Blogoplagiat

J’avais constaté cela par hasard dès 2006 quand un garçon m’avait carrément volé mon coming-out pour le reprendre à son propre compte (Merde, voler un coming-out, c’est vraiment bas comme pratique !). Un peu plus tard, c’était un autre qui avait copié-collé une visite londonienne et s’était approprié ce petit bout de ma vie. Je vous assure que c’est vraiment bizarre de constater ces emprunts maladroits, et de se lire, d’entendre donc sa propre « voix », malhabilement camouflée par la plume d’un autre.

Les contenus de blog, grâce aux outils de syndication et partage, sont régulièrement aspirés et recyclés par des portails malhonnêtes qui en exploitent ainsi le potentiel publicitaire, mais là c’est différent. Ce sont des blogueurs qui ayant la goutte à l’imaginative piochent chez leurs confrères des textes qu’ils auraient certainement eu envie d’avoir écrit. Je considère ce que j’écris ici comme tellement basique et médiocre que ces subtilisations m’étonnent toujours, mais du coup cela paraît tellement passe-partout et banal que le prévaricateur pense agir avec la discrétion d’un Arsène Lupin du web. D’ailleurs, c’est certainement le cas, puisque comment savoir qui s’empare ainsi de tous ces textes qui traînent esseulés sur la toile. J’avais retrouvé ces derniers soit par la sérendipité d’un lecteur (ayant reconnu mon coming-out, hé hé), soit parce que l’un avait directement utilisé une image qui était hébergée sur mon serveur…

Et là, c’est moi qui testait quelques expressions pour essayer de comprendre comment ce nouveau Google Instant Search allait pouvoir changer le comportement des internautes qui recherchent des infos sur le web. Je me demande surtout si le fait de commencer à taper une expression et d’en voir tout de suite les résultats va vraiment accélérer le processus de recherche, et donc réduire la taille des requêtes finalement tapée. Bref, je fais mes essais, et puis me vient une idée à la con : « Tiens au bout de combien de mots, mon blog remonte-t-il lorsque l’on tape l’expression ma poubelle sent le sperme ». Ce dernier post est un de ceux qui a marqué les gens qui me connaissent, pourtant ce n’est pas un texte d’un grand intérêt, mais c’est vrai que c’est certainement la première chose que des gens qui me connaissent par mon blog me disent lorsque je les rencontre pour la première fois. Huhu. « Ah oui Matoo, je connais ton blog, c’est toi avec la poubelle qui sent là… ouai ouai. » Je tape donc ma requête et voilà ce qui apparaît :

Requête "ma poubelle sent le sperme" sur Google

Je vois tout de suite ce second post de Paperblog, et me dis que ces enflures ont encore pompé mon blog alors que j’ai n fois décliné leurs propositions. Il y a eu cette mode de ces agrégateurs qui proposaient de reprendre les contenus des blogs contre un trafic accru. Le résultat c’est qu’ils reprennent les contenus en y ajoutant de la pub, et parfois se retrouvent mieux positionnés dans Google que les blogs d’où l’information est originellement puisée. Du coup, je clique là, et réalise avec stupeur que ce n’est pas mon blog, mais celui de quelqu’un d’autre. En allant sur le post en question dans sa version originale, on peut y lire que cet article (du 11/01/2009) est même « une vieillerie que j’avais posté à l’époque sur un défunt blog, communément alimenté par Yann, Guillaume et moi-même. » C’est la meilleure !!!

Le plus intéressant est de noter les subtiles différences et biffages entre le post original et ce succédané. Il a déjà été rendu parfaitement hétérosexuel (ce qui est foutrement cocasse), et on a précautionneusement ôté toute mentions pouvant m’y relier ainsi que les noms des protagonistes. Ne parlons pas de la vidéo qui a été rajoutée… Et du premier commentaire qui reconnaît bien là la plume de son auteur, quoiqu’un peu datée. Huhuhu.

Ah là là, si j’avais su qu’on me piquerait ce post là… Mein gott!!

[Edit du 12/09/2010] Comme je le subodorais, moins de 24 heures après la publication de mon post, l’article incriminé a été mis hors ligne. Huhu. En voilà une copie pour les curieux qui voudraient voir l’objet du délit.

16 Commentaires

  1. Que tu considères que ce que tu écris ici soit tellement, éventuellement je peux le comprendre, on a toujours un mauvais œil sur soi-même, ou souvent; Mais que tu considères que ce soit médiocre me paraît au minimum excessif ;-)
    Crois-tu que nous serions aussi nombreux à venir lire ce truc médiocre ? Non non non :fleur1:

  2. Il y a deux ans, une personne a commenté chez moi pour me demander si j’étais l’auteur d’un autre blog. Il s’agissait d’un skyblog.

    Un type que je ne connaissais pas reprenait mes écrits intégralement sans rien y changer. Absolument rien. J’ai d’abord voulu prendre contact avec le garçon pour lui demander poliment de soit dire clairement à ses lecteurs que tout n’était pas de lui, soit effacer ce qu’il me volait sans honte.

    Le jeune homme n’a pas eu le temps de me répondre. Mon petit ami de l’époque, excédé, qu’on puisse copier et voler impunément les gens a contacté la plateforme Skyblog et a fait fermé le faux-blog. (Sacré poulpe ! :D)

    Ce qui était assez étrange, c’était que j’étais moins choqué par le fait qu’on m’ait copié que par le fait qu’on se soit emparé de choses très personnelles. Qu’on me copie ça m’était égal. Je ne comprenais juste pas qu’on prenne des écrits aussi personnels pour les faire siens. Quelqu’un avait pris ma vie pourrie pour dire que c’était la sienne.

    Les gens sont étranges. Je ne les comprends pas.

  3. Comme Ditom, je ne comprends pas ce que l’on peut en retirer de gratifiant.
    Pour ce qui est d’accuser quelqu’un de plagiat, je crois que c’est arrivé à Kozlika à qui on avait totalement piqué un billet et qui, lorsqu’elle avait demandé à la voleuse de retirer ce billet, c’était fait elle même traiter de voleuse.

  4. Pour avoir eu l’excellente initiative d’avoir osé traduire litttéralement en français le mot « serendipity », mon mot anglais préféré, il te sera beaucoup pardonné, d’abord par moi, et ensuite par Dieu, ou l’inverse !

  5. Le copyright n’existe pas pour le net ?
    Ma poubelle est très propre bien qu’il m’arrive de recopier mes commentaires, tellement je les trouve géniaux – a posteriori cela va de soi ! ;-)

  6. Il existe des web-outils qui traquent le plagiat sur internet. Je ne sais pas trop quelle sont leurs performances. J’en ai installé un chez moi (un accès de vanité sûrement) qui ne m’a encore rien signalé d’anormal.

    Pour rebondir sur le plagiat de billet, surtout s’agissant d’éléments personnels de sa vie (je ne parle pas que de la poubelle pour le coup !) je ne comprends pas la démarche. L’intérêt du blog est de pouvoir justement librement s’exprimer, mettre ses propres mots sur son histoire, ses émotions, quitte à recourir à la citation ou au renvoi vers un billet qui nous a émus. La copie servile m’attriste pour ces personnes qui, outre le manque évident d’honnêteté, ne parviennent pas à s’exprimer par elles-mêmes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages