Que font les polices ?

Récemment, dans un de ces moments de sérendipité wikipédienne que tout le monde connaît, je suis tombé sur un article évoquant la typographie et son histoire. Et puis, je me suis mis à chercher les quelques polices que je connaissais bien, pour en savoir un peu plus, et de la manière la plus incroyable et étonnante j’ai ainsi couvert 500 ans d’histoire !!!!

En effet, parmi les polices que j’affectionne et qui sont très usitées, on trouve par exemple la Garamond. Quelle ne fut pas ma surprise de constater que le créateur (en tout cas dont le travail a inspiré) de cette typographie est un certain Claude Garamont (1499 – 1561). Né, ayant vécu et mort à Paris, il était apparemment connu dans toute l’Europe pour la qualité et la lisibilité de ses caractères, dont on a toujours l’héritage à travers les polices du même nom. Quand on sait que la bible de Gutenberg date de 1455, on se dit que Garamont a véritablement contribué à l’origine même des premières impressions.

Après j’ai recherché si la police de caractères Baskerville reposait sur quelqu’un par curiosité et aussi parce que je l’aime bien. Ah là là, John Baskerville (1706 – 1775) était en effet un typographe et imprimeur anglais, et lui aussi a donc donné son nom à cette font.

On doit en revanche le fameux Times New Roman à un autre anglais, Stanley Morison (1889 – 1967), qui a créé une police spécifique pour le journal The Times. Il a d’ailleurs obtenu la distinction brittanique de Royal Designers for Industry.

Et qui a donc créé l’Helvetica ? Eh bien c’est Max Miedinger (1910 – 1980), un suisse cette fois, qui ne se doutait certainement pas de la célébrité que pourrait avoir sa création, car Helvetica est certainement une des polices les plus standards et répandues sur papier et web à la fois.

Enfin, je me demandais qui avait bien pu pondre ces polices dont on m’avait rebattu mille fois les oreilles au boulot : Est-ce que c’est bien du Frutiger ?? Bon, rien de très étonnant, on la doit à Adrian Frutiger (1928), mais ce qui est plus étonnant c’est de voir l’impressionnante liste de polices dont il est l’auteur, et le nombre de « hits » de cette série !! Autant on m’a saoulé avec Frutiger, mais aussi avec Univers, Avenir, Meridien ou Ondine… Et non seulement cela, il est aussi l’inventeur de l’écriture pour la signalétique des Aéroports de Paris et aussi du Métro Parisien !!! Bref, c’est un reusta de chez reusta du caractère !

C’est fou tous ces gens qui ont créé des polices pour les livres et la « choses imprimée », et ils sont finalement connus uniquement grâce à l’ère numérique. En effet avant l’avènement de l’ordinateur qui s’intéressait au nom d’une police ? Mais depuis l’usage plus que répandu de l’outil informatique et surtout des traitements de texte, et par des circonstances certainement nébuleuses de choix de polices installées par défaut sur les systèmes d’exploitation Microsoft, on a tous fini par intégrer ces noms et ces formes. Formes géométriques qui décident d’un niveau lisibilité avec ses qualités et ses défauts, mais forme d’expression aussi. Les caractères ont du caractère, les polices n’étaient que la forme mais elles sont loin d’être totalement détachée du fond. (Ouai j’aime bien les typos !!!)

18 Commentaires

  1. Et avant Gutenberg tout était fait à la main …
    ma préférée est Georgia. Il est cependant facile de se jouer de la police en gras, italique voire d’en créer de nouvelles poilues.

  2. C’est bien pour ça que je me suis permis de te le conseiller ! Je te lis très souvent, mais c’est bien la première fois que je commente ;-) Et j’ai vu que tu lis beaucoup !

  3. Et pourquoi, cher et tendre Matoo, une police se nomme une « police » ? Et pas une gendarmerie ou un narval ? Hein ? Wat een gooie vraag. Love from Brussels.

  4. Voilà un billet qui va me trotter dans la tête toute la journée… J’étais à cent lieues d’imaginer autant d’Histoire derrière ces caractères !
    J’utilise quasi constamment le Times New Roman (mon côté vieux jeu) mais, à la finalisation de nos vidéos, arrive toujours la minute du choix de la police, primordial pour parachever l’atmosphère.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages