New York, toujours et encore ! (et une étude comparée francoamerloque)

New York - Statue de la Liberté

C’était pour ma part la quatrième fois que je mettais les pieds dans cette ville, et j’y retournerai encore avec le même plaisir !! Incroyable ville américaine qui ne ressemble à rien d’autre aux USA, pas vraiment européenne non plus mais on y reconnaît aisément les inspirations et la filiation, et quelque chose de fascinant pour les parisiens. Certainement un je ne sais quoi qui fait qu’on trouve tant de niouiorkais à Paris, et tant de Parisiens à New-York !

Le contexte était un peu différent cette fois puisqu’il s’agissait du cadeau de 30 ans de la soeur de mon chérichou, et qu’on avait décidé d’emmener toute la famille. Donc la soeur, le copain de la soeur et le père étaient avec nous en visite à New York une semaine, de Noël jusqu’après le jour de l’an. On avait procédé comme la dernière fois, et comme pas mal de fois aussi depuis quelques années, c’est-à-dire en évitant les hôtels et en préférant louer un appartement via un site spécialisé. On est plutôt bien tombé, malgré les amicales bestioles qui sont légion là-bas comme à Paris, et surtout on était en plein East Village dans un quartier très plaisant et idéal pour rayonner sur Manhattan.

On a joué le jeu du voyage en famille et les soirées ont été calmes. On a surtout revisité des standards assez obligatoires pour tout touriste à New York, mais j’ai aussi découvert de nouvelles choses. Je n’étais jamais allé sur Liberty Island par exemple, ou encore monté au sommet de l’Empire State Building !! On a aussi pu passer une soirée avec quelques potes, dont un était par hasard là en même temps que nous, et d’autres habitent la ville depuis quelques années. Ludo notamment hante ces lieux depuis bientôt 9 ans, et quand je pense aux temps immémoriaux où nous nous sommes connus, cela me donne un certain vertige (plus de dix ans en tout cas, ce qui est pas mal pour une connaissance de Caramail… hé hé hé).

Les visites se résument assez bien par les quelques photos que je publie plus bas. Mais quand j’étais à New York, je pensais souvent aux podcasts de Katia & Kyliemac dont je suis si féru. En effet, elles parlent de la France (et surtout Paris) en long en large et en travers et mettent fréquemment en exergue les différences entre nos pays. Je les aime beaucoup parce qu’elles sont toujours pertinentes, drôles et jamais dans le french-bashing. En outre, elles comparent toujours les choses selon leur propres visions et non en les assénant comme des vérités officielles et universelles. Il s’agit avant tout de « Kyliemac’s America » et « Katia’s Australia », de même que leurs mésaventures sont toujours traitées avec un certain recul et beaucoup de respect. Et comme je ne suis pas le dernier à critiquer mon pays, je ne prends que rarement ombrage de leurs reproches (mais ça arrive évidemment !!). Du coup, à leur manière, j’ai été cette fois un peu plus attentif à ces différences qui finalement sautent aux yeux, et qui vont du clin d’oeil à la fracture majeure (arff) !! Comme je ne suis qu’un touriste de base et que je ne suis pas expatrié, ce qui a retenu mon attention c’était évidemment les espaces publics, les restaurants etc. Et dans le domaine du service, y’a pas à tortiller, les amerloques de choc sont des champions du monde !! Et même si NYC a la juste réputation d’être beaucoup moins aimable et obséquieuse que LA, il n’y a aucune comparaison avec Paris et sa très juste image totalement opposée. Huhuhu.

Tiens parlons des restaurants justement, puisque c’est un domaine que nous avons largement éprouvé… Alors il y a un truc qui est insupportable pour nous, mais qui est véritablement légion : le serveur vous embarque votre assiette à peine vous avez pris votre dernière bouchée. Parfois même il suffit de détourner quelques secondes le regard de son plat et hop, votre assiette est menacée d’enlèvement. Evidemment là bas, c’est normal… Et donc si vous avez terminé le premier, on vous enlève votre assiette et vous regardez les autres finir. Alors qu’en France évidemment, le serveur attend que tous les convives aient terminé, et il demande s’il peut retirer les plats, et il s’exécute. Hé hé hé.

On évoque souvent le fait qu’en France, et ça étonne les américains, le service est compris et que cela explique la légendaire amabilité de nos serveurs et serveuses. Mais je suis à mon tour étonné de constater que le service est de plus en plus compris dans la note aussi aux USA (même si de souvenir beaucoup moins sur la côte Ouest, donc c’est peut-être un phénomène made in NYC), et qu’il est de 18%. Ah sinon tiens y’a aussi le coup des verres d’eau, et ça ce n’est pas qu’aux USA. Pour nous français, il paraît logique de trouver sur une table de restaurant une carafe d’eau du robinet, qu’on nous remplit quand elle est vide… De l’eau fraîche, mais sans pour autant être blindée de glaçons. Mais les américains ADORENT les glaçons, et donc quand vous arrivez à table, on vous sert un verre immense d’eau avec 50 glaçons. Résultat les glaçons font ruisseler le verre de condensation, et vous devez boire en tout petite gorgée pour éviter les icebergs. Je DETESTE ça !! Je déteste aussi du coup quand je demande un Coca Light et que je me récupère un verre de la taille d’un vase avec 75 glaçons dedans. Arggggh. (Mais je kiffe le free refill, c’est à dire de pouvoir demander à avoir autant de verres de Coca Light que vous voulez en en ayant payé qu’un seul.)

Tiens revenons sur les serveurs qui sont dans la plupart des cas très sympathiques et aimables, mais parfois trop. New York à ce niveau n’est pas le pire que nous ayons connu, non là les champions cela reste Los Angeles. « Vous prenez le steak ??? VRAIMMMENT ??? MMMMMAAAAAIS QUEL EXCELLENT CHOIX !!! BRAVOOOOO !!! FANTASTIQUE !!! MERVEILLEUX !! VOUS ETES GENIAUX LES GARS !! ». Et je ne plaisante pas car les serveurs savent faire preuve de sacrés superlatifs pour vous congratuler sur vos goûts alimentaires. Bon du coup les relations qui se nouent là sont purement hypocrites et commerciales, et parfois c’est fait avec un tel sens de la comédie que ça ne rime plus à rien (mais au moins ce n’est pas désagréable !). A Paris il est rare d’avoir un bon service, mais lorsque c’est le cas, vous l’appréciez vraiment car ce n’est pas du chiqué. Mouahahaha. L’autre chose qui me fait mourir de rire et dont je ne comprends toujours pas l’intérêt ou la mode : une fois votre plat délivré, le serveur revient avec un énooooorme moulin à poivre et il prend tout son sérieux pour vous proposer dans un souffle épique : « Fresh pepper? ». Mais ce n’est que du poivre… Et je ne mens pas leurs moulins mesurent parfois 70 cm de long, et il faut les voir pencher le bouzin et tourner fièrement leur appareil pour mettre du poivre sur les plats. POURQUOI ??? Il y a du sel sur la table ainsi que divers condiments, mais pourquoi le poivre doit-il être ainsi distribué ?

Bon sinon la remarque habituelle sur la nourriture… Alors que l’on mange plutôt bien, on remarque toujours que les portions sont pantagruéliques et que tout est très très gras. Au bout de quelques jours, on voulait juste manger de la salade sans sauce et des haricots verts à la vapeur. Et dès qu’on verse dans la nourriture un peu plus industrielle, et pire dans la junk food, alors on dirait que Paula a la mainmise sur toutes les recettes et cuisines de l’Amérique du Nord !!! Le passage au self du musée d’Histoire Naturelle et ses desserts nous a laissé pantois tant c’était dégueulasse et que ça suintait l’huile ou le beurre. Et le Burger King a été l’occasion de baigner dans une atmosphère graillonneuse des plus lipidiques, et de constater aussi que plus la bouffe se fait malbouffe plus les catégories sociales rencontrées sont défavorisées. En revanche les quantités sont extraordinairement proportionnelles au gras contenu dans les aliments.

La taille des boissons notamment a un avantage que mon chérichou a bien contre son gré expérimenté. En effet, les vodka-redbull sont dosées de telle manière que la vodka règne en maître, et si l’on essaie de boire un nombre de verres analogue à celui bu en France, eh bien… heureusement que je le tenais pour rentrer à l’appartement !!! Et bien sûr, les habituelles demandes d’ID à l’entrée de tous les bars qui est quelque-chose de très surprenant pour les français. Même à un bon trentenaire comme moi, on demande son passeport pour vérifier que j’ai bien l’âge pour rentrer dans un bar. Huhuhu. J’ai globalement l’impression que les parisiens sont plutôt des petits joueurs en termes de consommation d’alcool si je compare à mes expériences à New York, Londres, Bruxelles, Lisbonne, Madrid, Barcelone, Stockholm, Berlin ou Amsterdam (ce sont les villes où j’ai fait la fête).

Le café américain est toujours aussi clair et imbuvable pour moi, mais je constate que les expressos sont à présent servis dans absolument tous les restaurants (grosse différence par rapport à dix ans auparavant). En revanche, comme nous étions en appartement nous avons voulu faire quelques courses, et notamment acheter des fruits et légumes. A la sortie du métro, il y avait un K-Mart et un autre supermarché, et on y trouvait toutes les conserves possibles, les surgelés, la pharmacie, les cosmétiques et des plats préparés, mais pas un fruit ou un légume !!!! A priori, on n’a trouvé notre bonheur que dans des primeurs et autres « deli » dans les rues adjacentes. Cela m’a vraiment étonné car j’avais le souvenir de supermarchés bien mieux dotés sur la côte Ouest ou même vers Miami.

Une chose qui est constante aux USA, d’est en ouest, ce sont les toilettes avec espaces béants de tous côtés !! Ah ça c’est incroyable !! Non seulement, il y a des interstices de 2 ou 3 cm autour de chaque planches composant la cabine, mais en plus la plupart du temps, le haut est coupé presque à hauteur des yeux, et le bas de la porte est parfois proche des genoux lorsque vous êtes assis sur les chiottes… Si si si, truc de ouf !! C’est un véritable challenge de couler un bronze dans un endroit publique, je vous le dis !!!! Pour des gens souvent si pudiques et qui paraissent choqués ou outrés par nos moeurs barbares, j’ai toujours trouvé cela étrange. J’ai beaucoup ri aussi à cette petite attitude de Tartuffe qu’on trouve parfois chez les gays américains qui sont assez pudibonds pour pousser des cries d’orfraies si vous dites le mot « bite », ou là en l’occurrence il s’agissait d’un conversation à propos d’un pote qui avait publié sur Facebook le fait d’avoir couché en un an avec un certain nombre de gars. L’américain était tout outré alors que je le soupçonnais d’avoir largement bien roulé sa bosse… si je puis m’exprimer ainsi.

Ah ah, finalement on en trouve des trucs à dire sur les différences qui m’interpellent entre américains et français ! Huhu. Tiens un truc encore dingue, c’est la manière dont tout est incroyablement surchauffé, avec un gâchis énergétique assez fou dans tout cela d’ailleurs. Notre appartement était toujours une fournaise, et chaque magasin ou même les lieux publiques sont chauffés de manière surprenante. En France par exemple, on ne peut pas chauffer très bien les gares avec ces halls immenses et même simplement les voies qui sont proches. Là vous entrez à peine dans la gare via un escalator et une soufflerie hyper chaude dont 90% part à l’extérieur gelé. Cela paraît juste dingue ! A peu près aussi dingue que l’aéroport de Palm Springs dont on avait constaté que le patio extérieur était climatisé… (oui oui extérieur donc à l’air libre mais avec des clims gigantesques qui soufflent de l’air frais latéralement pour supporter les 45°C à l’ombre de ce désert).

En revanche tout est souvent beaucoup plus pratique, mieux indiqué et plus « friendly » que chez nous. Sauf peut-être le métro new-yorkais avec ses entrées différentes dans les rues si vous allez dans une direction ou dans l’autre. Et les mêmes portillons qui servent à la fois à entrer ou sortir du quai, et donc particulièrement impraticables lorsqu’une rame débarque ! En revanche, avoir des métros express qui zappent des stations, ça c’est über-cool !!!

Dans les magasins, je ne comprends toujours pas pourquoi les prix sont présentés Hors Taxes, c’est encore un truc qui paraît invraisemblable pour des gaulois ! Du coup, je suis toujours un peu déçu, parce que j’ai tendance à me faire avoir par le prix facial qui est donc bien alourdi par les taxes finales. Cela me surprend toujours au pays du consommateur roi et du mercantilisme vainqueur !

Bon sinon, clairement Foursquare est super bien implanté à New York, où chaque restaurant ou lieu est à chaque fois blindé de check-ins, j’étais étonné que ce soit à ce point là. J’ai noté aussi un nombre hallucinant d’iPhone 4/4S…

Ok ok Katia et Kyliemac nous on a la Suze (aka Eau de Dirt), mais bon voilà hein, moi aussi je vous trouve bizarre parfois (mais aussi avec beaucoup d’affection et de considération) !!! (Katia est australienne hein, donc c’est surtout pour Kyliemac, loin de moi l’idée de faire des généralités à ce point !!!)

14 Commentaires

  1. Bordel ils sont où les citatouites de la semaine ? Je viens tous les jours pour voir les prochains et je commence à craquer !!! :shock:

  2. OMG CE BILLET EST AMAZING!!!! J’adore j’adore j’adore toutes tes descriptions, tes comparaisons, tes expériences. C’est bien pour ça que l’on voyage – de pouvoir partager et réfléchir à nos propres habitudes et à notre propre vie…
    J’adore vraiment ce genre de réflexion (et bien c’est pour ça que nous avons bientôt 500 épisodes sur le sujet!) mais ce qui est surtout intéressant pour moi c’est à la fois tes réflexions après avoir visité pour la nième fois et parce que maintenant je connais un peu les états unis maintenant. Le pays des 50 glaçons dans une verre! J’avoue que j’adore ça chez moi aussi et ça me manque beaucoup ici ;) mais les espaces entre les portes dans les toilettes! TROP ÉTRANGE.
    Bon, je pourrais continuer mais ne veux pas écrire tout un romain mais je voulais te dire MERCI pour ce genre de billet qui me plaît beaucoup. BEAUCOUP.
    xoxo

  3. Matoo, je te rappelle que, le chaland étant le client, quand tu dis « j’avais le souvenir de supermarchés bien mieux achalandés », tu ne dis pas un magasin bien approvisionné, mais rempli de clients !
    C’était la minute du chieur de service…

  4. le seul endroit au monde où je pourrais apprécier avoir une résidence secondaire. J’ai beaucoup ri avec ton article. Quand j’ai demandé « no ice please » on m’a servi un verre de glaçons sans eau : ils avaient compris plus de glace. De même j’avais pris l’habitude de demander un perrier. J’en avais marre de recevoir des jus d’orange avec toutes sortes d’alcool forts dedans.

  5. Quoi ??? Mais tu ne vas pas te laisser impressionner par les remarques de vieux frustrés ! Nelson Mandela ne s’est jamais laisser censuré par l’opposition ! Qu’il en soit de même pour Matooblog ! Ton public te réclame les citatouites ! Balance les noms des sournois, je m’occupe de faire péter quelques genoux et on reprend tout comme avant :salut:

  6. Plein de souvenirs non pas de NYC mais de l’US Route 66. Chicago / LA. Oui tout est XXXL. Les sodas à volonté et je précise que sur ma route les glaçons sont free! Dans n’importe quel magasins, stations services, motels tu remplis ta glacière de glaçons pour la route sans être obligé de consommer! (Essaye d’acheter un seul timbre poste dans un bureau de tabac sans cigarette à Paris :shock: )
    Pendant ce mois de juillet 2009, j’ai (survécu) trouvé ma ration de légumes verts quotidienne en prenant tous mes petits dej au starbuck. Ils sont conditionnés en jus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages