Une description de La Paulet

Une description de la fameuse maquerelle du Dauphin Couronné qu’on trouve dans les aventures de Nicolas Le Floch. Ah cette langue du 18ème que j’aime tant n’a pas son pareil pour donner vie à cet inquiétant béhémoth.

La Paulet tenta de se lever du fauteuil qui l’emprisonnait et retomba essoufflée de son effort dans un nuage de poudre. Il frémit tant la face grimaçante qui le regardait évoquait quelque épouvantable figure de Méduse. Une longue perruque blonde et poudrée dont les boucles se répandaient en torsades serpentines encadraient un visage mafflu, cérusé à l’excès, comme à l’accoutumée. Les pommettes et les lèvres incarnates, les yeux cernés d’un noir brillant ajoutaient à l’aspect théâtral de l’idole de la rue du Faubourg Saint-Honoré. Des mouches, boutons malsains, constellaient ce champ du désastre. Le reste n’était plus que bajoues, fanons pendants et débâcle d’une chair que dissimulaient mal les voiles de mousseline au travers desquels transparaissaient les raides balaines d’un busc monstrueux. Elle lui tendit une jour qu’il baisa de bon coeur avec l’impression de frôler un mur de plâtre fissuré.

Citation extraite de « Le noyé du Grand Canal » de Jean-François Parot. Page 214.

3 Commentaires

  1. Pour plus d’informations sur la Paulet, le dauphin couronné et le monde de Nicolas Le Floch, je ne peux qu’inciter à la lecture du livre de Pascale Arizmendi, « Nicolas Le Floch, le tableau de Paris de Jean-François Parrot » qui une thèse universitaire sur la série. Ouvrage très érudit, parfois ardu mais passionnant, en particulier en ce qui concerne l’études des sources utilisées par Jean-François Parrot.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages