Pensées pour mamie

Est-ce que ça n’est pas trop, m’interroge Théophile, un livre entier juste pour elle, pour elle qui à quatre-vingts ans ne passera pas de rudes hivers. Est-ce que ça n’est pas trop ; votre vie qui s’écrit au royaume des vivants n’a pas besoin d’un meurtre ni d’aucun pacte en marge. Comment lui dire, à Théophile. Que je la sais sénile mais que je veux sa peau, la confier au tanneur, piqueter le parchemin de crachats volubiles. Qu’il m’est insupportable de l’imaginer seule, légère et nostalgique, sauvée par sa bêtise, accrochée tout en ongles à sa version des faits. Je la hais beaucoup trop, je dis à Théophile, ce n’est pas de l’obstination, j’ai juste de bonnes raisons de lui imposer le pire. Le pire est déjà fait, me sourit Théophile, car il sourit toujours. C’est alors que l’histoire s’est mise à commencer.

Citation extraite de “Dans ma maison sous terre” de Chloé Delaume. Page 13.

2 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages