres, et ces derniers sont accrochés au tancarville. On peut comme cela en pendre quatre à deux hauteurs différentes, soit huit chemises maximum.

Etendre son linge Etape 5.

Etape 6 : Maintenant que linge est sec (uniformément et rapidement, grâce à ma méthode), il faut le plier !! Mais c’est tellement simple que c’est devenu un jeu d’enfant. En effet, les vêtements ne sont pas froissés, et hop hop hop, les ticheurtes se plient en deux secondes. Les chaussettes sont déjà assorties, et les calbutes prennent immédiatement leur forme de pliage. J’adoooooooooooooore !!!

Etendre son linge Etape 6.

Bon ben voilà donc ma psychopathie du jour, expliquée et illustrée, pour vous dire que non, je n’ai pas peur du ridicule. Huhu. Nan mais moi je trouve juste que c’est une manière de gérer son linge pratique et organisée, mais mon chéri insiste pour laisser le sien deux jours dans la machine avant de le jeter ça et là sur l’étendoir. Et quand je vois ça, je ne dis rien, et je pense « Au secouuuuuurs, Pèèèèère-Dodu !!!!!!!! ».

:croa:

45 Commentaires

  1. Oucha, mais ça prend un temps fou ! C’est vrai que je me vois mal étaler tout mon linge à même le sol. Petite question : même en le tirant au maximum, comment éviter l’étape « repassage » pour les tee-shirts ? Ils doivent bien finir avec la marque de la barre du tancarville ?

  2. Waow… je reste béat!
    C’est un TOC?

    Moi j’ai un sèche linge (bon, en province on a un peu de place), mais je me retrouve toujours avec des chaussettes orphelines…
    Celà dit c’est pratique, et l’eau de condensation…hop! dans le fer à repasser qui ne s’entartre plus!
    Magic hihihi

  3. Han! Comme il y a une méga-faille dans ta technique!

    Je m’explique: en installant tes t-shirts une barre sur deux, tu optimises l’écart entre deux t-shirts. Mais les deux pendants d’un même t-shirt se trouvent collés l’un à l’autre. D’où la solution optimale: les t-shirts à cheval sur deux barres… même encombrement ET meilleure circulation de l’air! :gne: (tu verras, tu y viendras)
    J’ai aussi l’air d’un ultime psychopathe comme ça… mais je porte toujours mes chaussettes dépareillées! :lol:

  4. en ce qui me concerne, puisqu’il faut bien partager les expériences, n’est-il pas… suis dépourvu de machine à laver et d’étendoir … dans le petit studio meublé que je loue, trône une essoreuse d’avant-guerre (il faut que je la prenne en photo avant de partir) qui consomme un max d’électricité et que je n’utiliserais que si j’avais 15 paires de chaussettes, ce qui n’est pas le cas. Alors, que fais-je? tout simplement, j’apporte mon sac à la « launderette » du coin, une bonne grosse lessive c’est 35 rands = 3€ 12cts que la jolie black me rend lavée, séchée et impeccablement pliée dans la journée
    bon c’est sûr, faut venir jusqu’ici
    et la vie n’est bon marché que pour les européens avec leurs euros, pas les autochtones
    quand est-ce que tu nous fais l’épisode vaisselle?

  5. Je ne vois pas où est le problème dans ta méthode d’étendage du linge… j’ai quasiment la même ! :) A la seule différence que je ne pose jamais les chemises à 90° des t-shirts car elles empêchent la circulation optimale de l’air à travers l’étendoir.

  6. Quelques suggestions : une poignée de pinces à linge. Ceci pour non plus étaler les calbutes, un par tige, mais plusieurs sur la même ligne. Dito les chaussettes (queuches) Pour les ticheurtes, c’est pareil, les faire sécher à l’envers en mettant une pince de chaque côté à la couture des manches, sous le bras. Quelques cintres en plastique pour pendre les chemises et une machine de 4kg tient complètement sur ton tancarville … A Naples c’est aux fenêtres. :salut:

  7. ..je ne suis pas d’accord avec les t-shirts en haut !
    puisque l’humidité s’évapore, et donc va vers le haut, si tu mets les grands objets en haut, tu limites la possibilité d’évaporation.
    Il faut donc « évidemment » mettre les t-shirts en bas, les calecons au milieu, et les chaussettes en haut, afin que l’évaporation soit optimale.

    Et puis je mets les t-shirts sur deux branches de tancarville, pour qu’il y ait aussi de l’air entre chaque face, pour sécher plus vite. Mais seulement l’hiver, l’été, c’est pas utile.

  8. Hormis la 1è étape, je fais comme toi (et suis également très emmerdé quand je dois poser les caleçons dans le mauvais sens faute de place !).
    Bon, y’a quand même le coup de paires de chaussettes que je ne fais pas… Mais elles sont toutes noires ! Comment les reconnaître ?? On m’a parlé aujourd’hui de mini-pinces spéciales chaussettes pour les mettre en paire avant de les jeter dans le panier à linge. Pourquoi pas mais je me vois mal un garçon me déshabiller et lui dire au moment où il me retire mes chaussettes  » Attends, je vais chercher une mini-pince à chaussettes ! « .
    Enjoy les Corfiotes.

  9. Un Tancarville, c’est pas plutôt le séchoir qui se déplie en deux « ailes » et qui a la forme approximative d’un W. Le tiens c’est un modèle « tour »…
    Les T-shirts, c’est pas terrible avec la barre au milieu. Ça oblige à les repasser.

  10. A relire tous les commentaires, je crois qu’une étude scientifique SERIEUSE sur le coefficient de circulation de l’air dans un tancarville en fonction du mode d’étendage – et par conséquent déterminer quel est l’étendage quantitativement ET qualitativement optimal – serait le bienvenu pour mettre fin aux querelles de séchoir.
    Si vous connaissez un étudiant qui cherche un sujet de thèse en mécanique des fluides (et thermodynamique ?), voici de quoi l’occuper… :pompom:

  11. J’étends le linge EXACTEMENT de la même façon. :eek:

    et j’avoue n’avoir jamais pensé à des histoires d’évaporation de l’humidité, ni me considérer maniaque, mais plutôt paresseux : les T-shirt c’est plus chiant, plus lourd, il faut bien vérifier qu’ils soient pas froissés, donc autant être debout quand on les étend. Du coup, c’est pour le troisième niveau du tancarville (je vais adopter ce nom).
    Les calbuttes et chaussettes, c’est fastoche, on se met à genoux, et en cinq minutes c’est plié :langue:

  12. Je fais aussi partie du club des gens pratiques, qui réfléchissent en termes d’efficacité, d’optimisation de l’évaporation, etc.
    C’est un peu comme quand on s’aperçoit qu’on n’est pas le seul gay sur Terre, on se sent rassuré…

    (à Tambour Major : je vais proposer ce sujet de thèse à l’Institut de Mécanique des Fluides de Toulouse, chuis certain qu’on peut obtenir un financement européen ! A moins que cela n’ait déjà été fait.)

  13. Je me dois de crier au scandale…
    Un tancarville est composé de deux poteaux tubulaires s’appuyant sur deux « jambes » et étayé par un nombre variable de traverses horizontales (si wikipedia le dit…)
    Ca va mieux en le disant… :blah:

  14. C’est bien tu gagnes du temps, résultat impec ! Si tu mettais tes tee-shirts sur un cintre ils seraient encore mieux !

    Ah et pour les pulls Msieur Matoo, quel est votre secret ?

    (Moi j’ai un sèche-linge, c’est une inépuisable source de bonheur ! Si, si. Sauf pour les chaussettes de Corbillo qui passent à la taille 34 si par accident elles vont y faire un tour !)

  15. beau short jim … mais une sécheuse est si pratique et le linge est pas froissé … il y a aussi le pressing … :rigole:

  16. Personne n’a remarqué que le linge ici montré était déjà sec, et que nous assistons à une mise en scène tout organisée pour nous enduire d’erreurs ! :mrgreen: :lol: :langue: :salut:

  17. J’ai un système d’étendage assez similaire. Mais comme mon étendoir est tout petit, je mets pulls et t-shirts sur cintres, dans mon dressing (oui, bon, j’ai un petit étendoir mais j’ai un dressing).
    Et sur l’étendoir, chaussettes, collants, petites culottes (séparées en deux catégories, parce qu’elles se rangent dans deux casiers différents).
    Parce qu’effectivement, c’est plus pratique pour le rangement !

  18. Tu te tropes mickfish
    c’est une forme de catharsis son écriture , pour mieux évoluer . cf le post sur le rangement de l’armoire…

  19. héhéhé, une catharsis ! Comme tu y vas…
    Toujours est-il que ce post est génial, d’ailleurs il n’y a qu’à lire les réactions de chacun. C’est simple et con, mais tout le monde y va de son commentaire et de sa propre expérience.
    C’est un post purement inutile, et tellement indispensable.

  20. Comme mon mec. :boulet:
    Un vrai hystérique de l’étendage !!
    D’ailleurs maintenant il s’en occupe entirement SEUL et même le mien commeça j’ai la paix!

  21. 37 commentaires..38 avec le mien..
    On est d’accord, c’est inutile donc indispensable :langue:
    Vive le sèche linge, le lave vaisselle et les femmes de ménage (pour les plus riches ) qui nous épargnent toutes ces joyeusetés ! :pompom:

  22. et à quand ta méthode pour la vaisselle
    sans oublier le « matoo est dans l’escalier », il balaie pour les nuls qui laissent des saloperies partout
    en tout cas joli exemple d’auto dérision qui m’a bien amusé

  23. Et le T-shirt fétish …
    1976 c’est bien l’année de l’élection de Jimmy Carter, le planteur de cacahuètes ? n’est il pas ?

  24. Finalement je fais pareil, sauf que je mets les chaussettes avec les boxers, que je sèche les boxers dans l’autre sens (car je ne les plie qu’en deux), et qu’à la fin : JE REPASSE ;)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages