Que recherchez-vous ?
Un long silence (Mikal Gilmore)
25 février 2013
16 Vues

Un long silence (Mikal Gilmore)

Mikal Gilmore est auteur pour le Rolling Stone magazine et ce bouquin est son autobiographie sous le prisme particulier d’un drame qui a marqué son existence. En effet, son frère, Gary Gilmore, a troublé l’opinion publique quand en 1977 il a demandé à être exécuté par la justice de l’Utah après le meurtre de sang […]

25 février 2013
13 Vues

L’homosexualité a transformé les règles. L’intimité a changé de camp. Il n’a pas pu y avoir solidarité familiale au sens le plus strict, de mon ascendance à ma descendance : de ce point de vue, le seul enfant qu’il y a eu entre mes parents et moi, c’est demeuré moi. Alors l’affection est restée mais l’intimité entre nous est devenue obscène, égarée entre l’enfance et la sexualité, ayant perdu le contact avec la réalité, plus fausse que les choses survenant à Hervé. Elle s’est à la fois circonscrite et élargie à ma famille amicale, cette famille fictive qui est devenue la vraie, à croire que j’avais enfin découvert, après une longue quête, mes amis biologiques. Et aucune malédiction de cet ordre n’a frappé cette intimité-là, elle se transmet à travers les générations si bien que notre relation à Daniel et moi, nous l’avons chacun héritée de Michel.

Citation extraite de “Ce qu’aimer veut dire” de Mathieu Lindon.

22 février 2013
14 Vues

De plus, Twitter en France est trusté par une communauté professionnelle qui prend le service pour un IRC perso. C’est devenu épuisant, aussi. Il n’y a pas plus corporate que cette communauté (elles le sont toutes, j’ai bossé avec des médecins, des enseignants) mais il n’y a pas mieux organisé sur Twitter pour se repérer, se fliquer, se balancer des piques ou des chiffres d’audiences ou le bon lien qui tue. C’est devenu la dictature du New (VS Old), du LOL (la version moderne du cynisme) et de la lèche/haine permanente via les Favoris ou les bons mots servis avec @ ou non.

Ce partage d’ego public, c’était mon Nutella. Et mes artères ne lui disent pas merci. Mon cerveau reptilien déteste l’idée que cette came abondante, infinie, surprenante, disruptive n’offre au final qu’un intérêt mineur dans la vie d’un adulte connecté. Il me susurre que je devrais chasser ces pensées impures et rentrer dans la danse, avec les autres. Las, je suis un addict au web comme je le fus pour d’autres substances légales : quand je fume, c’est deux paquets minimum, quand je mange, c’est pour deux et quand je tweete, c’est toute la journée. Je ne connais pas la demi-mesure. Alors il faut agir.

[Source : Wiliam Rejault]

William teste pas mal de choses en ce moment, et il remet notamment en question son assuétude manifeste (comme la mienne) aux réseaux sociaux. Je suis tellement mais tellement d’accord avec à peu près tout ce qu’il poste à ce sujet. ¯\_(ツ)_/¯

Cirkafrika au Cirque Phoenix
22 février 2013
12 Vues

Cirkafrika au Cirque Phoenix

Je suis de plus en plus féru de ce cirque contemporain qui mêle grâce, prouesse acrobatique et performance athlétique dans un souci constant d’esthétique et de recherche artistique. Le cirque Eloize m’avait plus qu’enchanté dans ce domaine (j’ai vu deux fois leur spectacle « iD »), et j’espérais beaucoup de Cirkafrika dont l’originalité est de proposer un […]

Les bêtes du sud sauvage
21 février 2013
15 Vues

Les bêtes du sud sauvage

Il est difficile de ne pas être aussi dithyrambique que tous les gens dont j’ai lu les papiers à droite et à gauche, et avec tous les prix aussi collectés par ce film, je vais vraiment passer pour un rabat-joie. Mais force est de constater que je n’ai pas été touché comme les autres par […]

19 février 2013
14 Vues

Il s’était, comme ce soir, senti solitaire, mais bien vite avait découvert la richesse d’une telle solitude. Le message de cette musique venait à lui, à lui seul parmi les médiocres, avec la douceur d’un secret. Ainsi le signe de l’étoile. On lui parlait, par-dessus tant d’épaules, un langage qu’il entendait seul.

Citation extraite de “Vol de nuit” d’Antoine de Saint-Exupéry. Page 30.

La Maison d’Anne Frank (Amsterdam)
17 février 2013
20 Vues

La Maison d’Anne Frank (Amsterdam)

Le journal d’Anne Frank fait partie de mes nombreuses lacunes, mais comme tout le monde je connais l’histoire de cette jeune fille juive qui s’est cachée avec sa famille à Amsterdam, et a finalement été dénoncée. Elle est morte dans un camp de concentration quelques mois seulement avant la fin de la guerre… Ce lieu […]

Grândola, Vila Morena
16 février 2013
38 Vues

Grândola, Vila Morena

Je suis tombé sur ce touite hier qui explique et montre que des militants anti-rigueur (le Portugal vit une politique d’austérité drastique qui réduit énormément les budgets publics) ont entonné le fameux Grândola, Vila Morena coupant la chique du Premier Ministre en plein hémicycle. J’ai découvert cette chanson emblématique de Zeca Afonso dans le film […]

14 février 2013
25 Vues

Le renard se tut et regarda longtemps le petit prince :

- S’il te plaît… apprivoise-moi ! dit-il.

- Je veux bien, répondit le petit prince, mais je n’ai pas beaucoup de temps. J’ai des amis à découvrir et beaucoup de choses à connaître.

- On ne connaît que les choses que l’on apprivoise, dit le renard. Les hommes n’ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n’existe point de marchands d’amis, les hommes n’ont plus d’amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi !

- Que faut-il faire ? dit le petit prince.

Citation extraite de « Le Petit Prince » d’Antoine de Saint-Exupéry. Page 62.

13 février 2013
22 Vues

Je n’ai aucune place dans le monde, alors, comme l’esprit de combativité de mon père, cette évidence s’applique à chaque élément de ma vie : je suis le seul à vouloir avoir des amis, faire l’amour, la réciprocité n’est pas envisageable. A croire que chaque relation serait une conquête, une prise faite sur un ennemi, qu’il faut arracher un consentement par force ou habileté, compromission avec le réel. Je n’ai aucune stratégie, aucun manuel de guérilla sociale pour apprendre comment me dépêtrer de cette jungle, alors je renonce, laissant s’en mêler un hasard que je prends soin de ne pas provoquer. Pour mon bonheur et mon malheur, j’adore lire, la solitude m’est une amie qui me délivre de la peine d’en chercher d’autres.

Citation extraite de « Ce qu’aimer veut dire » de Mathieu Lindon.

Vous êtes le à venir perdre du temps ici depuis le 3 avril 2003 (merci).

Le "A propos" c'est là. ¯\_(ツ)_/¯

Cliquez pour prendre votre photo ! Cliquez pour vous prendre en photo ou consulter celles des autres. ;)

Oral Sex Donation accepted

Entrez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.