La revanche d’une grosse

Cela fait quelques mois que je me suis mis au sport. Il a fallu 36 ans et une santé vacillante pour que je daigne m’inscrire à une salle de sport comme toute bonne pédale parisienne. Dieu sait que je déteste cela depuis toujours, et que le sport pour moi rime avec temps perdu et souvenirs d’humiliations diverses et variées à l’école. Ah la composition des équipes de volley ou de basket, quand vous restez à la fin avec les autres rebuts, et que l’on vous refile comme un handicap à une équipe qui vous accueille en soufflant « putain nan pas lui ». Je n’ai jamais de mon existence pris du plaisir à faire du sport, ni pour m’amuser ou pour me détendre ou je ne sais quoi encore.

Je m’y suis finalement fait, avec un podcast France Culture sur les manuscrits enluminés en Neustrie à l’époque carolingienne qui portent pour la plupart la marque du style mérovingien qui s’est développé durant les VIIe et VIIIe siècles, histoire de compenser ce temps « perdu » ou un documentaire ARTE sur l’histoire de la merveilleuse machine d’Anticythère. Ne vous inquiétez pas, je ne me vante pas, j’oublie à peu près tout ce que j’apprends dans ces trucs là, mais ça me passionne (et le contraste avec ce qui m’entoure me grise) !!!! Récemment j’ai aussi trouvé très efficace les épisodes d’Avatar ou des Chevaliers du Zodiaque !!! Evidemment il y a plein de gars musclés qui se trémoussent sur des machines pour faire des muscles, mais moi je reste à l’étage avec les grosses dames qui suent sur des vélos de l’enfer. Et je sue avec elles, et tout ce qui me reste de dignité à ce moment là. Hé hé hé.

En fait, ça me va bien car la plupart du temps, c’est une ambiance très parisienne, donc personne ne se parle, ni ne s’entrave vraiment, ce qui me va parfaitement. L’endroit le plus bavard est sans doute le sauna où j’adore passer cinq minutes après mon heure de torture (mais j’avoue que j’y prends de plus en plus de plaisir, c’est vrai). Généralement, il y règne la même ambiance mutique parfaite, mais ce soir c’était plutôt du genre loquace. Et y’avait notamment un type SUPERBE. Mein gott, SUPERBE. Musclé bien sûr, mais dans le genre parfaitement proportionné, par un musclor surprotéiné, et avec une belle gueule en sus, joli sourire, belles dents. Charmant quoi. Très hétéro au premier abord aussi, il discutait avec un pote à lui, un peu moins beau mais pas mal, plus dans le genre gonflette acharnée. Les deux parlaient ardemment de leurs exercices, de leurs pratiques, régimes, habitudes de piscines ou de salles de sport, et je sentais que c’était un peu leur grande passion.

Le second dit au premier au bout de quelques minutes d’échanges : « C’est sûr que tout le monde n’a pas le même régime de vie saine hein !? » [sic]. Je sens des regards rigolards me passer dessus, je ne réagis pas évidemment. Je me dis juste que le collège n’est pas terminé, et que je serai encore honni comme avant si on devait composer une équipe de volley, et je ne leur jette pas la pierre, car je ne serais en effet pas un cadeau. Je me suis demandé si j’avais envie d’être comme eux, si je les enviais concrètement là ? Et par miracle, la réponse est venue d’eux.

Ils ont continué à papoter à bâtons rompus, et le beau gosse expliquait à l’autre qu’il n’aimait pas aller dans cette piscine qui mesurait 33 mètres au lieu de 25 ou 50. « Ouai tu comprends ça me saoule, c’est la merde quand tu veux faire 400 mètres, tu sais jamais combien de longueurs il faut faire, il faut calculer et tout et putain chuis pas à la piscine pour faire des maths quoi !! ». Et là j’ai souri en pensant que 3 longueurs faisaient donc 100 mètres à un mètre près, et qu’en 12 longueurs il avait donc accompli ses 400 mètres sans élaborer de calculs nécessitant l’aide de David Madore.

Evidemment tous les sportifs ne sont pas des cons, et j’aurais pu tomber sur deux gym queens qui se taillaient une bavette sur Kierkegaard ou Fermat, mais là j’avoue que ça m’a fait du bien. En plus de mes formes et mes rondeurs qui servent à réchauffer les coeurs (^^), je me suis dit que j’étais tellement bien à ma place, avec mon vécu, mes expériences, mes défauts et mes qualités. Je ne changerais cela pour rien au monde, même pas pour un physique de rêve si cela devait se traduire par un intellect de bivalve. Bon après je déteste ceux qui cumulent à la fois le corps et l’esprit, mais je me dis que c’est un mythe. Hé hé hé.

18 Commentaires

  1. Pas encore l’âge, la santé vacillante ou la motivation pour m’inscrire dans une salle de sport. Je garde mon gras pour le moment, je ne me sentirais pas à ma place avec les gym queens au regard goguenard. Mais je sens que de ton côté il va y avoir matière à anecdotes ! :)

    1. Non c’est un club pas cher du tout dans mon quartier, et fréquenté en grande majorité par des hétéros. Même si on y trouve de vrais sportifs et musclors convaincus, il n’y a pas trop de gym queen ultra narcissiques. ^^

  2. Je fréquente assidument les salles d’une grande chaîne à Paris, je ne parle à personne mais j’écoute les oreilles grandes ouvertes. J’adore ce théatre permanent, ces échanges parfois savoureux. Mon meilleur souvenir c’est le chauffeur de taxi qui parlait à tous ses potes du décès qui l’endeuillait, j’ai mis deux séances à comprendre qu’il s’agissait de son chien. L’air consterné de ses interlocuteurs n’était donc pas dû à la tristesse…

  3. Si ça peut te rassurer, ça fait six mois que je m’y suis mis sérieusement, avec succès et sans avoir fait le moindre sport avant 40 ans, et j’ai dix ans de plus que toi. L’essentiel c’est de te rappeler que tu le fais pour toi et pour une bonne raison (se sentir bien dans sa peau est une bonne raison, en gardant à l’esprit qu’on peut se sentir bien dans sa peau de multiples façons ;-).

  4. Welcome to the Club of the Sporting Chubbies, darling.

    6 mois x 2séances de piscines bi-hebdomadaires.

    Je viendrais à bout de mes kilos pour l’été ! Je serais bonnasse à la Marche des Fiertés ! (L’espoir fait vivre !)

  5. Arf merci à vous deux, mais je suis convaincu du bienfondé du sport, et je commence à y prendre un certain plaisir. C’était juste la réminiscence d’une situation collégienne qui m’a fait rigoler. Et c’est bien là la différence, aujourd’hui ça me fait sourire !!! :yahoo:

  6. Ah ! J’ai souri du debut a la fin …j’aurais pu signer mon nom a la fin du billet :) Bon la bonne nouvelle c’est qu’au bout d’un an ca marche deja (en plus de me donner bonne conscience, de prendre ma dose d’endomorphine et de faire plaisir a mon médecin) alors continuons donc a nous ridiculiser !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages