Détective Dee : Le mystère de la flamme fantôme

Détective Dee : Le mystère de la flamme fantôme

J’avais lu un tas de superbes critiques sur ce film et son réalisateur (qui a en effet un certain palmarès), et comme je suis amateur de films de kung-fu, et que la comparaison à « Tigre et Dragon » avait été martelée, j’ai tenu à découvrir cette aventure du Détective Dee. Eh bien j’ai vite déchanté !

Le film n’est pas non plus mauvais, mais perclus de petits défauts qui m’ont vraiment déçu, et surtout je n’ai pas compris comment les critiques avaient pu être si positives, et le rapport à « Tigre et Dragon » ainsi dit et répété. Les deux films n’ont absolument rien à voir, ni sur le fond ou la forme. En revanche, on est bien dans un film de kung-fu traditionnel du style Shaw Brothers, et on peut penser à une version plus moderne d’une Hirondelle d’Or ou de La Main de fer. Il y a le volet historique un peu caricatural, le héros chinois traditionnel, les chorégraphies de kung-fu bien orchestrées, les intrigues alambiquées et un humour plus ou moins lourdingue, plutôt plus que moins dans ce film. J’ai été aussi plutôt décontenancé par la médiocrité des images de synthèse, il y a des panoramas qui se veulent à couper le souffle, mais dont on voit les pixels grossiers, ou les rendus approximatifs.

Le Détective Dee est de retour à la capitale, rappelé de prison par l’impératrice en personne, alors que plusieurs crimes paraissant insolubles ternissent le prochain couronnement de la souveraine. Une énorme statue la représentant est en cours de construction près du palais, et des personnes gravitant autour de cette construction pharaonique subissent un étrange supplice : ils se consument à la lumière du soleil et se carbonisent en quelques secondes.

Le volet positif est bien celui des combats et des costumes qui sont magnifiques et de très bonnes factures. L’autre élément que j’ai vraiment aimé ce sont les personnages historiques. On retrouve sous ce nom de détective Dee, le célèbre personnage de fiction Juge Ti, inspiré d’un véritable magistrat chinois des dynasties Tang et Zhou, Di Renjie. Et surtout l’autre flamboyant personnage de ce film n’est autre que l’impératrice Wu Zetian, célébrissime souveraine, seule ayant fondé sa dynastie dans toute l’histoire impériale chinoise. La comédienne (Carina Lau) qui joue le rôle est particulièrement convaincante. Elle arbore notamment des coiffures incroyables, des costumes extravagants en plus d’un caractère bien trempé, et tous les travers qu’on prêtait à cette impératrice (manipulatrice, cruelle et sévèrement burnée).

Malgré ces petites choses sympathiques, ça n’a pas suffit à compenser un film très très standard et ne sortant pas des sentiers battus. Je crois que ma déception vient plus des bonnes critiques et de cette satanée comparaison. Tant pis !

Détective Dee : Le mystère de la flamme fantôme

2 Commentaires

  1. C’est un peu le ressenti que j’ai eu de ce film aussi.
    Mais ce qui m’a le plus choqué, c’est les images de synthèse. Un peu l’impression d’avoir fait un gros bond de quelques années en arrière sur ce coup là.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages