Dancing queens

Je viens de revoir pour la nième fois « Priscilla, Folle du désert » sur le câble. J’adore ce film. Je sais qu’il est considéré comme un film plutôt mineur et surtout comme un catalogue de caricatures. Mais moi j’y voyais plus que ça la première fois, et encore maintenant.

En effet, ce film date de 1994, année charnière s’il en est me concernant, il marque la mode des Drag Queens et dépeint le voyage de trois folles hurlantes dans toute l’Australie, de Sydney à Alice Springs. On rit beaucoup dans ce film, mais ce ne sont pas les mêmes ressorts que dans la « Cage aux Folles », là on rit plus de leurs conneries et de leur sens de l’humour, que du ridicule des personnages.

Ce que j’aime, c’est le décalage permanent et le voyage initiatique effectué par ces personnages complètement hors-normes. Et le film ne donne pas non plus une fausse image de tolérance, il est simplement juste, ce qui est un exercice tellement difficile… L’ironie c’est aussi que le seul moment où elles ont du succès avec leur numéro, c’est avec les aborigènes dans le désert australien. Un véritable morceau d’anthologie.

Et puis il y a dix ans, faire un film qui narre le voyage de deux travs et un trans, dont un qui chante de l’opéra sur une chaussure pailletée géante, en plein désert, ce n’était pas si facile de bien le faire. C’est un film drôle et délicat, qui ne se prend pas au sérieux, mais profite de l’anecdote pour montrer simplement et efficacement que la différence n’est pas facile à vivre, et qu’il faut l’assumer. Je trouve que tout est bien abordé, de la paternité de l’un des drags, au transsexualisme ou bien le regard des gens sur la différence. Et puis les folles, la disco, les boites, l’ironie, l’anti-conformisme, j’aime bien.

16 Commentaires

  1. Garoo a raison ; ce n’est pas mineur, en tout cas pour moi, c’est un film assez révélateur (même si je ne suis ni trav, ni trans) => j’avais 21 ans quand c’est parru, j’arrivais à Paris et je pouvais enfin « sortir » avec mon copain.
    Comme tu le dis, Matoo, au choc culturel près, c’est très juste. La scène de poursuite de Guy Pearce qui risque sa vie (enfin, au moins le viol) et qui est sauvé par une trans a été pour moi une révélation : ce n’est qu’en nous organisant nous même que nous saurons mettre fin aux inégalités…
    C’est pas encore gagné, mais on fait de notre mieux…

  2. Cultissime !

    Pour revenir sur la Scène où Guy Pearce se fait poursuivre :

    Je m’étonne toujours de voir des hommes, des vrais, des durs, des anti-pédales, décider de sodomiser un mec pour le « guérir ».

    Enfin, je ne m’étonne pas de voir ce genre de scène dans de nombreux films, je sais que ça se passe malheureusement souvent ainsi dans la réalité. Je ne comprends pas que ces types ne voient pas le paradoxe de leur geste.

  3. Bon, c’est fini, les critiques des bacs à sable… [lol] Non mais c’est vrai, il y a dix ans, ce n’était pas la préhistoire Matoo !!! L’homosexualité de grand papa, c’est fini deuis 1982…
    Gamins, va !!!

  4. mineur ? t’es fou ou quoi ??? un grand film, subtil et enlevé… le directeur photo mérite un oscar !

    et vous regardez ça en version doublée ? pauvres, pauvres Français… vous ne changerez jamais :p

  5. pricillia,folle du desert…Enorme,du bonheur en film,et puis pas la grasse caricature..ca c’est bien.et puis je suis une grande fan d’abba….
    sardine,qui chante aussi en paillettes desfois

  6. Oui, rien à ajouter, si ce n’est mon grain de sel… J’adore aussi ce film, pour toutes ces raisons, la justesse, la direction, la distribution, la photo, etc.

    Il faut croire que le fait d’aimer ce film est une des raisons qui font que les gens sont persuadés que je suis gay. M’en fous royalement, moi j’aime. Je ne veux pas croire que la connerie soit l’apanage des hétéros et que la sensibilité soit la chasse gardée des gays. 🙂

    Vive Priscilla ! Et vive Matoo…

  7. j’arrive juste à temps pour sauver l’adjectif MINEUR d’une lapidation définitive. Oui, ce film est définitivement mineur, ce qui ne veut pas dire qu’il soit mauvais non plus.
    Bon, maintenant, le truc, c’est que je le trouve mauvais aussi, mais là c’est une question de gout plus qu’une observation argumentée.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages