L’ironie du sort

Beaucoup de bruits et de polémiques à propos de la mort de Fidel Castro. Des hommages en forme de panégyriques qui choquent, des diatribes et libelles qui éludent aussi les avancées sociales ou le révolutionnaire. Je comprends tout cela, et c’est bien ce qui est complexe chez cet homme du 20ème siècle. Il est à la fois un dictateur qui a oppressé, mais aussi un révolutionnaire qui a essayé, un homophobe qui a fait du mal à ses minorités, un dirigeant opiniâtre qui a lutté contre la domination américaine alors que tous les pays communistes tombaient un par un, un président qui a autant déçu et réprimé ses citoyens qu’ils leur a fait bénéficier d’une éducation et une santé comme jamais ils n’auraient connu sans lui.

Mais c’est bien ce mème qui m’a fait sourire, et a rappelé à quel point ce monde sans Fidel Castro est décidément passé à autre chose. Il ne reste plus que la reine Elisabeth II, et le 20ème siècle sera bien officiellement terminé.

2 Commentaires

  1. On parlait de ça hier à la maison autour d’un verre, je suis arrivé à la même conclusion, Elisabeth II sera probablement la dernière de ces figures emblématiques du XXè Siècle à fermer le ban.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Petite opération antispam à résoudre : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages