Un pique-nique au Paradis

Voilà un roman bien space et qui m’a beaucoup plu. Franck Ronan raconte l’histoire de deux hommes, d’Adam Parnell et de Dougie Millar, que pas grand-chose ne rapproche mais qui deviennent amis, et même vont aux limites de la relation amoureuse tant les sentiments qui les lient sont ambigus et complexes. Encore une sélection de la collection Motifs du Serpent à Plumes ! Je ne répèterai jamais assez combien j’aime ces bouquins en général.

Il explique d’abord la vie de l’un puis de l’autre, en évoquant leurs parents puis les circonstances de leurs conceptions. C’est l’occasion d’une incroyable description de moeurs et de personnalités avec pour toile de fond : l’Ecosse des années 50-60. Des milieux pauvres et détruits par l’alcoolisme, avec des notions d’éducation qui défient parfois tout sens humaniste. Mais cette description a ce truc « anglais » de parler de choses pathétiques tout en conservant beaucoup d’espoir, et même parfois d’humour dans l’adversité.

Et puis ils se marient chacun, avec leurs histoires, leurs névroses, leurs destinées et un certain déterminisme lié au poids psychologique qui pèsent sur leurs épaules. Ils se rencontrent dans un village des Highlands. Dougie est un homme bourru et campagnard qui aime les choses simples, et les valeurs rurales, il a eu une enfance rude avec un père suicidé et une marâtre assez odieuse. Adam est horticulteur de génie, il possède et dirige une grande pépinière en Angleterre (à les entendre l’Ecosse et l’Angleterre sont deux pays aux antipodes), il a eu une enfance insidieusement mitée par un père alcoolique, affabulateur et vipérin, malgré une mère aimante.

Mais magiquement, les deux hommes communiquent et communient avec la simplicité la plus évidente. Et peu à peu, ils deviennent très attachés l’un à l’autre, tandis que le récit de leur passé réciproque les rapproche de plus en plus.

Vraiment, l’auteur a une plume sublime, il décortique les âmes en quelques descriptions que l’on croit d’abord factuelles, mais qui finalement ouvrent une brèche dans l’esprit même du personnage. Et il fait de ce bouquin une ballade dans les Highlands avec des écossais du cru, on ressent le souffle terrible du vent et les paysages sauvages et fabuleux. Et cette amitié presque incongrue qui flirte avec l’amour en fait un bouquin à l’intrigue encore plus baroque et originale.

Un pique-nique au paradis - Franck Ronan

4 Commentaires

  1. 4è ligne : les sentiment S
    av dern § : LE RECIT de leurs passés réciproques les RAPPROCHE… (qu’est ce qui rapproche?)
    et pis tant qu’on y est : LEUR PASSE au singulier, même s’ils sont deux ils n’ont chacun qu’un passé (son -> leur ; ses -> leurs). Enfin, il me semble… 😉

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages