Zion National Park

Nous continuons notre petit bonhomme de chemin, et moins de trois heures après avoir quitté Las Vegas, nous débarquons en Utah pour visiter le parc national de Zion. En entrant en Utah, on pénètre dans l’état Mormon par excellence, et donc pas l’endroit le plus gay-friendly de l’univers, mais pas le plus gai tout court ! Tout semble plus carré, propre et dépassionné ici. Bienvenu à Pleasantville !! Mais bon, nous ne sommes pas là pour faire la foire !

L’arrivée même vers Zion nous a réservé quelques jolis panoramas très cinématographiques, et présageant de chouettes vues pour la suite. Cela a permis d’oublier un peu le Nevada et ses paysages autoroutiers très mornes et sans surprise.

Sur la route de Zion National Park - Utah

Et sinon Zion en une image ce serait ça :

Vue globale du Zion National Park

On y voit à peu près ce que je retiens de l’endroit, un endroit que j’ai particulièrement aimé. En effet, il s’agit d’un canyon, mais pas un truc gigantesque comme nous aurons dans quelques jours. Les deux falaises rouges sont assez proches pour qu’on puisse aller de l’une à l’autre en quelques minutes, et cela va en se resserrant. Mais surtout l’eau est omniprésente, et même en cette saison diabolique, la Virgin river continue d’abreuver les abords de son lit. On y trouve donc une atmosphère extrêmement différente de nos aventures désertiques, car même s’il faisait très chaud, la brise est relativement humide et vivifiante, et la flore y montre toute son exubérance. Aussi trois éléments, la roche, la verdure et l’eau composent Zion. Voilà la vue de l’entrée du parc :

Panorama de l'entrée du Zion National Park

Sinon rien de très original dans ce parc, un canyon, une rivière, des animaux et des plantes… Par contre, sa taille humaine en fait un monument intimiste et dans lequel on se sentait terriblement bien, pas trop écrasés, et tenté par la kyrielle de randonnées et de balades qu’offrent ses anfractuosités. Dès qu’on lève la tête, on est impressionné par ces grands monolithes qui font penser à un décor de « King Kong » ou de « Jurassic Park » (ou même DisneyLand !!).

Un grand roc - Zion National Park

J’ai beaucoup aimé les trois patriarches qui sont les trois majestueux sommets ci-dessous : Abraham à 2 130 m, Issac à 2 080 m et Jacob à 2 082 m.

Les trois patriarches - Zion National Park

Tandis qu’on était relativement accablé par la chaleur dès qu’on s’éloignait de la rivière, c’était un bonheur de marcher à côté, et de sentir la fraîcheur de l’eau et la musique de son écoulement. C’est un endroit où les « flash floods » sont particulièrement rapides et peuvent être dangereuses, et quand on avance dans la canyon lorsqu’il se rétrécit, on comprend pourquoi. Je ne suis pas très content de mes photos qui ne rendent pas vraiment ce que j’ai vu de mes yeux. On est finalement trop près pour correctement embrasser un paysage pareil, et les contre-jours n’aident pas à se faire une meilleure idée.

Vue de la Virgin River - Zion National Park

Et encore une fois, on trouve là un circuit balisé de main de maître avec une organisation du parc qui me laisse pantois. Vraiment ces parcs nationaux sont dirigés par des professionnels, et rien n’est laissé au hasard. Les consignes de sécurité, les points pour se procurer de l’eau ou aller au toilettes, tout est nickel et pratique. En outre, le parc n’est pas ouvert aux bagnoles, et on emprunte des bus qui passent à chaque arrêt-étape toutes les 6 ou 7 minutes. Il y a un petit côté « Disney » qui peut être perturbant, mais que je trouve largement compensé par le sérieux des explications pédagogiques qui émaillent le parcours, et les infrastructures en bon état et respectés par les visiteurs.

Je termine sur cette photo d’une gamine qui courrait après un dindon et qui nous a bien fait triper. Hu hu hu.

Une petite fille court après un dindon - Zion National Park