Un p’tit tour à Nice et puis s’en va

Le week-end dernier, nous nous sommes offerts quatre jours dans le sud pour nous changer un peu la tête et nous aérer les méninges. J’ai eu la chance de profiter de quelques endroits de rêve à moindre frais, et donc nous avons placé ce week-end sous les plaisants thèmes de luxe et luxure.

Nous avons en effet passé deux nuits là :

Le P* de la M* à N* ;))

(Pas de mention du nom merci, histoire de ne pas être googlable sur ces expressions.)

Avec une chambre très très sympathique qui avait une chouette vue sur la mer et la piscine intérieure…

Vue de la chambre à Nice

Vue de la piscine intérieure de l'hôtel

Je passe sur l’accueil avec macarons, chocolats, champagne et tutti quanti, ce serait vulgaire non ? Hu hu hu.

Nous avons eu un premier jour pas terrible avec de la flotte, mais heureusement en fin de journée ça se dégageait, et dès samedi matin nous avons eu un beau soleil. J’ai beaucoup aimé me balader dans les rues du vieux Nice qui sont très agréables, et vraiment avec un joli cachet.

Une rue du vieux Nice


Vue panoramique du marché du vieux Nice

Vue du marché du vieux Nice et de la Colline du Château

Nous sommes montés jusqu’au sommet de la colline boisée qu’on aperçoit sur la droite en haut sur la photo précédente, la colline du Château. De là, on a des vues stupéfiantes sur la baie, sur le vieux Nice et à perte de vue.

Vue de la baie de Nice de la colline du Château

Vue du vieux Nice de la colline du Château

Vue de Nice autour du port et jusqu'au Alpes

Et ce qui me fascine dans ce coin, c’est qu’on a visuellement la mer devant et les monts enneigés juste dans le dos. C’est tout de même un lieu idéal pour profiter de la plage, la montagne et des avantages d’une grande ville.

Bon en revanche, on pensait, innocemment, qu’on trouverait des tas de pédés dans les bars gay ou boites locales, mais on a été plutôt déçu. Tous les gens à qui j’en ai parlé me confirment que ces endroits sont blindés l’été, mais que ça reste plutôt confidentiel hors-saison. Nos tentatives sur Nice ou Cannes n’ont pas été couronnés de succès. Entre le Zanzibar de Cannes (mais A. qui connaît le coin me disait que c’était toujours comme ça, c’est un peu de « Feeling » local, hu hu hu) et les quelques bars de Nice comme le X-Cube qui n’était pas beaucoup plus fréquenté (même le samedi soir), nous avons fait chou blanc. Du coup nous avons visité la backroom à côté, le Traxx, où il y avait une poignée de vieilles tapioles esseulées et désespérées qui erraient comme des âmes en peine dans les glory holes, slings, darkrooms et autres réjouissances locales. Arfff.

Il y avait malgré tout samedi soir pas mal de monde au Klub, mais j’ai trouvé que c’était une ambiance un peu chelou, et surtout on se croyait dans les années 90 concernant le dosage d’alcool des verres. Super chers et à croire que c’était coupé à la flotte… Pfff. Bon mais au moins nous avons pu frayer quelque peu avec la faune locale, ce que j’aime toujours faire lorsque je suis loin de Paris.

Nous avons aussi profité d’être sur Nice pour aller faire un tour à Monaco que je ne connaissais pas. Oh quelle déception… Mein gott, que c’est laid, que c’est une hérésie immobilière et une verrue sur la côte. Et ce mini-disneyland affreux qui sert de village en carton-pâte, et ce Palais qui ressemble à un préfabriqué décrépit et décrépi (si si) pour nouveau riche. A part pour l’évasion fiscale, il n’y a vraiment aucune raison de vouloir habiter là-bas… Bref, on est resté trois quart d’heure et on a filé de ce terrible endroit.

Nous sommes aussi allés à Cannes pour faire un tour sur la Croisette, où je n’étais jamais allé (enfin gamin, mais je ne m’en souvenais plus). Passer devant le Palais des Festivals et marcher le long de la plage était très agréable avec le soleil que nous avions, et le peu de touristes à cette époque.

L’arrière-pays niçois est aussi bien joli avec une succession de villes plus ou moins fortifiées qui m’ont drôlement plu. Il y a Eze et Saint Paul de Vence qui sont vraiment de chouettes petits endroits pleins de charmes. C’est drôle de se dire que pour Eze par exemple, il s’agissait d’une ville importante entre l’époque d’Auguste et celle des Flaviens (de quelques années avant JC jusqu’une centaine d’année après) !!

Vue lointaine de St Paul de Vence

Et le truc qui m’a troué le cul, et qui est symptomatique des trucs qui me trouent le cul, c’est en roulant vers Monaco, et en passant près d’une ville appelée « La Turbie » (après Eze justement). J’ai aperçu une construction qui ressemblait à quelques colonnes d’un temple romain, et je me suis dit que c’était certainement une connerie de reproduction antique bien beauf pour une société qui vend des piscines. Bon gros « fail » dans ma tronche, puisqu’en nous approchant, ça paraissait étrangement authentique, et un petit tour dans Wikipédia plus tard, j’ai compris que nous étions en présence de l’extraordinaire Trophée des Alpes d’Auguste.

« Le trophée des Alpes fut construit par l’empereur romain Auguste pour célébrer sa victoire définitive sur les anciennes tribus ligures qui peuplaient la région, et qui attaquaient les commerçants empruntant les voies romaines pour vendre leurs marchandises. […]

D’après la date de sa dédicace, sa construction fut achevée en -6/-7. »

[Source]

Rhoooooo, c’est toujours fascinant quand on voit des trucs comme ça en France, un peu comme l’incroyable Temple de Mercure au sommet du Puy de Dôme. On sait bien que les voies romaines sont celles que nous empruntons quasiment encore aujourd’hui, mais là c’est une manifestation bien réelle et anachronique presque surréaliste pour moi.

Nous avons passé la dernière nuit dans un endroit avec un charme de dingue dans le vieux Mougins, avec une terrasse et une vue splendide sur Grasse… (Je passe aussi le champagne dans la chambre hein ? Huhu.)

Vue de notre chambre à Mougins

Et puis il a fallu revenir sur Paris… Pfff. Je passe aussi l’épisode où je me suis trompé dans la date de retour en avion, et qu’il a fallu payer le double du billet initial pour rentrer lundi soir (un transport qui était beaucoup moins low-cost que prévu du coup). C’est la seconde fois que je fais ce coup-là, et mon chérichou m’interdit dorénavant la commande d’un quelconque billet d’avion. Huhu.

Vivement la prochaine virée !!!

8 Commentaires

  1. « Du coup nous avons visité la backroom à côté ». Quel doux euphémisme ! Je doute que vous ne vous y soyez rendus que dans une pure démarche sociologique, je me trompe ?

  2. Sur la colline du château, il y a une cascade qu’on voit de la plage. Je crois (mais sur pas sûr) que Nice est une jolie ville.

    Il n’y a pas plus relou que de s’apercevoir qu’on a pris le retour pour une autre date que celle prévue.

  3. la vie gay est assez déprimante en été ( surtout en aout, tous les locaux sont en vacances), et le KLUB peine à remplir la salle. Qq gay sur la plage publique Castel, idem cours Saleya. Non , la côte d’azur n’est vraiment pas « the place » pour les gay l’été, malgré les jolis reportages de Têtu. ( c’est plus fun en face , en Toscane à Torre del Lago, ou en Espagne, naturellement).
    )

  4. Hello. Monaco vaut un peu plus que 45 mn. C’est sur tu vas pas y trouver beaucoup de backrooms, mais il y a pas mal de choses à y faire comme un détour par le musée océanographique par exemple, ou découvrir les ballets de monaco… J’y habite et je te confirme (en dehors des avantages fiscaux dont je ne profite pas) qu’y vivre 365 jours par an est plutôt sympa. ;-)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages