Empaqueté

Depuis deux semaines, je vis sans fenêtre, c’est terrible. Enfin, j’ai toujours des fenêtres hein, mais la vue en a été légèrement dégradée…

Ça par exemple c’est une des fenêtres du salon (photos prises à 11h du matin hier tout de même) :

Mon salon avec vue sur les bâches !

De la cuisine :

La cuisine.

De la chambre d’amis :

Chambre d'amis

Et enfin de notre chambre :

La chambre

Aheum… Il reste tout de même une vue dégagée de la salle de bain, mais c’est terrible de se sentir ainsi habiter dans une maison de poupée, ou une bonbonnière en bâches de plastique moches. Cela me rappelle un vieil épisode de la Quatrième (ou Cinquième…) Dimension où des gens habitent une maison sans fenêtre et y’a une substance verdâtre et collante qui coule de la cheminée, c’est GRAVE la panique au bout de quelques temps. A la fin on découvre que c’est une petite fille du futur qui a oublié ses bonbons dans sa maison de poupée, et sa mère de lui dire « Oh que tu es cruelle, tu as oublié de désactiver le module vital de tes poupées animées !! ».

Bon mais ce ravalement va bien finir par.. finir !! En attendant, hier y’avait des gars qui se baladaient sur les échafaudages et qui se pensaient seuls. Ah ah. Y’en avait un qui regardait la température au thermomètre extérieur de la cuisine en gueulant « OOOOH PUTAIN IL FAIT 12 DEGRES. SIIII VIENS VOIR. » , et l’autre qui faisait ding-ding sur mon carillon en commentant « OOOOH C’EST SYMPA COMME BRUIT ÇAAA ! ». Et j’ai surtout réagi quand je mettais mon calbute et qu’un type me regardait d’un air dégoûté (ouiiiiiiiiii j’ai aussi été vexé en fait !!!).

C’est comme des minipouces, mais ils vivent à mes fenêtres, et sont très grands et bruyants. Huhu.

11 Commentaires

  1. pourtant… des ouvriers, ça devrait être poilus et musclés ! ça ne te plait pas ? je suis sûr qu’ils sont sauvages et bien montés ! essaie de les mettre dans ton lit…

  2. Il faut bien que les travaux de restauration-ravalement se fassent, cela paraît nécessaire et c’est aussi et surtout une question de sécurité ! Imagine que ce soit en plein été …

  3. Cela me rappelle que, il y a de cela 4 ans déjà, j’ai vécu pareille situation, sauf qu’à l’époque je préparais mon concours de première année, et que je vivais dans un studio minuscule, (dont le seul avantage était qu’il se trouvait à 32 secondes de la fac) n’ayant… qu’UNE seule fenêtre.

    Bref pendant deux semaines j’ai révisé enfermé dans les chiottes pour ne pas être dérangé par les gugusses jouant du piceau devant ma fenêtre. VDM !

  4. Dommage qu’il fasse si moche. En plein été et sous le cagnard, même empaqueté, ce voisinage t’aurait paru nettement plus agréable. Je me souviens avec force émotions des travaux de ravalement de façades à mon ancien taff. Youhouhou… Malgré le soleil qui tapait, je laissais les fenêtres grandes ouvertes. Je ne sais pas qui avait fait le casting, mais c’était juste parfait :tirelangue:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages