Avatar

On nous l’a tellement annoncé comme un film événement celui-là qu’il devait vraiment ne pas décevoir. Or, il plait énormément à ce que j’en lis à droite et à gauche, mais à moi moyen-moyen-bof en fait. Et pourtant dieu sait que j’ai adoré Cameron en son temps, avec ses Terminators, Alien 2 ou Abyss (qui est un chef d’oeuvre pour moi). C’était pour moi le faiseur de blockbuster vraiment doué pour pondre des films à la fois divertissants, dotés de bons effets spéciaux et pas trop cons. Là il arrive avec ses gros sabots, et non seulement on en attend beaucoup de lui, mais en outre il nous avait fait mijoter avec des idées de « révolution numérique 3D » et de film qui décoifferait sérieusement.

Le résultat n’est pas mauvais, mais certainement médiocre en comparaison de ce qui est vendu, et qui pouvait être escompté d’un type pareil. Le premier aspect positif du film c’est en tout cas le divertissement qui fonctionne bien. C’est un bel univers, avec de bons comédiens, une production qui tient la route, et des moyens gigantesques. Le film est onirique à souhait dans ses décors, propose une morale toute proprette, et n’est vraiment pas compliqué à comprendre. Les fans de Cameron retrouveront aussi avec plaisir certains de ses gimmicks, comme ses vaisseaux spatiaux, ses capsules d’hibernation, ses exosquelettes etc. Et puis, on a Sigourney Weaver qui est, il faut avouer, toujours impeccable (I love you Sigourney !!!).

La 3D en termes d’image de synthèse est époustouflante (j’essaie de mettre le paquet là parce que je suis moins dithyrambique par la suite) et Cameron n’a pas lésiné sur les moyens. En revanche, le cinéma relief ne me convient pas personnellement. Je trouve la fatigue visuelle vraiment importante, et je retire les lunettes une minute toutes les vingt ou trente minutes. A ce moment, là je réalise comme l’effet 3D rend l’image sombre, et que j’adorerais voir le film en 2D pour mieux profiter de la qualité du rendu. J’aime aussi regarder les détails de décor dans ce genre de film et pas toujours les personnages centraux. Or j’ai l’impression que la 3D focalise le regard sur les personnages, et ne rend pas hommage à la qualité intrinsèque des images. Bref, la technologie même ne me convainc pas. Évidemment pour les quelques scènes où l’on se retrouve dans la peau d’un autochtones sur son dragon volant, c’est vrai que ça fait un effet boeuf…

Outre cela, faire tout un film en images de synthèse (ce qui est quasiment le cas pour Avatar) nécessite d’immenses moyens, mais aussi certainement quelques recherches d’économies… Du coup, les bestioles en 3D glossy, shiny et tout le toutim sont évidemment plus « faciles » à modéliser et rendre que des bêtes à poils ou à plumes. De même, les scènes nocturnes à grands renforts d’effets fluorescents et très « Rencontre du Troisième Type » ont aussi permis à mon avis quelques coupes budgétaires (et du coup un aspect assez facile pour un film avec cette ambition). Il était évidemment très difficile d’être au top à chaque plan, et certains films récents font beaucoup mieux en intégrant des scènes 3D dans des prises réelles. Globalement la vision de cet Eden de la planète Pandora m’a troublé dans sa ressemblance, et dans la faune et dans la flore, avec les paysages et décors imaginés pour Nausicaä et d’autres films de Miyazaki. C’est certes très beau, mais rien de vraiment supra-original, et plus fanstasy que SF ce qui ne me plait pas de la part de Cameron (mais c’est un avis très personnel, j’en conviens).

Pandora est donc cette mystérieuse planète qui est convoité par les (méchants) hommes qui veulent en soutirer un métal précieux. La planète est habitée par les (gentils et proches de la nature) Na’vis qui refusent de quitter leur habitat, alors qu’ils ont le cul posé sur un gigantesque gisement (les nuls). Pour les arnaquer bien profond, on crée des avatars : des hybrides homme/na’vis qui sont animés à distance par l’esprit des hommes et femmes qui ont servi de base aux avatars. Manque de pot l’un des avatars devait être conduit par le frère de Jake Scully (le supra bandant Sam Worthington, qui jouait déjà dans Terminator 4), un marine en fauteuil roulant, meurt et on demande donc à son frère jumeau de prendre sa place (ce qui est génétiquement compatible). Mais voilà que lors d’une vadrouille dans son corps de na’vi, Jake se retrouve aux prises avec une tribu indigène. Finalement, les na’vis acceptent de se lier avec les humains en adoptant Jake et en lui enseignant leurs coutumes, mais ce dernier n’est là que pour les trahir…

Bon le scénario ce n’est pas compliqué, et c’est bien le problème, il se résume en une ligne : « Pocahontas » rencontre « Danse avec les loups ». Voilà c’est tout. Jake rencontre la Pocahontas locale, elle lui montre le secret des fleurs et des graines locales, elle parle à l’oreille des iguanes volants, et lui explique comme c’est beau Pandora vu du ciel. Et lui il danse avec les na’vis, et il aime ça, et il aime bien sa copine Poca. Bon bah ça Cameron : c’est de la meeeeerde !! DE LA MERDE !!! Quand est-ce que les scénaristes et auteurs de tout poil se décideront à affronter l’anthropomorphisme (et à prendre son contre-pied) qui est la tentation de base pour expliquer l’inexplicable, ou pour trouver un sens là où nous ne pouvons en trouver facilement.

Le truc vraiment dommage c’est qu’il y a un potentiel de fou !! De fou je vous dis !!! Notamment sur un des aspects du scénario qui n’est pas trop creusé alors qu’il me paraît fondamental, et la véritable originalité du film. En effet, il y a tout un pataquès sur le fait que les na’vis et tous les êtres vivants de Pandora sont connectés les uns aux autres, ils partagent une mémoire commune, mais possèdent aussi concrètement des périphériques de communication. Ce truc de connexion par les nattes des na’vis est assez ridicule, mais l’idée (encore une fois très anthropomorphique) même de ces arbres en réseau, et de toute la planète interconnectée m’a touchée (bon ok, c’est mon côté cyberaddict qui parle). Je pense qu’il y avait des éléments intéressants à tirer de cette partie du scénario (SF à souhait), mais qui a été étouffée dans l’oeuf à peine ébauchée par Sigourney.

Bon bah voilà hein ! Donc les images sont belles, mais les rendus, animations et modélisations 3D ne sont pas si extraordinaires que cela, l’histoire est cacaboudin, la réalisation se tient ainsi que les comédiens et comédiennes, et selon moi ce n’est pas une révolution cinématographique, juste un chouette divertissement bon teint et bon pied bon oeil, tout à fait dans le politiquement correct actuel.

L’avis des copines : Maxime, Lâm, Nicolinux, Jarod_, Tambour Major, Pouxi, Zefrog, [elle].

Avatar

16 Commentaires

  1. A la Bande Annonce, j’ai dit « Sans moi ». Bon il s’avère qu’un joli garçon m’a dit « vient avec moi » donc j’ai acheté des m&m’s et j’ai été voir le film.

    J’admets que le scénario est vu et revu.

    Mais comme toi, j’ai été captivé par cette idée de réseau et de mémoire. Toute cette partie « métaphysique » de Pandora. Cette idée de fusion « par la natte » avec la faune et la flore.

    Et avec tout ça j’ai trouvé le film très poétique. L’Arbre aux Voix notamment.

    Et oui j’avais aussi repéré l’acteur dans Terminator 4 (bave) et Sigourney Weaver quand je pense que je l’ai revue dans Ghostbuster cette semaine….. Wow. :D

  2. Je suis retourné le voir hier soir… le charme de ce film (et de Sam Worthington :langue: ) a encore opéré.
    Tu écris à propos de la 3D : « j’ai l’impression que la 3D focalise le regard sur les personnages, et ne rend pas hommage à la qualité intrinsèque des images. » Ce n’est pas une impression ! En effet dans les plans rapprochés l’image perd beaucoup en profondeur de champ de sorte que la zone de netteté est (artificiellement ?) centrée sur un visage ou un personnage, au détriment du reste de l’écran, comme si l’on voulait nous forcer à regarder ceci ou cela. Un peu agaçant.

    Je te rejoins ensuite sur la richesse potentielle du scénario, le network des arbres et la mémoire de la nature. C’est vrai qu’il eut êté intéressant de creuser la question mais alors le film se serait fortement éloigné de la trame (un peu gentillette il est vrai) proposée. Peut-être la sortie BlueRay offrira une version Director’s Cut en ce sens…

  3. Bonjour,
    je fais partie de ceux qui ont apprécié le film, mais je conçois tout a fait qu’on puisse ne pas trouver le film emballant et j’entends les critiques que l’on peut faire sur l’histoire, mais pas sur la techniques, alors qu’en je vois que tu utilises le mot médiocre je pense que tu n’as pas compris où est l’avancée technologique dans ce film.
    Cameron a fait le film pour l’Imax 3 D et non pour la 3 D, donc première question as-tu vu le film à disney village (seule salle imax en ile de france) ? si la réponse est non, je te dirais que tu n’as pas pu vivre le film tel que Cameron l’a conçu.
    Deuxième avancée technique : les nav’is sont en images de synthèses, en motion capture, et bien personnellement j’avais plus l’impression que Cameron avait trouvé des aliens quelque part et les avait ramené pour faire son film. Elle est là l’avancée technologique et crois moi elle est loin d’être médiocre….mais le fait même qu’on ne s’en rende pas compte prouve à quel point Cameron a gagné à ce niveau là : les effets spéciaux ne se voit pas, on croit à tout ce qu’on voit, alors qu’à part les scènes intérieures, tout a été crée par effets spéciaux. Les expression des nav’is sont aussi réelles que celles des humains et pourtant c’est de l’image de synthèse….sauf que Cameron a filmé caméra à l’épaule et qu’il a été encore plus loin avec weta afin de pouvoir capté la moindre expression la moindre ride du visage des acteurs !

  4. Pour voir la différence imax 3 D et 3 D et comprendre le bond fait en avant technologiquement c’est là
    http://rafik.blog.toutlecine.com/15825/Avatar-dans-une-seule-salle/
    et là
    http://www.excessif.com/cinema/actu-cinema/news-dossier/avatar-opus-1-la-demarche-de-james-cameron-page-1-4994571-760.html

    Par ailleurs, en imax 3 D ce ne sont pas les mêmes lunettes et les couleures pètent plus en imax
    Enfin ce n’est pas fluorescent mais bio luminescent et c’est normal vue l’amour de Cameron pour les grands fonds.

  5. Et bien, tu me voles là le billet que je comptais faire ce matin à propos de ce film. Je suis seulement un peu plus mesuré sur la 3D, qui m’a semblé intéressant et a provoqué chez moi une fatigue visuelle moindre que ce que j’avais déjà expérimenté précédemment. Même si je ne sais pas si je dois mettre la solide migraine du lendemain sur le compte du film…
    Mais effectivement, le concept de Gaia (la planète vivante) est très mal exploitée, et j’ai même trouvé un manque terrible d’imagination pour les créatures: des navi qui ressemblent tellement à des hommes, avec des presque chevaux, des presques chiens méchants…

  6. J’ai vu le film et j’approuve cette critique de A-Z. C’est vraiment dommage d’etre reste a ce niveau avec un univers aussi fourni et creatif. L’histoire aurait pu etre passionante, remplie d’inconnue et de questions … A cote de ca, on se retrouve avec l’arrivee des puritains en Amerique.

    Un beau film, aussi bien en 2D qu’en 3D – j’ai vu les deux. Mais je suis certain que n’importe quelle production avec un budget pareil peut faire un decors aussi splendide.

    Merci pour cette critique :)

  7. Comme a dit ma tata : « On le comprend mieux quand il (Cameron) disait qu’il avait attendu toute sa vie pour faire ce film. Il a 20 ans de retard son film. »
    Moi personnellement, je peux pas être impartial, parce ce que j’avais une érection à chaque plan de Sam Worthington… u_u
    SAAAAAAAM :pompom:

  8. Entièrement d’accord sur les nombreux points intéressants du film noyés dans l’oeuf. Il y avait aussi tout simplement le principe d’Avatar, hyper proche de nos problématiques et pourtant non apparement ça n’intéressait pas Cameron ^_^ !

  9. J’ai donné mon avis sur mon blog, donc tu le connais. Mais c’est vrai que je te rejoins sur le côté « interconnexion des plantes » mal exploité, mais sûrement qu’on en entendra plus parler dans le deuxième volet (car vue le carton que ça a fait, on va certainement avoir droit à une suite). Peut-être que dans cette hypothétique suite il nous pondra une histoire plus fouillée !

    Concernant la 3D, je crois que si on nous fixe sur une image c’est pour éviter que l’oeil se fatigue trop justement.

    Au passage intéressants les liens donnés un peu plus haut par Nrv

  10. bon je coupe 1 heure au film ça le rendra plus digeste ! completement ok pour miyasaki le chateau dans le ciel,princesse mononoke ect…..
    Et le choupinou ma foi je lui laisse mon telephone! :love:

  11. Un film révolutionnaire qui fera certainement date dans l’histoire du cinéma. Tout comme l’odysée de l’espace l’a fait, Avatar révolutionne la science-fiction mais marque également un nouveau départ pour la cinématographie. Sur ce, avatar est un petit bijoux qu’il faut savoir apprécier tel un voyageur qui découvre de nouveau paysage. Je conçois que ceux qui ne savent ( malheureusement ) pas se transporter, puissent trouver le film décevant, le scénario est certes classique. La morale est également un peu trop poussée. Seulement on ne peut qu’oublier ces 2 lacunes devant tant de beauté visuelle. Un moment féérique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages