« No parano » de Juliette aux Folies Bergère

"No parano" de Juliette aux Folies Bergère

J’ai déjà pas mal évoqué l’album de Juliette « No Parano », et là c’était le concert du même nom. En effet, elle y a chanté beaucoup de chansons de l’album pour mon plus grand plaisir, et peut-être un peu moins de ses anciens titres que d’habitude.

Je l’avais vu en solo seulement, et c’était très différent dans ce contexte. J’ai beaucoup apprécié la présence scénique et musicale du groupe qui l’accompagnait, et avec en plus quelques effets et interventions, on a droit à un spectacle assez dense et élaboré. Juliette fait montre de tout son charisme et d’une présence sur scène vraiment impressionnante. Bien sûr, on profite aussi de ses talents de chanteuse, indiscutables, mais aussi de cette boute-en-train qui aime terriblement interagir avec son public, faire des blagues et essayer de lier ses chansons d’une manière intéressante.

Donc tout bon pour le volet musical ou vocal, ce qui est tout de même ce qu’on demande à ce genre de spectacle. En revanche, un gros bémol sur les intermèdes et l’articulation des morceaux… Je pense que nous étions au premier soir du tout premier concert, et on reconnaissait un spectacle un peu vert, avec même quelques rouages un chouïa grippés. Quelques bons mots, ou voulus comme tels, sont tombés à plat, et on sentait que c’était un rodage. Huhu.

Ce qui m’a le plus turlupiné, et je suis sûr que l’on va me dire que j’en fais trop, c’est le choix d’une étrange thématique psychiatrique tout au long du concert. Et pas qu’un peu, puisqu’il y a de multiples interventions d’une « infirmière », et que les musiciens ou Juliette elle-même sont « atteints ». Lorsqu’on est dans la caricature de base et une sorte de surréalisme, je pense que ça passe bien. Mais là, et pour moi ça coince un peu, on était avec des gens qui jouaient aux « fous » pour faire rire, mais en parlant de maladies comme la schizophrénie ou d’autres troubles psychiatriques. Je ne sais pas trop comment décrire ce que j’ai ressenti, mais c’était pour moi un franchissement de cette limite, très floue et très relative je l’admets, où imiter des malades pour rire ne se fait pas (sur une scène de concert). Et pourtant je suis le partisan du on se moque de tout, et si tout cela était resté dans un domaine hors-médical, cela ne m’aurait pas touché, mais là ça m’a un peu mis mal à l’aise…

J’imagine que le fait que ce soit un concert tout neuf n’a pas aidé les choses. Malgré tout, j’ai adoré le tour de chant de Juliette, mais disons que j’aurais pensé prendre autant de plaisir que la fois précédente, et ça n’a pas été le cas. Je me demande si les solo piano ne sont pas la forme idéale pour une chanteuse et une personnalité pareille !!

"No parano" de Juliette aux Folies Bergère

1 Commentaire

  1. Bien sûr que piano-solo, c’est une façon de faire qui va merveilleusement bien à Juliette. Mais ses concerts avec les garçons ont totalement une autre dimension. Ils peuvent tous ensemble vraiment donner libre cours à leur créativité, à leurs délires, aux arrangements les plus somptueux ..
    Si j’ai bien compris, The No Parano Show était le second spectacle de Juliette que vous voyiez après celui Salle Gaveau (J’y étais, quel beau beau beau souvenir!). Ceci explique peut-être que vous ayez été surpris par le fait que le concert ne soit pas seulement un tour de chant, mais bien un spectacle construit. Comme une pièce de théâtre. Personnellement, je n’ai pas du tout été gênée du choix du thème de l’asile psychiatrique. Je n’y ai pas vu de moquerie ni rien qui me mette mal à l’aise.
    Mais il faut dire que je suis dingue … de Juliette !!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages