Que recherchez-vous ?
L’inconnu du lac
11 décembre 2013
344 Vues

L’inconnu du lac

Le film avait fait couler beaucoup d’encre à Cannes, unanimement salué par la critique, et largement conspué par les homophobes lorsqu’il est sorti. Je suis très partagé dessus parce que ça ne me paraît pas un très bon film, même si je n’ai pas non plus trouvé cela mauvais. Il s’agit d’un scénario assez classique mais plutôt original qui a lieu sur les bords d’un lac principalement fréquenté par des gays qui en ont fait un lieu de drague estivale. On suit un jeune gars mignon, Franck, qui s’amourache de Michel qui accumule les conquêtes. Mais peu à peu le film tourne au thriller quand Franck est persuadé que Michel a noyé un des types avec qui il convolait. Étrangement et pris d’un désir un peu morbide, il n’en reste pas moins très attiré par le grand brun viril.

Je suis surtout globalement gêné par les scènes de cul plus qu’explicites. Mais c’est quelque chose qui m’est arrivé avec d’autres films récemment, j’en avais déjà parlé pour Shame ou Keep the lights on. Donc je ne vois pas ce que les scènes de cul « full frontal » apportent par rapport à des scènes suggérées, et moi ça m’excite et ça me distrait du sujet principal du film, du coup ça me dérange parce que je me sens comme un mateur et que je trouve que ce n’est pas le « sujet ». J’oppose à cela le fabuleux Weekend qui pourtant montre aussi quelques scènes avec subrepticement un sexe ou un acte sexuel, mais qui je trouve souligne l’action et la relation qui est dépeinte. Là dans l’inconnu du lac, une bonne partie du film ne fait que montrer ces relations sexuelles qui ont sans doute une certaine utilité documentaire ou pédagogique (laule), mais qui selon moi n’apporte vraiment rien au scénario (en tout cas de manière aussi répétitive). On voit même un tas de plans qui sont décalés pour se concentrer sur le sexe d’un homme, et on ne voit pas du coup le visage du personnage. Ce n’était pas difficile la plupart des fois de suggérer plus que montrer, et je ne comprends vraiment pas l’intérêt… Evidemment il y a ce côté cinéma-réalité, mais ça ne m’intéresse pas, ni la version hétéro ni la version homo (et rien ne me choque hein, ce n’est pas la question…).

Après j’ai aimé l’aspect sociologique de la drague gay, ainsi que le lien entre le jeune gars et un type un peu plus âgé qui traîne isolé sur la berge, et avec lequel il discute tous les jours. La relation qui s’instaure à travers leurs brefs dialogues est très touchante et pleine de non-dits délicats. Le film distille aussi un mélange intéressant entre pulsion sexuelle et meurtre, sans aller dans l’explication freudienne, qui crée un suspense et tient plutôt bien en haleine le spectateur. Mais je suis un peu déçu car le film reste superficiel alors qu’il aurait pu vraiment m’intéresser dans une peinture de moeurs un peu plus fouillée (par exemple).

Malgré tout, je me dis que le film est relativement une première et en tant que tel je me demande comment il vieillira, s’il marquera ou pas son époque. En tout cas, ce n’est pas mauvais c’est certain, mais selon moi pas aussi « passionnant » que ce que j’ai pu en lire ou entendre.

L'inconnu du lac

ARTICLES CONNEXES

11 commentaires

  1. Je suis d’accord avec toi sur l’essentiel, je n’aime pas les scènes de cul frontales dans un film, pas plus que les scènes violentes. La suggestion fonctionne aussi bien. Quand un mec s’approche d’un autre avec un couteau, on a compris, pas la peine de montrer le poignard pénétrant dix fois de suite dans le corps. Ce que j’ai aimé dans ce film, c’est l’authenticité du lieu de drague, avec son côté crade et bestial, que l’on voit rarement dans un film où tout est idéalisé. Le casting aussi. Pas de bombasse, juste un mec mignon, un autre sexy et c’est tout (pas comme dans mes romans !). J’ai beaucoup aimé le personnage du gros mec à l’écart, à mon avis le personnage le plus intéressant du film. Je ne suis pas sûr que le film passe à la postérité, mais il remet la réalité gay sur des rails qui conduisent quelque part. Bises.

    1. Effectivement le gros mec est le meilleur acteur :-)

  2. L’intérêt du film est justement les relations sexuelles frontales qui à ma faible connaissance est une première pour un film non porno. Le scénario est mince, le film est mal tourné, les acteurs jouent mal et il n’y a que 3 plans : vue de la mer sur la plage, vue de la plage sur la mer et vue du parking ! Je ne pense pas qu’il passera à la postérité, si ce n’est qu’il a été défendu par le ministre de la Culture.

    1. l’Empire des Sens, Intimité, O Fantasma, les Idiots, Batalla En El Cielo, 9 Songs, Shortbus, parmi bien d’autres – comme cette curiosté découverte une nuit sur arte: Johan (mon été 75) – le sexe « frontal » a toujours suscité l’intérêt du cinéma « non-porno », camarade… pour ce qui est de guiraudie, je n’ai pas vu son dernier film, mais, pour avoir adoré Du soleil pour les gueux, Ce vieux rêve qui bouge, ou Pas de repos pour les braves, je crois que nous tenons là le dernier des burlesques, et le cinéaste français le plus marquant de ces dernières années avec FJ Ossang et Claire Denis…
      PS c’est grâce au fameux Michel Michel que j’ai découvert ce blog. en tapotant son nom suivi du mot journaliste, sur mon moteur de recherche préféré, c’est cet article qui est le premier référencé: http://blog.matoo.net/index.php/archives/2008/02/07/le-mystere-michel-michel/
      sérendipité…

  3. gayboyfr

    Ben justement, tu le dis très bien : tu t’es senti comme un mateur ! Or c’est le but du film : tout le monde mate tout le monde, c’est un film sur le regard, donc les scènes de cul me semblent bien avoir un rapport avec le film et je dirais même que ce qui est central dans le film c’est le regard. Pour le dire autrement, les scènes de cul sont une mise en abyme du cinéma puisqu’un film est ce qui est regardé par les spectateurs…
    Sinon, j’ai bien aimé aussi son côté tragédie grecque : unité de lieu (le lac), soleil méditerranéen, oracle (le gros) et fatalité qui rôde sur les acteurs…

  4. thibault

    Salut Matoo,

    je n’ai pas encore vu le film, et j’irai ce week end probablement, mais les cineastes ne sont pas betes en general, et comme dans la vie d’Adele, si les scenes de cul sont descriptives, probablement il y a une raison.

    Et effectivement, si l’action du film se passe susr un lieu de drague gay, le voyeurisme est cle dans le film, et ca ne m’etonne pas qu’il y ait des scenes de cul frontales (y-a-t-il des cadrages etranges lors des scenes de cul?).

    Apres je rejoins plutot gayboyfr dans l’idée, mais j’en dirai plus apres ce week end :) bisous

  5. Salut,

    Personnellement, je trouve que les scènes comme tu dis « explicites » avaient plusieurs buts :

    1. Dépeindre le lieu de drague comme érotique, moins personnel, plutôt sexuel.
    2. Plonger le spectateur dans le lieu. Comme tu l’as dit, c’était parfois excitant de voir cela. D’ailleurs, pourquoi ça t’a gêné ? N’est-ce pas naturel ? Doivent les films non pornographique être non existants ? Est-ce que mater est « mauvais » ?

    Dans les deux cas, je ne suis pas du tout d’accord que des simples suggestions auraient donné le même effet.

    Quand au scénario, le fait qu’il soit répétitif n’était pas par hasard non plus. Je pense que le but était de montrer juste ça : la répétition. Il voulait donner l’impression que la vie de certains de ces personnages tournait autour de ce lieu de drague, du plaisir sexuel ainsi que l’inconnu qu’ils trouvaient là-bas.

    Le fait que Franck appelle ce grand brun (j’oublie son prénom !) même après l’avoir vu tuer deux personne démontre quand même à quel point il peut y avoir du désir de danger, à quel point cela peut être excitant.

    Tout cela dit, je ne pense pas que le film était super, mais je pense qu’il n’était pas mal, et que la mise en scène était plutôt réussie. Hélas, je suis du même avis que certains acteurs jouaient mal.

    Just my 2c worth, et merci pour tes réflexions, je suis un lecteur fidèle :-)

  6. Salut,

    Personnellement, je trouve que les scènes comme tu dis « explicites » avaient plusieurs buts :

    1. Dépeindre le lieu de drague comme érotique, moins personnel, plutôt sexuel.
    2. Plonger le spectateur dans le lieu. Comme tu l’as dit, c’était parfois excitant de voir cela. D’ailleurs, pourquoi ça t’a gêné ? N’est-ce pas naturel ? Doivent les films non pornographique être non existants ? Est-ce que mater est « mauvais » ?

    Dans les deux cas, je ne suis pas du tout d’accord que des simples suggestions auraient donné le même effet.

    Quand au scénario, le fait qu’il soit répétitif n’était pas par hasard non plus. Je pense que le but était de montrer juste ça : la répétition. Il voulait donner l’impression que la vie de certains de ces personnages tournait autour de ce lieu de drague, du plaisir sexuel ainsi que l’inconnu qu’ils trouvaient là-bas.

    Le fait que Franck appelle ce grand brun (j’oublie son prénom !) même après l’avoir vu tuer deux personne démontre quand même à quel point il peut y avoir du désir de danger, à quel point cela peut être excitant.

    Tout cela dit, je ne pense pas que le film était super, mais je pense qu’il n’était pas mal, et que la mise en scène était plutôt réussie. Hélas, je suis du même avis que certains acteurs jouaient mal.

    Just my 2c worth, et merci pour tes réflexions, je suis un lecteur fidèle :-)

  7. Victor Roux

    Personnellement, j’ai bien aimé le film. Les scènes de cul ont peut-être pour but de montrer au public qui ne fréquente pas ce genre de lieu (homo ou hétéro) ce qui s’y passe. Les acteurs sont plutôt sexy, touchants dans leur désarroi, comme dans la vraie vie, quoi… Et je suis assez d’accord avec le commentaire qui dit qu’un des vrais sujets du film, c’est le regard. L’autre sujet, c’est l’attirance pour le danger, l’instinct de mort et la proximité de ce sentiment étrange avec le désir. Une mention spéciale pour le personnage de l’inspecteur, plongé malgré lui dans cet univers peu familier (de lui, pas de moi…!) et qui assène quelques vérités sur l’indifférence à l’autre.

  8. christian

    Le cinéma de Guiraudie ce n’est pas la réalité, c’est une sorte de conte un peu réel mais pas tout à fait. Le rythme est construit, Franck revient chaque jour; les dialogues ne sont pas tout à fait naturels, plus travaillés. Bien sur, c’est voulu par le cinéaste qui a été influencé par la culture occitane, (les troubadours etc…) Je trouve que ça en fait un cinéaste original et un vrai auteur. Quelqu’un ci-dessus a dit que c’était mal filmé, au contraire j’ai beaucoup apprécié la plongée dans les bruits de la nature, et quelle nature !
    Et puis j’ai vécu ça… dans la nature du printemps à l’automne, à une certaine époque, et dans un cadre presqu’aussi idyllique. C’était comme ça, mais il apporte une vision décalée, prend du recul face à ces rencontres purement sexuelles.

  9. Quand j’ai vu ce film, j’ai été perplexe. Les scènes de sexes sont nombreuses et m’ont gêné. J’avais l’impression d’être voyeur. Le film n’est a mes yeux ni bon ni mauvais. Il a le mérite de se démarquer et de proposer un scenario peut commun.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


7 × 7 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 

Vous êtes le à venir perdre du temps ici depuis le 3 avril 2003 (merci).

Le "A propos" c'est là. ¯\_(ツ)_/¯

Cliquez pour prendre votre photo ! Cliquez pour vous prendre en photo ou consulter celles des autres. ;)

Oral Sex Donation accepted

Entrez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.