Une vraie pub gayfriendly par McDo (sic)

Quand j’ai entendu parler de ça il y a quelques temps, j’ai soupiré en me disant ça allait encore être une catastrophe de clichés ou de métaphores si subliminales qu’elles ne servent à rien d’autre. Car un bon objectif de publicitaire serait justement de cibler uniquement les pédés, tout étant certain que les hétéros n’y verront que du feu. Cela a bien fonctionné avec cette pub indéniablement cryptogay qui avait réussi à faire dire à France Soir à l’époque que ces deux garçons étaient « plus que des amis ».

Voilà donc ce que l’on a fait de plus gayfriendly depuis 2004… Pfff. J’avais dans le même post, où j’évoquais cette saga publicitaire, parlé de la campagne que ma copine Ana avait pondue : la campagne Monsieur Propre de 2005. Un vrai coming-out pour Monsieur Propre !! Mais là encore, elle m’avait avoué que toutes les bonnes idées sur les thèmes du PACS ou de la Gay Pride étaient tout bonnement tombés à la trappe. Et depuis, je ne vois pas bien ce que l’on a eu… à part un 4×3 avec deux mecs dans une bagnole, rien de transcendant.

Et voilà que McDonald’s, Grand Empire InterGalactique de la Malbouffe, surfe sur sa campagne du « Venez comme vous êtes » avec quelques spots qui sont un chouïa plus couillus. Le « Venez comme vous êtes » était un slogan qui mettait en exergue le cosmopolitisme et la grande diversité des clientèles McDo, en insistant sur le fait que tout le monde est le bienvenu « comme il est ». On voyait des gens habillés très différemment, reflétant des couches sociales et culturelles variées… Mais là, McDo a pondu ce spot qui met un étonnant coup de projecteur sur les homos :

Apparemment, cela fait même du buzz aux USA, où on estime que cette publicité ne pourrait pas du tout passer dans ce pays en raison des lobbies chrétiens très puissants dans certains Etats. J’ai vraiment été épaté par cette pub, et quand je la reregarde, je ne reviens pas de tous les écueils qui ont été évités, avec un sujet des plus casse-gueules. Mais il faut se rendre à l’évidence, ce spot est génial. L’histoire est autant adorable que surprenante, avec une pincée d’humour, beaucoup de dérision dans cette relation père-fils, avec une bonne chute, au final une belle ode à la tolérance, et pas vraiment de cliché. C’est à se demander comment ils ont réussi un truc pareil. D’autant plus que le jeune garçon fait tout jeune lycéen, et qu’on sait la difficulté de ces jeunes à s’assumer dans leur milieu scolaire.

Cette courte vidéo dispose d’une excellente narration, est bien jouée, et en quelques secondes nous montre un vrai court-métrage, avec une intrigue et une conclusion. Le tout souligne le slogan de cette entreprise en allant sur un terrain un peu plus miné, puisque non seulement on peut venir comme « on est », et même si on est homosexuel. Mazette, quelle avancée sociale !!! Hu hu. Cette publicité est une belle réussite pour la marque en tout cas, qui prend un certain risque, mais qui dans son audace choisit une si mignonette histoire qu’il n’y a vraiment rien à craindre. Mais pour nous autres tapettes militantes, j’aime bien cette approche qui peut être aussi vue comme un beau pas en avant en évoquant l’homosexualité via un banal jeune garçon (réciproquement) amoureux d’un camarade de sa classe. Enfin un truc pas inquiétant, juste un petit coup de fil qui donne un œcuménique sourire à quiconque, et ces regards de l’enfant à son père qui ne comprend rien quand il se désole du fait qu’il n’y a que des garçons dans sa classe, et qu’il aurait pu faire des ravages comme lui avec les filles à son époque. Huhuhu.

Pub - McDo - gay friendly

Pub - McDo - gay friendly

Pub - McDo - gay friendly

On imagine tout de suite les belles parodies qu’on pourrait faire à partir d’une si innocente réclame, gnark gnark gnark.

Cette pub arrive en tout cas dans une ambiance assez spéciale quant à la perception de l’homosexualité dans notre société. J’avoue que je ne suis pas toujours certain de la position à adopter. J’avais par exemple plutôt bien réagi à cette parodie qui scandait un « Ça c’est vraiment PD ! » parce que ça me paraissait une moquerie plutôt sympathique des travers et clichés gay. Mais quand ça mène à un mini mème qui consiste à substituer cette expression homophobe à un VDM (Vie de Merde), évidemment c’est une dérive regrettable et terrible à certains égards.

En revanche, la vidéo de « Sexion d’homo » m’a paru être une vraie manifestation d’homophobie, avec des moqueries qui là sont blessantes et réellement l’expression de clichés antédiluviens sans second degré aucun. Pourtant là encore, en en discutant dans les commentaires de Yagg, une personne me disait qu’elle n’y avait vu que du énième degré et que c’était une question de perception. Et c’est tout à fait juste. Mais alors, quand est-ce que l’on sait ce qui est drôle et ce qui ne l’est pas. Faut-il comme Ruquier s’entourer de toutes les minorités pour réussir à s’en moquer en ayant la garantie que ce n’est que de l’humour. Vaste sujet…

Il n’en reste pas moins que l’on assiste ces derniers temps à une drôle de résurgence d’homophobie, je ne sais pas si c’est encore une de ces transitions dont nous sortirons plus « grands », ou bien si c’est un véritable retournement. Je ne saurais pas citer d’exemples précis, mais c’est plutôt un faisceau de petites choses qui ne me rassurent pas.

En étant plus trivial, la chose la plus rassurante du moment c’est peut-être Lady Gaga et ce que j’en disais à propos de son engagement clair et sans confusion pour les homos. Elle a un tel succès qu’elle aura peut-être une influence non négligeable dans notre combat. Pour filer dans la trivialité, un des derniers épisodes de Glee (ép. 20) est consacré à ce Monstre de Lady Gaga, et il est remarquable à tout point de vue. En effet, le personnage homo Kurt, assez flamboyant, représente pour moi cette ambiance à la fois permissive et ouverte, mais en même temps dangereuse pour les minorités ou les gens en marge. On y voit assez bien ce côté positif de l’acceptation du père, mais aussi les teubés qui finissent par frapper. Et Kurt n’est pas tout blanc non plus dans son rapport à Finn… Bref, ça m’a bien parlé, et je pense que Lady Gaga doit être contente de voir que l’esprit « Little Monsters » a été particulièrement bien illustré dans cet épisode.

[Edit de 17:16] Ah ah, le buzz a atteint les médias américains, et c’est évidemment chez FOX qu’on a droit à un présentateur offusqué qui répond à une consœur pas offusquée du tout. Elle explique calmement que c’est une pub gayfriendly française, et il fulmine en faisant cette jolie comparaison : « Est-ce qu’ils vont avoir aussi une pub Al-Qaeda, venez comme vous êtes etc. ? ».

23 Commentaires

  1. Je vais faire un copié/collé vraiment par jolijoli de ce que j’ai posté sur Yagg au sujet de cette pub mais j’ai une flemme incroyab’ de le réécrire …

    Points positifs :
    – Pas de clichés évidents
    – Pas d’exagération sentimentales : cris, pleurs, joies, autres
    – La simplicité de la video
    – Ils n’utilisent pas le registre comique
    – Le garçon est craquant :D

    Point négatifs :
    – Le lien avec « Venez comme vous êtes » est très très léger.
    – L’homosexualité ici vraiment trop implicite
    – La dernière phrase du père est le genre de truc qu’on entend et qui blesse mais rien ne vient la corriger ensuite.
    – Perso je me balade rarement avec ma photo de classe au McDo, rapport aux doigts gras. Mais admettons.

    Si je devais la refaire, je montrerais d’une manière ou d’une autre que le père est au courant de la vie de son fils, que c’est anodin et banal pour lui. Ca aurait été la meilleure manière de dire « Venez comme vous êtes » justement.

    Pourquoi pas un truc du genre :
    « Le père et le fils papotent. Le téléphone sonne, la photo de son copain et son prénom apparaît face au père au dos du téléphone. Le gamin décroche discute rapidement, dit à son copain qu’il l’aime, qu’il l’embrasse (smoutch smoutch) sans dire que c’est un garçon et enfin raccroche.
    Le père regarderait alors son fils et sortirait un truc du genre
    « J’aurais bien aimé que Arthur vienne avec nous »

  2. @Kévin : A propos de la photo de classe. Quand j’ai vu cette pub, j’ai imaginé que le gars allait tenter son coming out auprès de son père. Ça semble avoir foiré certes mais dans ton scénario tout est rose, tout est cool, le père a déjà tout capté, on est chez les bisounours.
    Là on laisse une porte de sortie, de l’espoir sans nier la difficulté.
    A propos du slogan « venez comme vous êtes » il est tout simplement appropriable par tous, ici pour ceux qui sont sortis du placard et puis les autres.

  3. Je l’ai vu pas plus tard qu’hier au ciné… et après celle avec papy et mamy qui chattent au McDo j’ai encore été agréablement surpris par la fraicheur de cette nouvelle campagne, on délaisse les tabous et se jette au bain avec bonne humeur !

    Ajouter à cela les pubs d’Orangina complètement déjantées auxquelles j’ai aussi eu droit et tu t’imagines que la coupure de pubs, obligatoire pensum des cinémas, en devient presqu’agréable :D

    Imagine donc un panda qui fait sa toilette intime à l’Orangina, un caméléon qui soigne son acné avec et une giraffe west-coast qui lave son linge à la boisson orangée ;-)

  4. @PascalR Depuis quand être gay signifie forcément être en difficulté ?
    Le raccourci est un peu facile « être hetero, c’est socialement naturel, être homo c’est plus compliqué, moins naturel dans notre société ».

    L’homosexualité ne devrait en aucun cas devenir un chemin de croix pour quelqu’un. Oui mon monde est celui des bisounours, peut être parce que j’ai l’espoir un peu fou qu’un jour les adolescents puissent dire à son père « Tiens je te présente mon copain » naturellement et sans devoir se lancer dans tout un processus de remise en question de soi et de la société. Et pour ça, à mon avis, la meilleure manière de faire est sûrement de montrer des situations ou la sexualité d’une personne est banale, courante, normale.

    :)

  5. @Kévin :
    Han! Mais j’ai jamais dit ce raccourci là!
    J’ai juste souligné que l’interprétation de la scènette pouvait être comprise et adoptée par ceux qui ont des difficultés (le slogan de Mac Do, « Venez comme vous êtes » est là pour les encourager, c’est l’illustration de ton espoir un peu fou que je partage) Et pour les autres c’est tout simplement réconfortant de voir ces messages à la télé ou au cinéma avec papy et mammy :fleur2:
    Et j’adhère à la maxime de Matoo « c’est cool d’être gay » même si.

  6. J’aime bien cette publicité, parce qu’elle très fine, c’est vrai. Au fond, je me fais la même réflexion que Kévin. C’est bien de montrer une situation difficile, mais il faut donner des solutions, une ouverture. Là, le fils, il est juste dans une impasse : comment faire comprendre ce genre de choses à un père qui n’envisage même pas comme possibilité que son fils puisse être homo ? En vérité, cette publicité montre précisément ce qu’est la société aujourd’hui : être hétéro reste naturel, être homo n’est pas envisageable au premier abord. C’est bien, de refléter la société. Et ce n’est sans doute pas le rôle de la publicité de montrer qu’un monde meilleur soit possible. Mais au fond, de notre côté, c’est bien ce à quoi on aspire, quand on défile dans les rues pour la Gay Pride, non ? Rendre l’homosexualité normale, banale, non source de problèmes.
    Mais au demeurant, moi je trouve la pub Vizir presque plus drôle, parce qu’elle oblige les gens à voir que les homos sont comme les autres.
    Et, au delà de l’égocentrisme gay, à quand une visibilité de l’homosexualité féminine dans la pub ?

  7. @Kewin Depuis quand être gay signifie forcément être en difficulté ?
    Le raccourci est un peu facile “être hetero, c’est socialement naturel, être homo c’est plus compliqué, moins naturel dans notre société”.
    Ben si mon vieux, qu’on le veuille ou non, que ça nous plaise ou pas, c’est moins évident d’être pédé qu’hétéro ! Ce n’est pas souhaitable, ça ne devrait pas être le cas, mais ça l’est… malheureusement.

  8. @gayboyfr : On est d’accord, ce n’est pas évident mais ça ne devrait pas l’être.
    Ce que je veux dire c’est que homosexualité n’est pas synonyme de mal-être. C’est notre société qui stigmatise en ce sens. A nous (humains) de changer ça et non de l’accepter comme la règle.

  9. J’ai vu cette campagne de pub pub pour la première fois il y a quinze jours et j’avoue avoir été surpris. Surpris par revirement de Mc DO qui ne table plus sur le standard de la famille papa, maman, les enfants et le chien mais présente des « vrais » gens, dans leur diversité. Celle-ci en particulier m’a laissé un sentiment doux-amer très agréable. Je trouve que l’homosexualité est présentée de façon tout à fait pertinente et fait l’impasse sur certains clichés qui ont tendance à me filer de l’urticaire. Ici point de Zaza Napoli, mais un ado, plutôt mignon, qui va au Lycée, bien dans ses baskets, qui ressemble à beaucoup de jeunes de son âge. Ce n’est qu’implicitement que l’on comprend qu’il est gay. Et cela me semble très important. Parce qu’être Gay n’est qu’une facette de notre personnalité parmi d’autres. En face de lui, un père aimant, qui a peut être compris certaines choses, peut être pas tout, mais qui visiblement aime son fils, comme c’est heureusement le cas dans de nombreuses familles.

  10. J’y vais de mon petit commentaire car le sujet m’intéresse et je suis plutôt d’accord avec plusieurs points soulevés plus haut.

    Par Matoo d’abord sur le fait que pour une fois nous avons une publicité qui ne passe pas par les clichés et qui ne vient pas d’une petite entreprise outsider qui pourrait se permettre cette audace.

    Par contre Kevin a raison (comme Thérèse) c’est un peu froid comme fin… « Venez comme vous êtes, même restez dans le placard ». Ça fait très « Don’t Ask Don’t Tell »…

    Mais PascalR a raison si on fait une fin trop heureuse ça devient bisounours land…

  11. La malédiction des progressistes, c’est que ne parvenant pas à se satisfaire de (trop) petits pas, ils tendent parfois à rester immobiles.

    Je me suis occupé d’une asso dans une vie antérieure et j’aurais bien voulu que nous sachions faire un spot comme celui-ci.

  12. J’ai vu cette pub au cinéma. A la fin j’avais envie de dire au jeune homme « allez, dis-le à ton père, c’est le moment! ». J’avais juste oublié que c’était une pub pour Mac Do!…

  13. Trainant dans les milieux bien informés, pour ce que j’en sais, BETC Euro RSCG avait proposé une autre fin à McDo (un coming-out), qui a été refusé.

  14. Il s’agit en effet d’une très belle pub, et la première fois que je l’ai vu, je n’ai pas cru que c’en était une « officielle », je pensais à une parodie du slogan Macdo repris par des militant !

  15. Et bien moi ça m’emmerde que l’on traite de l’homosexualité pour vendre de la bouffe de merde. En plus, au final, le mec reste sans rien dire… Non vraiment, ce spot me laisse un arrière goût bien déplaisant. Je ne vois pas de raison de se réjouir.

  16. À peu près comme tout le monde, je suis content que cette pub existe, elle est bien foutue, mais pas au point d’aller dire « Merci Mc Do », parce que bon, c’est de la com pour développer leur clientèle, pas contre l’homophobie… donc heu, bravo les publicitaires.

    Par contre, j’ai aussi vu le mini débat sur Fox News, et la dame « pas offusquée du tout » je crois qu’elle est pire que son compère, moi son « je ne suis pas un homme gay donc je ne peux pas vous répondre » je l’ai trouvé glaçant. Mais bon, par contre « Sexion d’homo » j’ai trouvé ça plutôt bon enfant et même courageux (je ne pense pas que des réels homophobes auraient pris un tel ‘risque’), comme quoi oui, pas mal de choses sont une question de perception.

    Un nouveau lecteur.

  17. On reste dans le sempiternel « DON’T ASK, DON’T TELL » ricain, en fait.
    Venez comme vous êtes, mais gardez-le pour vous… ;-)

  18. En d’autres termes, le spectateur est « complice » de la relation supposée entre le fils et l’inconnu au tél. Mais le père reste dans l’ignorance et passe pour un con, au final.

    Venez comme vous êtes, mais chez nous, pas de transgression… Sauvez les apparences et tout se passera dans le meilleur des MacWorld… ;-)

  19. J’ai surpris une conversation au ciné derrière moi entre deux filles. Et la seconde expliquait à la première que le type de la pub était au téléphone avec sa copine, alors qu’il venait de recevoir sa photo de classe et qu’il mangeait avec son père. Sa réaction ensuite, c’était surtout du « j’ai pas trop envie de parler de ma vie avec toi, papa »… Je ne me suis pas retourné pour leur demander pourquoi il caressait la photo avec le pouce ou pourquoi il parlait de « notre photo de classe », cela aurait peut-être bousculé leur perception de la pub ! J’avais plutôt l’impression d’être le seul à en avoir compris la subtilité. Moi qui pensait qu’elle était limpide ! :smile:

  20. A noter que pour ceux qui sont en mal de testostérone gay dans la pub, Orangina a pensé à eux, avec un rasage matinal au soda ;-)
    La scène dure moins de temps qu’il en faut pour dire Orangina, mais bon…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages