In the loop

Le cinéma anglais nous réserve régulièrement des surprises, et en particulier dans le registre des comédies où il faut avouer leur capacité à pondre des oeuvres souvent bien déjantées. C’est largement le cas dans ce film qui porte haut leur excellence dans l’irrévérence et l’absurde, tout en étant en fait un libelle politique diablement efficace. Il s’agit en fait d’un film plus ou moins tiré d’une série, même si la thématique en est là complètement différente, qui s’appelle : The Thick of It. Cette satire du monde politique britannique est saignante à souhait, et dans le film on se penche particulièrement sur la prise de décision des USA, soutenu par les anglais, de l’invasion del’Irak.

Le film présente des ministres et politiques anglais vu de l’intérieur même du système administratif. Tout démarre par une saillie deSimon Foster, Secrétaire d’Etat britannique au développement international, qui déclare que la guerre est impossible à prédire, mettant ainsi le feu aux poudres. Mais c’est plus compliqué que cela, puisque nous voyons rapidement les américains tout aussi mal organisés et embrouillés dans d’effroyables cabales internes, etl’ONU où des kyrielles de commissions et d’assistants en tout genre viennent encore complexifier les choses. Bref, c’est un énorme imbrogliopolitico-politique et diplomatico-démago-langue-de-bois ! Cela se termine bien évidemment par une intervention américaine, mais qui correspond alors à un extraordinaire foutage de gueule !!

Le film est vraiment drôle et propose une caricature qui ne laisse pas insensible. Ainsi les personnages sont parfaitement campés, on en reconnaît même certains, et frisent un ridicule qui paraît finalement crédible (c’est tellement énorme qu’on peut se dire que ça a pu se passer ainsi).Évidemment la politique et les systèmes administratifs ultra-complexes tels ceux qui régissent les organisations internationales en prennent pour leur grade. En outre, la manière de tourner est très réalise et le côté « pris sur le vif » ajoute encore à une mise en scène des plus énergique et rythmée. Du coup, on ne s’embête pas une seconde avec une succession de saynètes, et une intrigue qui part dans tous les sens.

En revanche, l’aspect négatif de ce que je viens d’évoquer, c’est qu’il manque justement une vraie ligne directrice, et qu’on est vite fatigué par cette accumulation de scènes qui ne mènent pas à grand-chose. Disons qu’on se doute assez rapidement de la fin, et qu’elle vient à arriver, c’est tout quoi… Le film ressemble du coup un peu à des gags qui se répondent plus ou moins, mais qui nuisent à un propos un peu plus posé et réfléchi. Mais l’aspect politicard et enfumage est ainsi plus flagrant et bien démontré !

In the loop

2 Commentaires

  1. N’oublions pas ce pensait Giraudoux des diplomates, « Les diplomates sont des gens qui contemplent les catastrophes du haut d’une terrasse ». Il s’y connaissait bien, étant de la Carrière.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages