A quoi rêvent les loups ? (Yasmina Khadra)

A quoi rêvent les loups ? (Yasmina Khadra)

Yasmina Khadra est le pseudonyme de cet écrivain algérien qui a ainsi emprunté les prénoms de son épouse, et qui livre là un bouquin à l’écriture qui m’a bluffé et surtout à la fibre romanesque très impressionnante. Je ne m’attendais pas à un roman aussi bon et surtout dans tous ces domaines, en effet l’écriture est superbe (j’ai cité un extrait il y a quelques semaines), et d’autant plus pour un algérien, l’histoire est géniale et elle marie tout aussi bien le roman et l’authenticité de tristes évènements dont on a beaucoup entendu parlé. Nous sommes dans les années 90, et on suit le destin de Nafa Walid, un jeune algérois « moyen », qui voulait devenir comédien, et qui finira islamiste…

J’avais quelques à priori en me demandant si ça n’allait pas être chiant car trop politique ou orienté, et si cela n’allait pas léser l’aspect romanesque, de même le bouquin est assez court et je doutais de la capacité à raconter autant en si peu. Mais en quelques dizaines de pages, j’ai compris que je découvrais un auteur majeur de la langue française, et tous mes doutes se sont vite dissipés, non seulement l’histoire est passionnante mais on s’identifie facilement avec les personnages, et on a l’impression de mieux comprendre ce qui s’est passé pendant cette sombre période de l’histoire récente algérienne.

Nous sommes au début des années 90, et Nafa est un jeune homme qui rêve de devenir une star de film, mais il doit bosser et donc finit par être chauffeur pour une riche famille algéroise. C’est une société très inéquitable, corrompue et globalement sans espoir. On partage rapidement les frustrations des gens qui doivent composer avec quelques notables qui se prennent pour des nababs dans une ambiance mafieuse délétère. Cette même période est celle de l’islamisation galopante, et on suit donc Nafa être approché par des islamistes et céder peu à peu à leurs sollicitations et propositions. Le talent de Yasmina Khadra est de nous mettre dans la peau de Nafa, un jeune homme qui n’est pas dupe, et on souffre avec lui de cette société inique et pourrie. On comprend d’autant plus cela qu’il y a de fortes résonances avec la récente révolution en Tunisie. Mais pour autant on voit les courants islamistes pour ce qu’ils sont, il s’agit avant tout de prendre le pouvoir, et par une révolution violente et sanguinaire. Le pire c’est que la révolution en elle-même est totalement justifiée, mais il y a de grande chance que cela corresponde à passer de Charybde en Scylla.

Le roman apparaît donc comme un récit très factuel et dont la narration nous explique bien plus que les centaines de choses que j’ai pu lire sur le sujet. Et même comme un récit fictif pur, cela fonctionne parfaitement. On y trouve de l’amour, des péripéties familiales, des coups de feu et des courses-poursuites, mais surtout une belle réflexion en filigrane sur ce que les horreurs que des hommes, à la base innocents, sont capables de commettre. Mais tout se tient tellement que même quand Nafa, auquel on s’attache énormément, se met à assassiner froidement, eh bien le cheminement et la mécanique de ce phénomène conservent toute crédibilité et désespèrent encore plus le lecteur.

Superbe bouquin, et je vais de ce pas rattraper mes lacunes quant à ce Yasmina Khadra !!!

A quoi rêvent les loups ? (Yasmina Khadra)

5 Commentaires

  1. « et d’autant plus pour un algérien »
    Euh… Qu’est ce que ça signifie au juste ? C’est juste du stéréotype ou du préjugé ? :P
    De cet auteur je te conseille aussi « Les hirondelles de Kaboul » et « L’attentat ». Attention : ça décoiffe. Il a effectivement une capacité incroyable à rendre ses personnages crédibles, authentiques, palpables et susciter l’envie de s’identifier à eux.

  2. Eric> Bah oui je suis d’autant plus admiratif de découvrir une si belle manière d’écrire le français alors qu’on n’est pas français. Je sais que la langue française est utilisée et parlée en Algérie, mais j’imaginais que ce n’était plus aussi courant notamment pour tout ce qui est culturel, mais j’ai peut-être tort…

  3. La francophonie (dont fait partie l’Algérie) représente aujourd’hui plus de 250 millions de personnes alors que nous sommes 65 millions.
    Etant donnée la façon dont nous, français, écorchons notre langue et faisons saigner les oreilles de Molière, je ferai plus confiance à un étranger dont ce n’est pas la langue maternelle et qui a fait l’effort de l’apprendre pour la manier un peu mieux qu’un journaliste de Morandini ou qu’un skyblogger. Allez, une fois n’est pas coutume, lol.

  4. J’en suis désolée mais voilà qui va probablement vous décevoir;
    Yasmina Khadra a deux plagiats sur le dos, les deux dénoncés par un psychanalyste d’origine algérienne.
    l’un des deux plagiats est inscrit sur le site d’une encyclopédie en ligne, rien que ça…

    il suffit de taper sur Google
    Ce que Yasmina Khadra doit à Youcef Dris
    ou
    Ce que Yasmina Khadra doit à Tahar Ouettar

    Et depuis, en Algérie, on lui a trouvé d’autres mini plagiats d’autres auteurs algériens; en effet, il s’avère que c’est sa spécialité de ne plagier que les auteurs algériens, lui le commandant de l’armée algérienne et ami du président Bouteflika…

    http://karimsarroub.blog.lemonde.fr/2009/11/29/ce-que-yasmina-khadra-doit-a-youcef-dris/

    http://kleinjonathan.wordpress.com/2010/04/01/yasmina-khadra-accused-of-plagiarism-in-paris/

  5. Bonjoue j’ai absolument besoin de toutes les informations sur nafa walid je vous en suppli. J’aurai bien lu le livre mais je l’ai perdu je ne sais vraiment pas ou il peut être et je dois faire une fiche de lecture sur ce livre s’il vous plait aidez moi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages