« Le repas des fauves » au Théâtre Michel

"Le repas des fauves" au Théâtre Michel

Le repas des fauves est à la base un film de Christian-Jaque de 1964. Cette adaptation en pièce de théâtre narre la même histoire, il s’agit d’un repas d’amis, rassemblés pour célébrer l’anniversaire de leur hôte, Sophie. Nous sommes en plein Paris occupé dans les années 40, et cette même soirée un officier nazi est tué sous les fenêtres où se déroule la célébration. La Gestapo débarque et informe de l’exécution de 2 otages par appartement. L’officier allemand qui vient annoncer cela, rend la chose encore plus perverse : il demande aux personnes de l’assistance de décider eux-mêmes qui seront les deux condamnés. Et voilà que le repas de fête prend une tournure tragique voire sordide, et que la peur rend les hommes et les femmes à la fois plus « vrais » et impitoyables.

L’histoire est vraiment pas mal, même si un peu cousue de fil blanc, avec quelques personnalités « clichés » qui croisent les armes pendant la pièce. En tout cas, entre le libraire, le médecin, le businessman, le vétéran aveugle ou le prof de philo (obviously gay), on voit toute une galerie de protagonistes qui vivent assez bien l’occupation. Entre marché noir, débrouillardise ou commune collaboration, ils n’ont pas l’air de trop souffrir de cet état de fait. En revanche, ce choix impossible va mettre en exergue toutes les différences sociales, politiques ou les profils psychologiques non-dissimulés des hommes et des femmes. Ce sera l’occasion de veulerie, de retournement de veste, de tentative de corruption et de toutes les joyeusetés que vous pouvez imaginer dans une telle situation.

La pièce possède aussi cette originalité d’avoir une fenêtre sur l’extérieur, concrètement un écran avec vidéoprojection. Ainsi certaines séquences intermédiaires viennent ponctuer le fil de l’histoire, et on y vit les quelques évènements extérieurs notables, notamment l’assassinat de l’officier allemand ou l’escapade d’un des invités. Les vidéos sont des animations dont le style se rapproche de celui de « Valse avec Bachir« , plutôt réussies et très bien intégrées à l’ambiance de la pièce.

Je n’ai pas grand-chose à reprocher aux costumes, décors ou même aux comédiens et comédiennes, l’ensemble est d’une facture tout à fait correcte et sympathique. En revanche, j’ai trouvé qu’on avait rapidement compris le pourquoi du comment et après une passionnante mise en place, on finit par attendre avec un peu trop d’impatience le dénouement. Ensuite, je reproche aussi un peu les débordements hystériques qui m’ont paru surjoués et qui ne servent pas du tout la crédibilité de certaines scènes « en tension ». On attend un retournement de situation, et il arrive, on se doute de qui est qui et leurs réactions : c’est ce qui arrive. Tout cela fait que la pièce perd un peu du souffle premier très excitant et intrigant.

Aussi malgré un bon moment passé au global, je me suis un brin ennuyé, et je n’ai pas compris certains partis pris dans la direction des comédiens. Mais ce n’est pas mauvais du tout, je suis un peu dur je crois. Huhuhu.

"Le repas des fauves" au Théâtre Michel

2 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages