Brûlant secret

J’ai quasiment lu toutes les nouvelles et romans de Stefan Zweig qui est un écrivain que je révère particulièrement. Parfois, je tombe par hasard sur un recueil que je n’ai pas lu, et tout heureux je le lis en étant ravi de ne pas encore avoir épuisé les ressources de cet auteur de génie.

Souvent il s’agit de nouvelles qui tournent autour de thèmes chers à Zweig, tels que la passion amoureuse ou même toutes les passions qui mènent ou tendent à la folie. Il y a toujours une fibre très freudienne dans l’analyse psychologique de ses personnages, et dans la trame narrative qu’il tisse parcimonieusement autour d’eux.

Là encore, il évoque de ces femmes dont la passion amoureuse mène à l’adultère, et plus précisément, il narre les péripéties d’un jeune garçon dont la mère est tombée dans les filets d’un jeune baron charmeur. Ce dernier tente de séduire le garçonnet pour mieux s’acoquiner avec la matrone, ce qui ne manque pas de réussir et de placer chacun des protagonistes dans une confusion de sentiments et de ressentiments.

Que dire, sinon que Zweig écrit merveilleusement, que j’ai l’impression en le lisant qu’il me parle à moi seul, et que ses paroles viennent directement toucher ma conscience. Il dissèque les émotions, les sensations et l’alchimie des comportements avec un brio qui me laisse souvent pantois et admiratif. Et puis ses récits sont courts (nouvelles), incisifs et pas du tout mornes ou ennuyants malgré parfois des décors ou des personnages qui pourraient paraître rébarbatifs (genre une mère de famille aristocrate perdue dans une pension autrichienne austère).

Brûlant Secret - Stefan Zweig

Avez-vous apprécié cet article ? 0 j'aime

12 commentaires sur “Brûlant secret

  1. je voulais réagir par rapport a ton post sur M; je considere pas que tu te sois épancher sur votre relation , tu ecris comme beauspou de bloggueurs ce que tu resens , comment tu percoit le monde…enfin tu es naturel, tu es Matoo et on t aime pour ca;pleins de bisous Stef:salut:

  2. Bah, si… le verbe « révérer » est parfaitement correct. (voir le dictionnaire de l’Académie).

    « Le plus noble bonheur de l’homme qui pense, c’est d’avoir exploré le concevable et de révérer en paix l’inconnaissable ». >Goethe

    … ouais, je sais… :petard:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


4 × 7 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)