Dans la dèche au Royaume Enchanté (Cory Doctorow)

Cory Doctorow est un des créateurs de Boing-Boing, donc un blogueur des premières heures s’il en est, et il a écrit ce premier bouquin sous licence Creative Commons. On peut donc le lire gratuitement sur le net, et l’exploration des alternatives aux droits d’auteur actuels est une des préoccupations majeures de cet écrivain canadien. Ce livre surfe sur des thèmes assez inhabituels en comparaison de mes lectures deSF habituelles, mais je l’ai malgré tout beaucoup aimé. C’est surtout le fait qu’il ait écrit cela en 2003 qui m’a épaté…

Le bouquin tire son titre d’un roman de Georges Orwell : « Dans la dèche à Paris et à Londres ». Ce dernier y racontait son errance (réelle) dans ces deux villes où il a vécu dans la misère la plus terrible. « Dans la dèche du Royaume Enchanté » raconte aussi le parcours initiatique d’un homme dans une société dont le modèle est particulier, la Société Bitchun. Nous sommes dans un futur très proche et l’avènement des réseaux de communication (du web quoi !) mais aussi les progrès en médecine et biotechnologie a affranchi notre monde de la mort telle que nous la connaissons aujourd’hui. Ainsi un nouveau principe de société a vu le jour, avec de nouvelles valeurs et des paradigmes assez géniaux. Géniaux car à la fois étranges et bien science-fictionesque mais pourtant familiers, comme si je comprenais bien où l’auteur voulait en venir, mais à demi-mot, comme en filigrane de son intrigue romanesque.

Le héros de l’histoire, Julius, a 150 ans et c’est un jeune. En effet, les gens ont la possibilité de scanner et d’enregistrer leur mémoire afin de l’implanter dans un clone lorsqu’ils ont un problème de santé. Aussi les âges ne veulent plus dire grand chose, et il s’agit plus de différence de générations et de mentalités. Les gens meurent quand ils en ont assez de vivre en somme. En outre, à cette époque tout le monde est équipé d’un implant qui connecte directement au réseau. Cela permet de communiquer, mais aussi d’obtenir des informations diverses et variées, et notamment concernant le whuffie. Cette dernière notion est capitale dans le bouquin et super intéressante. Le whuffie est une sorte de monnaie moderne, mais comme les valeurs ont changé, il ne s’agit pas vraiment d’argent. Le whuffie serait plutôt une côte de popularité. Lorsque vous agissez « bien » envers des gens, votre whuffie augmente, et réciproquement il diminue si on pense du mal de vous. Tout cela fait diablement penser à une mesure de l’influence desblogueurs d’aujourd’hui par exemple…

Julius est en couple avec une jeune femme, Lil, qui travaille dans un des endroits les plus importants de la Société Bitchun. En effet, dans un monde sans mort et où le travail n’a pas de valeur de notre point de vue capitaliste, les gens cherchent à se divertir et à gagner en whuffie. Les parents de Lil avaient donc investi Disney World, et Julius et Lil à leur suite, avec d’autre personnels ad-hoc, passent leur temps à fignoler, améliorer et rendre plus distrayant l’attraction « Haunted Mansion ». Mais voilà, les choses ne sont pas aussi simples et on n’est loin d’être dans le monde des bisounours. Le manque de whuffie peut gâcher une existence, et il y a un tas de gens qui voudraient alpaguer cette populaire attraction. C’est ainsi qu’un groupe dissident et opportuniste réussit à récupérer le « Hallof presidents », et il réforme les vieux automates par des visions synthétiques suggérées par les implants des visiteurs. Ce groupe a des vues sur la «Haunted Mansion », mais Julius tient au respect des traditions Disney, et ne l’entend pas de cette oreille.

Il y a aussi Dan qui revient de loin, et d’un niveau de whuffie catastrophique qui va aider Julius dans sa lutte. Mais ce dernier va passer de difficiles épreuves et mettre en péril sa vie, son whuffie et au final son appartenance même à la Société Bitchun.

Le bouquin est vraiment passionnant pour sa peinture d’une société cyberpunk qui aujourd’hui apparaît comme un débouché tout à fait envisageable de notre propre société. Et ce qui m’a étonné c’est bien queCory Doctorow ait écrit cela en 2003, alors que les blogs étaient balbutiants et qu’on commençait tout juste à présager des évolutions sociales etsociétales qui allaient être engendrées par le web (que nous ne mesurons pas encore aujourd’hui d’ailleurs). Il y ajoute cette dimension Walt Disney et l’importance du divertissement, mais surtout cette note de popularité dont le calcul se fait en prenant en compte l’avis de chaque connecté au réseau (vraiment de manière analogue à la manière dont les blogs sont « classés » en prenant en compte les liens vers eux par exemple). Du coup, aujourd’hui, alors que je vois à quelle point ma génération tient aux attractions Disney (c’est con mais c’est incroyablement vrai) ou bien les prémices très clairs et concrets de la notion de whuffie sur le web, je me dis que ce bouquin est d’une clairvoyance assez troublante, voire légèrement flippante.

En revanche, l’histoire en elle-même, l’intrigue amoureuse ou la narration autour de Julius, ne m’a pas tout à fait convaincu d’un point de vue littéraire. Ce personnage de Dan notamment m’a laissé perplexe, et je n’en saisi toujours pas nettement l’importance (mais peut-être le sens m’en a-t-il échappé). Malgré tout je ne boude pas mon plaisir, et pour un premier roman c’est une sacrée entrée en matière !!

Dans la dèche au Royaume Enchanté (Cory Doctorow)

3 Commentaires

  1. Doctorow est de toute façon un visionnaire, mais je pense qu’en 2003 lorsqu’il inventait le whuffie il se référait plus au système de karma que l’on trouve sur des sites comme slashdot, ou chez nous Linuxfr. Ce système de crédit plus que de notoriété a créé plein de sous systèmes, de jeux, qui poussait à être drôle, informatif ou cinglant pour gagner en karma et parfois même au troll pour ce suicider (un compte au karma négatif n’ayant plus le droit de s’exprimer pendant un temps).

  2. Richard> Ah mais évidemment, tu dois tout à fait avoir raison ! Comme je ne suis pas du tout branché mmorpg, je n’y pas tout de suite pensé, mais ça tombe sous le sens ! :gene:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages