Crazy

Et bien ce fut une longue et bonne journée hier. Je suis déjà excessivement fier d’avoir fait rutiler mon appartement au prix de presque trois heures de labeur acharné en calbute et ticheurte avec mes gants Mapa. Et que je te frotte par ici, et que je te décalcairise par là, et que je te nettoie l’armoire de salle de bain qui ne l’avait sans doute jamais été depuis… au moins. C’est tout de même plus agréable !

Et puis ma maman allait voir un ballet à l’Opéra Garnier (cadeau de Diego et M. pour la remercier de nous avoir loué le chalet pour le ski) avec une copine à elle. Je suis donc allé les pêcher à la sortie vers 22h pour aller manger un morceau. Ma mÔman était drôlement contente de me voir, et surtout que j’ai fait l’effort de venir manger avec elles-deux ce samedi soir (genre le sacrifice de mes potes pour elle, elle sait que c’est un truc significatif). Et puis, comme je suis un gentil garçon avec de bonnes manières et de la conversation, je pense qu’elle adoooooore entendre sa copine dire : « mais qu’il est bien élevé ce garçon »., afin de penser très fort : « c’est moi qui l’ai fait ! ». Enfin, je suis resté deux heures en leur compagnie et c’était vraiment très chouette. On a bien tchatché et puis cette amie, Joëlle, est une femme que je connais depuis très longtemps étant donné que c’est une collègue de ma maman depuis Mathusalem. Elle a d’ailleurs connu toute la famille de ma mère, puisqu’ils sont tous passés dans cette entreprise. Il s’agit d’un labo pharmaceutique dont ma grand-mère a été l’une des premières embauchées en 1955, et ma mère y bosse depuis 1964 à aujourd’hui. Parfois quand je pense que ma maman bosse depuis qu’elle a 14 ans dans la même boite, ça me fait halluciner, je me dis que cette époque est bien révolue. Et en fait, les frères et la soeur de ma mère y ont bossé tour à tour souvent en premier job ou bien en dépannage (le schéma classique de l’usine du coin qui choppe des familles entières).

J’avais vraiment une grosse envie de sortir au Follivores hier soir, et du coup, j’ai passé quelques coups de fils. Et quel fortune, vu que quasiment tout le monde était ok ! Ainsi, vers minuit et demi, j’ai rejoint Nabil, Cédrick, Néïla (frangine de Nab), Romaric (mec de Nab), Jean, Yann, Séb et Olivier chez ce dernier. Nous nous sommes donc rendus au Bataclan pour une Crazyvores.

La soirée s’est très bien passée, et j’étais vraiment content de danser de tout mon saoul pendant une bonne partie de la nuit. On est tous à peu près resté ensemble, et du coup c’était aussi très agréable d’avoir formé un petit groupe qui interagissait pas mal (sauf Cédrick qui partait en vrille de temps en temps, mais c’est normal lol). La musique c’était vraiment du n’importe quoi. En général, ça commence vraiment Crazyvores, mais ça part en couille vite fait avec une compil Eurodance des plus douteuses. C’était dommage vraiment que Donato n’ait pas pu venir, car pour une fois, comme il s’agissait de gagner un voyage en Sicile, on a eu droit à tout le répertoire des tubes italiens des années 80.

Une soirée des plus classiques dans le domaine, avec quelques oeillades amicales de « connaissances » ou d’anciennes accointances (plan cul inclus) que l’on salut de loin mais qu’on ne va pas voir. Et puis aussi, d’autres que l’on a repéré, et dont on accroche le regard avant de mimer quelques paroles de loin, ensuite seulement, se décider à faire quelques pas pour taper la bise et prendre quelques nouvelles. Mon dieu quel protocole il faut respecter dans ces boites de tapioles, c’est trop fort. J’ai d’ailleurs glané en passant quelques gossips stratégiques pour Diego.

Par contre, cette soirée me fait toujours le même effet. J’arrive et les lumières éteintes et le monde aidant, je trouve que les mecs sont tous hyper séduisants. Or au fur et à mesure de la soirée, ou bien les beaux types se tirent, ou bien plus certainement la lumière, la foule clairsemée et la sueur dégoulinante, collante et puante doivent me tirer de mes jugements fantasmagoriques de début de soirée. Mais avec Séb, je crois que nous sommes d’accord pour céder la Palme à un mec absolument boeuf et terriblement sexy affublé d’une espèce de polo Adidas avec un petit col. Moi j’appelle ça un BONHEUR ambulant !

7 Commentaires

  1. Neïla, c’est la frangine de Nabil? On me dit jamais rien, moi! 😀
    Des « gossips stratégiques pour Diego ». Mmmm… La vague impression de comprendre un peu.

  2. Moi je capte rien. Oli! crache le morceaux!! 🙂
    On dirait que j’ai encore loupé quelquechose, et dire que j’vais encore louper la prochaine, et la prochaine après ça, pffff!

  3. Oli> Nan vraiment là, tu ne peux pas comprendre ! C’est à propos d’un groupe de mecs que j’ai rencontrés là-bas et qui sont liés à Dieg !!! Arfarf. :salut:

  4. Etant un petit toulousain j’avoue que la soirée machin au truc me passe un peu au dessus de la tête par contre j’ai noté deux petites choses intéressantes :
    « calbute et ticheurte avec mes gants Mapa » donc a quand le photoblog ?
    Et tu veux passer pour un gentil petit fiston a ca moman mais tu te permet quand meme de dire « Mathusalem » et « ma maman » dans la même phrase, bonjour le tact ! 😯

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative:  
:scratch: 
:wacko:  
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose:   
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail:   
:-(     
:unsure:  
;-)  
 
Partages