Matoo chez les belges

Qu’est-ce que c’était dur le réveil ce matin… ouh là là. 6h15 Bip Bip Biiiiiiiiiiiiiiip. Et le malheur était sur moi, et comme Atlas portait le monde sur ses épaules, je savais la lourde tâche qui m’incombait. Il fallait que je me lève… Encouragé d’un vague grognement incitatif de M., j’ai fini par céder à l’odieux bip et ai soulevé ma carcasse ensommeillée de ma couette chaude et rassurante pour me diriger vers la salle de bain. Il faisait noir, il faisait froid, j’étais d’une humeur massacrante !!

Heureusement, la douche m’a revigoré et mon esprit a alors rejoint mon corps pour de bon. Finalement, fatalité ou pas, il fallait bien que je m’extirpe de mon piti nid d’amour pour affronter ma rude existence et surtout ne pas rater mon Thalys de 7h25 à Gare du Nord. En fait, j’étais à Bruxelles toute la journée avec deux collègues afin de brieffer une agence de com sur un flash que l’on veut leur faire faire. Je suis arrivé à la gare vers 7h10 et me suis directement dirigé vers le train. J’ai trouvé ma place et mes collègues n’ont pas tardé à me rejoindre dans notre wagon tout chic de première classe. Hummm j’aime voyager en première, surtout quand c’est le boulot qui régale. En outre, le petit déj n’était pas mal du tout, et le serveur (on dit steward aussi dans un train mais je ne m’y fais vraiment pas), un certain Grégory, carrément charmant et enjôleur.

La journée commença donc tôt et fut des plus productives, nous avons vraiment bien avancé et débroussaillé le projet, affirmé notre positionnement et déterminé les responsabilités et le planning. Donc c’est une affaire qui roule. Mais du coup, nous avons fini de bosser juste pour repartir à la gare et retourner à Paris. Je suis un peu déçu, je n’ai rien vu de Bruxelles sinon un aller-retour en bagnole plutôt succinct. J’avais laissé un mail à Rémy, un ami de Terry qui était venu à Paris la dernière fois afin de prendre un pot avec lui dans la soirée, mais j’ai appris par Xarro qu’il n’était pas disponible puisqu’en congés en de lointaines contrées.

J’y retournerai donc (c’était une première) afin de me forger une meilleure idée de notre européenne métropole par excellence. J’ai simplement été épaté de constater à quelle point le caractère bilingue du pays est omniprésent. Je me disais que Bruxelles étant francophone, tout serait en français, mais pas du tout, absolument TOUT est traduit. C’est plutôt sympa comme concept, puisque tout le monde est sensé maîtriser les deux langues et que la Belgique a deux langues officielles à égalité absolue. Nos hôtes m’ont expliqué que même les journaux sont disponibles dans les deux langues, ainsi que tous les papiers administratifs ou même les factures de téléphone (il faut simplement opter pour sa langue de prédilection). A côté de leurs bureaux, il y a un carrefour qui m’a surpris par la couleur de ses poteaux, du genre rayé noir et jaune comme une guêpe. J’ai aussi appris qu’il s’agissait des couleurs flamandes, et que certains carrefours portaient ainsi cette marque de reconnaissance qui ne fait pas oublier les Flandres au plus profond de la Belgique francophone. On m’a aussi fait remarqué que certains se comportent alors comme des redresseurs de torts et viennent belgiser ces marques chauvines, comme illustré sur l’image ci-après. On retourne alors à des signalisations tout ce qu’il y a de plus belges, une Belgique unie et indivisible ! J’ai trouvé cette image plutôt cocasse en fait.

Feux rouges belges

Le midi, nous avons déjeuné au « Pain quotidien » dont j’ignorais carrément l’origine, inculte que je suis (le premier restaurant est bruxellois !). Ca m’a fait plaisir d’aller bosser une journée là-bas, aussi pour ce que ça signifie d’un point de vue européen. Vraiment avec une monnaie identique, et dans ce cas la même langue, on se sent véritablement dans un pays unique, et c’est super agréable. En outre, avec les années c’est devenu très naturel de se sentir « compatriotes » avec tous les européens, et je pense que c’est une notion aussi importante que devenue tangible. J’ai beaucoup d’espoir pour cet esprit de communauté, beaucoup moins pour l’avenir politique et social de cette Union Européenne. Mais je crois que cela ne peut faire que le plus grand bien aux peuples qui la composent tant en terme de rapprochement culturel que de pures échanges humains (hummm les italiens, hummmm les allemands, hummmmmm les suédois, hummmmmmmmm etc.).

8 Commentaires

  1. Tu dis « puisque tout le monde est sensé maîtriser les deux langues et que la Belgique a deux langues officielles à égalité absolue » : vu que je suis arrive en Belgique pour un stage il y a trois mois, je me sens oblige de faire une petite precision parce que j’avais, moi aussi, confondu le fait que la Belgique a trois (et non deux comme je le pensais initialement – francais, allemand et neerlandais) officielles avec un tri(ou bi)linguisme.

    La langue officielle unique de la Flandre est le flamand.
    La langue officielle unique de la Wallonie est le français.
    Seule la région Bruxelles-Capitale bénéficie d’un statut parfaitement bilingue. C’est la seule region ou tout est traduit dans les deux langues.

    Si un jour tu vas en Flandre, evite de faire l’erreur que j’avais fait, a savoir croire que tout le monde parlerait francais : tu aurais une drole de surprise …

  2. Salut Matou & félicitations pour ton blog,

    Juste un petit mot en passant, au cas ou toi & tes lecteurs seraient intéressés & parleriez anglais.

    La blogosphère anglo-saxonne (la blogogeoisie) est littéralement envahie par des « idées » grossièrement droitières & contaminée (j’ose le mot) par les libertariens (des pseudophilosophes avec Hayek comme gourou + qq français -tous morts il y a plus de 100 ans- pour grands prêtres + une ultraconnasse, Sabine Herold, en guise de hochet). Ce qu’il y a de bien avec l’imposture libertarienne, c’est qu’elle est facilement identifiable (j’en sais quelque chose pour avoir fait le troll dans des sites anglo-saxons): soutien à Bush, soutien à la désinformation (FoxNews & CNN), soutien à Singapour (ultralibéralisme = droits de l’homme), dénigrement de la Grande-Bretagne (trop socialiste !!!), quant à la France, ça n’est même pas imaginable: la France est un pays communiste fortement islamisé habité par de sales créatures répugnantes qui se rendent (vendent?) au plus fort (offrant?) en moins de deux.

    Leurs idées sont nauséabondes. Un petit tour sur les sites suivants suffira à vous convaincre:

    chicagoboyz.net
    pavefrance.com
    samizdata.net/blog

  3. Petite précision sur ce que dit Morgan : il existe autour de Bruxelles des communes dites « à facilités linguistiques ». Elles sont unilingues mais avec des concessions, souvent durement gagnées et remises en question. Le bi / trilinguisme belge n’est pas une donnée aussi évidente qu’il y paraît. La plupart des Wallons se fichent d’imposer leur langue, par contre les Flamands entrent parfois dans des délires nationalistes. Par ailleurs, historiquement, Bruxelles est une ville flamande. Et au rythme actuel, elle sera recolonisée d’ici une petite trentaine d’années.

    On pourra dire adieu à l’apparent bilinguisme belge.

    Cela étant, je remarque, salopard infect, que tu t’empresses de téléphoner à Rémy alors que tu n’as pas un mot pour moi. :p

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages