Rome en famille

J’étais déjà allé à Rome avec Diego en 2006 en octobre, et j’avais adoré ce week-end malgré une période automnale un peu frisquette, mais avec une lumière assez extraordinaire… Cette fois-ci, c’était un week-end que j’avais offert à ma maman pour ses 60 ans. J’avais voulu pour une fois qu’on aille à l’étranger avec mon père et mon frangin, et dans une ville que je voulais leur faire découvrir. Je voulais un peu leur montrer à quel point il était tellement facile, dépaysant et peu cher de passer quelques jours dans une capitale européenne voisine (mon père prenait l’avion par exemple pour la première fois…). Je pensais les désinhiber un peu à ce sujet… Je ne suis pas certain d’avoir réussi, mais au moins j’aurais essayé. Comme A. venait et que nos parents se connaissent assez bien à présent, nous étions en famille recomposée des plus originales et hétéroclites avec A. et son père et moi et ma smala.

A part mes quelques difficultés de « jeune » diabétique qui ne sait pas encore bien gérer ses doses d’insuline et les ajustements liés aux efforts physiques, j’ai d’abord eu pas mal de crises d’hypoglycémie un peu pénibles, alors qu’on marchait bien 5 heures par jour (ce que j’adore particulièrement lorsque je suis en voyage). Mais ça s’est vite réglé, et nous avons découvert (une seconde fois me concernant) cette ville incroyable qu’est Rome (c’était mi-octobre). Je savais que le potentiel était là pour accrocher de mon côté, étant donné que nous sommes à peu près tous fascinés et amoureux des vieilles pierres et des lieux chargés d’histoire. Evidemment 4 jours, c’était malgré tout le maximum envisageable pour ne pas se taper dessus et avoir des envies de parricide (j’imagine que l’infanticide devait être aussi dans les plans ennemis). Huhu.

Nous avons passé cette poignée de jours sur place à tourner et virer dans cette ville qui se découvre strates après strates, de l’Antiquité romaine au Baroque en passant par la Renaissance. Mais ce n’est pas comme Paris qui a eu son uniformisation haussmannienne et qui est finalement assez pauvre en héritage historique antérieur, Rome paraît déborder de monuments et de vestiges, et dans un agréable bordel qui change de nos espaces parisiens rectilignes et proprets. Du coup j’aime bien cet amoncellement disparate et terriblement romantique de souvenirs architecturaux et artistiques d’absolument tous les siècles passés. On m’avait toujours seriné sur le fait que Prague était la seule ville d’Europe qui pouvait rivaliser avec Paris, et j’avais été assez déçu par ma découverte de la capitale tchèque. En revanche, Rome m’a une fois de plus conquis.

Faire le tour de Rome à pinces n’est pas très difficile, et nous avons quasiment tout le temps marché. A ma grande surprise, mes parents ne s’en sont pas trop plaint. Les incontournables sont assez cités dans les guides pour que nous les traversions un par un, et qu’au bout de ces quelques jours nous ayons un petit commencement d’aperçu des richesses de cette cité mythique et millénaire. Nous avons aussi profité de la présence d’une des meilleures amies de A. qui habite Rome depuis des années. Elle est guide pour Rome donc et nous a permis de découvrir la Basilique Saint-Clément-du-Latran, nous y avons découvert un intérêt passionnant que jamais nous n’aurions pu soupçonner sans son érudition et ses commentaires. Si vous voulez visiter Rome, vraiment je vous conseille de vous accompagner de cette charmante Sophie pour pleinement profiter de vos excursions. Cette fameuse basilique donc se visite en descendant des dizaines de mètres dans son sous-sol et en découvrant ainsi les autres bâtiments qui ont servi de fondations. Il se trouve que des fouilles ont livré des informations troublantes mais aussi des trésors archéologiques. Sur le site, se trouve un complexe de bâtiments sur trois niveaux. Le niveau archéologique le plus bas est une insula du ier siècle, appartenant à T. Flavius Clemens, ayant des vestiges de fondations de l’époque républicaine, sur laquelle est superposé un temple païen romain du iie siècle, dédié à Mithra. L’église actuelle est construite, peu avant l’an 1100 au cours du Haut Moyen Âge, sur les fondations de l’église chrétienne du ive siècle. [Source Wikipédia]

Comme je le disais plus haut, nous avons eu droit à une lumière splendide sur les maisons et les monuments romains. A part une saucée en fin de séjour, nous avons été relativement vernis avec le climat.

Immeuble romain

Malgré l’opulence et la richesse des Musées du Vatican, ce n’est pas ce qui m’a le plus charmé dans Rome, et non plus la Chapelle Sixtine qui m’a plutôt déçu (étrangement je m’attendais à un truc plus beau et épatant que cela…). Non je reste scotché sur ce putain d’incroyable Colisée !!!

Colisée romain
Intérieur du Colisée

Et j’adore j’adore j’adore la Fontaine de Trevi comme un bon touriste de base. Huhu.

Fontaine de Trevi

A part l’église du Panthéon qui est un monument qui me laisse pantois (un truc qui n’a presque pas bougé en 2000 ans, et qui est toujours d’une beauté, d’une solennité et d’un frappant gigantisme), j’aurais pu passer des jours à errer dans le forum romain, sur le Palatin ou le forum de Trajan.

Forum romain vu du Palatin
Le forum romain
Forum de Trajan

Et puis forcément, vous me connaissez, la statue équestre de mon maître à penser sur le Capitole… bah j’ai aimé évidemment !!

Statue équestre de Marc-Aurèle sur le Capitole

Evidemment on a aussi très bien mangé pendant ce week-end, et encore une fois je pense que cette ville rivalise vraiment avec Paris à bien des égards. Mais c’est la seule ville d’Italie que je connais, et c’est d’ailleurs une des chose que je voudrais améliorer cette année, et découvrir d’autres métropoles de ce pays. Je garde de ce petit périple encore une kyrielle d’images avec cette impressionnante surimpression d’époques et de civilisations, ce qui est très grisant quand on pense qu’on foule alors le même sol que ces fameux romains dont la culture nous a tellement influencé (et même plus que cela).

8 Commentaires

  1. Essaie aussi Naples et la côte Almafitaine. Une pure splendeur. Bien sur, Capri est aussi incontournable. C’est bien vrai que la France et l’Italie sont les 2 plus magnifiques pays d’Europe.

  2. Toutes les villes d’Italie que j’ai pu visiter ont leurs charmes( Rome,Naples Pise, Florence,Sienne,Turin…..) a l’exception de Milan l’ industrieuse .
    4 jours a Rome c’est un minimum!

  3. Je rêve aussi de courts séjours dans les capitales européennes et de retourner en Italie. Mais bon à moins d’un miracle affectif et économique ce ne sera pas pour cette année. C’est déjà bien d’en habiter une.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages